EY publie son étude sur les grandes tendances en matière de production de reporting financier

Paris - La Défense le 12 janvier 2016

  • Partagez

Cette étude interroge plus de 1000 DAF (Directeurs Administratifs et Financiers) et contrôleurs financiers de grands groupes à travers 25 pays répartis sur les 5 continents. Cette seconde édition met en exergue le degré d’utilisation croissant de technologies innovantes et le déploiement de nouveaux modèles opérationnels en matière de production de reporting.

51% des entreprises interrogées ayant plus de 10 milliards de revenus annuels ont déployé des centres d’excellence pour la production de leurs reportings.

Parmi les grands enseignements :

  • 85% des répondants français vont allouer un budget plus important à la mise en place de nouvelles technologies pour leur reporting corporate dans les deux années à venir (84% à l’échelle mondiale), notamment pour répondre aux besoins croissants de volume données à traiter et à analyser.
  • Les plus fortes augmentations de leurs dépenses concerneront d’une part l’outsourcing de la production de leur reporting pour 48% des répondants français (37% à l’échelle mondiale) et d’autre part la création de centres d’excellence pour 30% des répondants français (38% à l’échelle mondiale).
  • 51% des entreprises interrogées ayant plus de 10 milliards de revenus annuels ont déployé des centres d’excellence pour la production de leurs reportings.
  • Les changements de modèles opérationnels s’expliquent par une volonté d’améliorer l’efficacité de la production ainsi que la qualité des reportings pour 43% des répondants français (30% à l’échelle mondiale). Ces changements sont également dictés par une volonté de maitrise des coûts et d’amélioration de l’efficacité des processus de reporting pour 43% d’entre eux (seulement 27% à l’échelle mondiale).
  • Pour 28% des répondants français, l’accroissement de la complexité des principes comptables a un impact direct sur l’efficacité des processus de production de reporting et leur qualité (25% à l’échelle mondiale).
  • Les compétences en gestion des infrastructures IT sont positionnées comme les plus critiques dans le cadre de l’amélioration des processus liés à la production des reportings pour 40% des répondants français (36% à l’échelle mondiale).

« Les directions financières font face à des exigences croissantes des différentes parties prenantes en matière de reporting corporate et le temps de réponse devient un enjeu majeur. Les équipes en charge du reporting doivent fournir des contenus à forte valeur ajoutée qui vont au-delà de la simple production de données. » Explique Stéphane Kherroubi, Associé EY.

EY - Stéphane Kherroubi


Stéphane Kherroubi, Associé EY, se tient à votre disposition pour vous proposer son analyse sur le sujet et commenter ces résultats.