The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

Et si la France devenait l’un des pays à plus haut débit d’Europe en 2030 ?

Malgré un objectif ambitieux, la France a enchaîné les retards dans le déploiement de la fibre optique sur l’ensemble de son territoire. Incertitudes liées à l’approbation des financements par la Commission européenne, variété et étalement de l’habitat dans l’Hexagone, qualité du réseau ADSL n’incitant pas les usagers à lui préférer un abonnement très haut débit, problèmes techniques de réalisation, etc. Les raisons de ce retard ont été multiples. Et abondamment commentées.

Pourtant depuis peu, la France semble redresser la barre.

Certes, elle reste à la 26e place du classement mondial selon un rapport récent de l’OCDE pour le déploiement de la fibre optique. Certes, elle ne devrait pas être en mesure d’atteindre dans les temps les objectifs fixés par le gouvernement d’ici 2022.

Mais il y a aussi des raisons qui permettent de penser que la France a le potentiel d’aller au-delà des prévisions et des objectifs fixés par le gouvernement et qu’avec un effort de subvention publique supplémentaire pour achever de couvrir les zones rurales, elle peut même devenir l’un des pays les plus avancés en Europe en dépit d’une densité de population plus faible.

Car le déploiement de la fibre s’accélère. Pas tant dans les zones les plus denses qui sont de toute façon très proches d’être entièrement couvertes (83 % en 2018), mais dans les 3 600 communes situées dans les banlieues les plus éloignées des grandes villes où le nombre de prises a plus de doublé entre 2016 et 2018, passant de 2,7 millions de prises à 6,2 millions. Dans les communes rurales, le rythme d’installation même presque triplé. Si ces chiffres sont à mettre en perspective du faible nombre de prises initialement installées, le mouvement semble bel et bien lancé.

Conscientes de l’opportunité de désenclaver leur territoire, nombreuses sont les autorités locales qui se sont en effet déjà engagées à couvrir plus d’installations que ce qui avait été prévu dans les objectifs fixés par le gouvernement. Du côté des opérateurs privés, les mentalités changent également. Avec l’intérêt grandissant du grand public pour le très haut débit et l’accès limité aux technologies alternatives dans les zones plus reculées, ils s’intéressent désormais de plus en plus à ces zones initialement perçues comme moins stratégiques.

Autre raison d’être optimiste : la technologie employée.

Efficace et durable, la fibre est considérée comme la meilleure technologie très haut débit disponible sur le marché. Si le VSDL est performant, il est trop coûteux pour être déployé à l’échelle nationale et sa vitesse décroît à mesure que la distance augmente à cause des pertes liées à son support physique, le cuivre. Quant au câble, même si la technologie actuelle (DOCSIS 3.1) est comparable à la fibre en matière de performance avec les usages actuels, son faible débit montant limitera les usages à moyen terme.

Si nos voisins, notamment l’Allemagne et l’Italie ont déjà couvert respectivement 84 % et 86 % de leurs foyers en 2017 en très haut débit, ils se sont concentrés sur le VSDL et le câble. Contrairement à la France, la fibre y reste une technologie émergente.

Le renouvellement d’un réseau de communication à l’échelle d’un pays n’est pas un investissement qui se mesure à l’aune de quelques mois, ni même de quelques années.

Même si le démarrage a été lent, que de nombreux efforts doivent encore être entrepris, et que des subventions publiques sont encore sans doute nécessaires pour étendre le réseau dans les zones les plus éloignées des grands axes de communication, la France est bien positionnée pour atteindre, voire dépasser ses objectifs en 2030 et faire de cette nouvelle infrastructure un facteur d’attractivité pour les villes et les territoires, les entreprises et les administrations publiques, les investisseurs, mais aussi et avant tout les Français.

Téléchargement

EY - Retrouvez notre dernière enquête sur le déploiement de la fibre en France.

Retrouvez notre dernière enquête sur le déploiement de la fibre en France.

Télécharger l’étude