The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

Les 6 principaux défis du secteur immobilier en France

Real Estate & Urban Employment Monitor – 3e édition

Après deux exercices 2016 et 2017 particulièrement toniques, la clôture de l’année 2018 et les perspectives 2019 sont plus contrastées pour les dirigeants de la filière de l’immobilier et de la ville.

Dans un secteur en pleine transformation, la 3e édition du Real Estate & Urban Employment Monitor, réalisé par EY, la Fondation Palladio et Business Immo, présente les 6 principaux défis identifiés par les 1 000 dirigeants consultés : Recrutement, Fabrication de la ville, Innovation, Transition écologique, Nouveaux usages et International.

1er défi : Renforcer la marque employeur dans le secteur immobilier

Les intentions de recrutement en CDI au plus haut

83%

des dirigeants de l’immobilier et de la ville envisagent de recruter d’ici à 3 ans

87%

des entreprises du secteur immobilier recrutent en CDI

EY - Real Estate & Urban Employment Monitor – 3e édition

Part des dirigeants du secteur immobilier rencontrant des difficultés de recrutement.

Les projections de recrutement à 3 ans traduisent l’optimisme des dirigeants. Recruter apparaît comme une nécessite pour soutenir l’activité, notamment dans l’investissement et la promotion, mais aussi pour assurer les missions de plus en plus exigeantes dans certains secteurs.

Une pénurie de talents dans le secteur immobilier

Malgré de fortes projections de recrutement, la filière rencontre des difficultés croissantes de recrutement : l’ensemble de la filière est concerné (excepté le secteur de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement), surtout sur les profils seniors de 5 à 10 ans d’expérience.

Selon les dirigeants, trois facteurs expliquent cette tension :

1un manque d’attractivité pour le secteur immobilier et un déficit d’image,

2une forte concurrence interne avec de fréquents débauchages,

3une attirance des talents pour d’autres filières perçues comme plus attractives ou plus rémunératrices.

Preuve de leur sélectivité, les étudiants sont attentifs à de nombreux critères lors de leur recherche d’emploi.

EY - Real Estate & Urban Employment Monitor – 3e édition

2e défi : Promouvoir la Fabrication de la ville

Les dirigeants du secteur de l’immobilier et de la ville sont convaincus de l’intérêt général et du sens de leur métier : 93% d’entre eux estiment que leur métier sert l’intérêt général.

Les dirigeants soulignent ainsi la responsabilité collectivité de la filière : fournir à la population grandissante en ville de quoi se loger, travailler, se divertir, vieillir ou se soigner.

3e défi : Améliorer la visibilité des innovations dans le secteur immobilier

55%

des dirigeants considèrent que la filière de l’immobilier et de la ville est innovante

18%

des dirigeants estiment que la dynamique d’innovation est plus rapide en 2018 qu’il y a 5 ans

Depuis quelques années, les acteurs de l’immobilier et de la ville sont au cœur d’une effervescence constante sur les enjeux d’innovation, impulsée notamment par les appels à projets urbains innovants.

Le temps long et le prototypage de chaque projet, propre à la filière immobilière, justifient une innovation plus incrémentale et donc moins rapide que dans d’autres filières pour se saisir des ruptures technologiques et sociétales.

L’année 2018 marque une prise de recul des dirigeants interrogés quant à la notion d’innovation : désormais, ils font volontiers une distinction entre les innovations réelles et celles relevant davantages de démarches de communication.

Les démarches d’innovation des acteurs de la filière de l’immobilier et de la ville sont multiples et d’une grande diversité. Pour apporter plus de lisibilité et de visibilité aux démarches d’innovations, nous les avons classés en 8 grandes catégories.

Innovation numérique

Bim, visites virtuelles, block chain, objects connectés, plateformes d’intermédiation, smart grids, automatisation des processus locatifs…

Innovation par les usages

Economie de la fonctionnalité, coworking, espaces modulables, travail en mode projet, location courte durée…

Innovation financière

Désintermédiation financière, plateformes de crowdfunding…

Innovation managériale et organisationnelle

Télétravail, start-up internes, bureaux de demain, flex office

Innovation technique et de procédés de construction

Impression 3D, matériaux innovants (surfaces drainantes, isolants biosourcées…)

Innovation juridique

Permis de faire, SemOP, démarches d’appels à projets, permis de déroger…

Innovation citoyenne et participative

Projects participatifs, urbanisme éphémère, jardins partagés…

Innovation durable et circulaire

Matériaux écoresponsables, performance énergétique des bâtiments, éclairage à la lumière naturelle, agriculture urbaine, bâtiments à énergie positive…

4e défi : Poursuivre la transition écologique dans le secteur immobilier

Les dirigeants du secteur de l’immobilier et de la ville témoignent d’une réelle prise de conscience du défi mondial constitué par la transition écologique dans leurs métiers.

