2019 : record absolu de fusions-acquisitions dans le secteur des sciences de la vie

Paris, le 29 janvier 2020

  • Partagez

EY publie les résultats de la 8ème édition de son enquête mondiale sur les fusions-acquisitions dans l’industrie biopharmaceutique. S’appuyant sur l’analyse d’un panel de plus de 70 entreprises du secteur et, point nouveau, de 10 entreprises technologiques (dont les GAFA), l’édition 2020 démontre que l’année écoulée a enregistré un nombre record de fusions-acquisitions dans le secteur. La valeur des transactions a ainsi atteint un sommet historique de 357 milliards de dollars pour l’année 2019.

Parmi les grands enseignements de l’étude :

Un montant record

Les fusions-acquisitions dans le secteur des sciences de la vie ont totalisé un montant inédit de 357 milliards de dollars en 2019, dépassant ainsi le précédent record atteint en 2014.

EY - 2019 : record absolu de fusions-acquisitions dans le secteur des sciences de la vie

Les écarts de croissance importants (différence entre la croissance des revenus d’une entreprise et celle de l’ensemble du secteur) et un marché volatil ont créé de nombreuses opportunités en 2019, notamment 4 « mégafusions » atteignant une valeur combinée de 232 milliards de dollars. L’activité M&A devrait continuer avec des sociétés qui cherchent à optimiser leurs portefeuilles pour se concentrer davantage sur quelques domaines thérapeutiques, à augmenter leurs revenus à court terme et à mettre en place des partenariats pour un meilleur accès à l’innovation. En outre, la capacité d’acquisition des entreprises du secteur reste très importante, en particulier pour les medtechs et les grandes biotechs.

Une « puissance de feu » exploitée de manière inégale et un volume de transactions qui diminue

Si les grandes entreprises pharmaceutiques ont utilisé 35% de leur « puissance de feu » en acquisitions en 2019, les biotechs n’en ont utilisé que de 10%. Avec une « puissance de feu » disponible de 1,4 trilliard, de nombreuses opportunités sont à présager pour 2020.
Mais, un point à suivre, en 2019, le nombre d’opérations a diminué de 14% par rapport à 2018.

Une croissance ciblée qui drive les acquisitions

Dans cette nouvelle édition du rapport, 23 entreprises de biopharma ont été analysées en prenant en compte les revenus générés par aire thérapeutique : celles qui se caractérisent par une forte concentration de leur portefeuille produits (10 sur 23) ont surperformé sur 4 des 5 indicateurs de mesure : croissance des revenus, ROI, marge et évaluation moyenne.

Les entreprises ont continué de privilégier l’innovation produit, au détriment des nouvelles technologies (digital, analytics,…) qui sont également créatrices de valeur. « Les entreprises performeront non seulement en détenant de nouveaux produits, mais aussi parce qu'elles auront accès à des données et à l'IA qui leur permettra de les analyser. Si elles sont correctement exploitées, ces informations peuvent améliorer l'expérience des soins de santé, les décisions cliniques et les résultats. » détaille Virginie Lefebvre-Dutilleul, associée EY.

Les grandes tendances pour l’année 2020

L’étude identifie un certain nombre de tendances clés pour le secteur, susceptibles de stimuler l’activité M&A dans les prochains mois :

  • S’inscrivant ainsi dans une stratégie « try-before-you-buy », les alliances stratégiques et acquisitions de produits vont continuer à générer de la croissance sur le marché en 2020.
  • La volatilité du marché ainsi que la nécessité de recentrer les portefeuilles d’activité devraient favoriser un grand nombre d’opportunités de transactions. Les big pharma vont continuer de se retirer progressivement des secteurs thérapeutiques les moins porteurs pour se concentrer non seulement sur des domaines thérapeutiques spécifiques mais aussi sur un business model précis. L’analyse menée par EY sur 100 sociétés à petite et moyenne capitalisation démontre que 60% d’entre elles se négocient en dessous des cours moyens des actions, créant ainsi des opportunités d’achat pour les acquéreurs.
  • Le secteur de la thérapie cellulaire et génique devrait continuer d’être un domaine d’investissement de premier plan grâce aux progrès scientifiques confirmant leur efficacité. Ces aires thérapeutiques constituent un véritable vivier d’opportunités. Le rapport met en exergue une hausse de 880% du nombre de fusions-acquisitions entre 2014-2015 et 2018-2019.

« 2019 a été une année record, en raison des opérations dans le secteur pharmaceutique. Les prochains mois seront sans doute synonymes de mégafusions pour les biotechs et les medtechs. Les opportunités émergeront également dans le domaine de la thérapie cellulaire et génétique » ajoute Virginie Lefebvre-Dutilleul, associée EY.

EY - Virginie Lefebvre-Dutilleul

Virginie Lefebvre-Dutilleul, avocat associé EY, responsable du secteur des Sciences du Vivant se tient à votre disposition pour vous apporter un éclairage sur ces éléments.

1 l’indice « Firepower » (« puissance de feu ») créé par EY mesure la capacité des entreprises biopharmaceutiques à financer des opérations de fusions-acquisitions, en fonction de leur capitalisation boursière et de la solidité de leur bilan.