Si le bâtiment reste le premier poste de dépense en énergie finale (45%) et représente plus d’un quart des émissions de CO2 (27%) en France, des objectifs ambitieux ont été assignés à la filière d’ici une dizaine d’années.

Malgré une réelle prise de conscience et des performances environnementales en forte progression sur les programmes neufs, les dirigeants notent que deux sujets sont insuffisamment adressés à l’heure actuelle :

1la réhabilitation du parc existant reste balbutiante notamment parce que les conditions ne sont pas encore réunies pour s’attaquer en profondeur à ce marché qui est pourtant un enjeu majeur d’un point de vue économique, social et environnemental ;

2l’économie circulaire dans la filière témoigne d’une trop faible maturité des concepts et réalisations concrètes à ce jour : certains nouveaux métiers en charge de la gestion des matériaux sur le cycle de vie du bâtiment comme le circular manager sont toujours marginaux en 2018.

5e défi : Le Real Estate as a service

Besoins, technologies, usages : au sein de la filière de l’immobilier et de la ville, les transformations sont multiples et de plus en plus rapides. Pour rester performante et répondre aux besoins, la filière doit suivre ces évolutions alors que les temps de conception et de construction sont longs.

Les dirigeants envisagent plusieurs transformations fortes pour parvenir à cette agilité :

  • être plus intégré, à la fois au contact de l’utilisateur final et à l’origine de la conception ;
  • travailler ensemble tout au long de la vie des projets ;
  • miser sur l’innovation en structurant la R&D et en la rendant stratégique pour les structures

Commerce

Les business models font peau neuve pour s’adapter au e-commerce en misant sur l’expérience client, le contact humain, l’adaptation des surfaces et services aux nouveaux besoins des enseignes…questionnant les modèles économiques basés sur un loyer fixe accompagné d’une variable indexée sur le chiffre d’affaires.

Logistique

Confrontée à une obsolescence technique et technologique de plus en plus rapide, la logistique s’adapte en changeant ses implantations, ses équipements, ses services (IA, robotisation, gestion du dernier kilomètre, drones…).

Bureau

Face à la concurrence, le marché se modernise et fait émerger de nouveaux concepts basés sur les services, le bien-être, la flexibilité, les nouveaux modes de travail… questionnant les modèles économiques traditionnels et les baux 3/6/9.

Logement

Face à l’incapacité d’un grand nombre de ménages à accéder à la propriété, le coût de l’immobilier doit se travailler différemment : préfabrication, achat hors foncier ou co-living sont des exemples de réflexion soulignés par les dirigeants.

Equipements publics

Le privé prend le relais sur le financement et l’exploitation des équipements et équilibre son business model avec des programmes mixtes, de la flexibilité dans les usages et toujours plus de services.

6e défi : Mieux ouvrir le secteur immobilier à l’international

43% des dirigeants estiment que la filière contribue plus que les autres secteurs de l’économie au rayonnement de la France à l’étranger.

Pour eux, trois grands atouts de la filière font rayonner la France :

1La ville à la française (architecture, patrimoine et paysage) ;

2L’image des grands groupes et acteurs français ;

3Le savoir-faire de la filière, les compétences et la qualité des formations.

Bien que la filière de l’immobilier soit structurellement active sur un marché principalement domestique, ses acteurs exportent peu en comparaison des nouveaux world players (notamment la Chine), et seuls les grands groupes suffisamment solides financièrement semblent prendre le risque.

EY - Real Estate & Urban Employment Monitor – 3e édition

Part des dirigeants du secteur immobilier considérant l’ouverture à l’international comme importante, voire stratégique.

Téléchargement

Contacts

EY - Marc Lhermitte

Marc Lhermitte
Associé – Ernst & Young Advisory
Tél. : +33 1 46 93 72 76

EY - Jean-Roch Varon

Jean-Roch Varon
Associé – Ernst & Young et Associés
Tél. : +33 1 46 93 63 89

EY - Fabrice Reynaud

Fabrice Reynaud
Associate Partner – Ernst & Young Advisory
Tél. : +33 4 78 63 19 45

EY - Christophe Lasnier

Christophe Lasnier
Senior Manager – Ernst & Young Advisory
Tél. : +33 1 46 93 46 20