3ème étude annuelle sur l’économie et les métiers de l’immobilier et de la ville en France

Paris le 21 février 2019

  • Partagez

EY, la Fondation Palladio et Business Immo publient les résultats complets du « Real Estate and Urban Employment Monitor – France - 2019 », 3ème édition de cette étude de référence sur l’économie, les enjeux et les métiers de l’immobilier et de la construction de la ville.

L’étude couvre l'ensemble des composantes de la filière en France, soit plus de 100 métiers réunis au sein de 8 secteurs d'activité interconnectés : architecture-aménagement-urbanisme, construction des bâtiments, commercialisation, expertise et conseil, gestion de l’immobilier, investissement et financement de l’immobilier, ingénierie et prestations techniques, promotion immobilière.

Conduite avec la participation de 30 organisations et fédérations professionnelles de l’immobilier et de la ville, elle a mobilisé plus de 1000 dirigeants de juillet à octobre 2018 qui ont partagé leurs analyses, dressé des perspectives et évoqué leurs défis d’innovation et de développement. 300 étudiants ont également été consultés de septembre à novembre 2018.

La filière évoque ses enjeux et projets en matière de ressources humaines

  • 83% des dirigeants de l’immobilier et de la ville envisagent de recruter dans les 3 prochaines années, dont 87% en CDI.
  • Cependant, 74% éprouvent des difficultés à recruter et ce de manière plus importante que les années précédentes.
  • 2 aptitudes critiques sont recherchées par les dirigeants du secteur : la capacité à travailler en équipe et le sens du service client.
  • Et 5 attentes prioritaires sont exprimées par les étudiants lors de leur recherche d’emploi : le sens donné à son travail, le niveau de rémunération, la possibilité de travailler sur des projets concrets, les perspectives de carrière et d’évolution rapide et le cadre de vie au travail.
  • 43% des dirigeants interrogés ont mis en place des initiatives et actions proactives en faveur de l’égalité hommes-femmes (accords d’entreprise relatifs à l’égalité professionnelle, harmonisation des rémunérations, suivi des équilibres hommes-femmes lors des processus de recrutement, campagnes internes contre les préjugés et discriminations, développement de parcours de formation spécifiques, …).
  • 93% des dirigeants de l’immobilier et de la ville estiment servir l’intérêt général dans le cadre de leur métier, ce qui rejoint la première attente des étudiants, et 92% recommanderaient à leur proches, amis, enfants de travailler dans la filière.

La filière de l’immobilier et de la ville reste incontournable dans l’économie française

  • La filière représente 10,8% du PIB en 2017 et a connu une croissance de 3,3% entre 2016 et 2017 (contre 2,2% de croissance pour l’économie française sur la même période).            
  • En 2017, la filière occupait 2,1 millions de personnes et a créé 55 000 emplois (1 emploi sur 5 créé en France).
  • En tête des défis 2019 pour les dirigeants, le recrutement et l’attractivité de la filière et de ses métiers car les difficultés de recrutement naissent d’un paradoxe entre la réalité d’une filière dynamique et son image externe, qui reste complexe. L’enjeu de promouvoir une filière plus intégrée, ayant une responsabilité collective de fabrication de la ville et des lieux de vie, est également exprimé.
  • Ensuite viennent l’innovation (car seulement 55% des dirigeants jugent leur secteur plus innovant que d’autres) et l’évolution de leurs business models, afin d’accompagner le mariage de la technique, des contraintes économiques et des usages sur l’ensemble des classes d’actifs.
  • Puis l’adaptation plus rapide à la transition écologique car la filière représente toujours le premier poste de dépense en énergie.
  • Et enfin, l’ouverture à l’international et le rayonnement du savoir-faire français à l’étranger.

« Stimulé par les grands appels à projets urbains ou les perspectives de Paris 2024, le niveau de l’activité est encourageant. Nombreuses sont les collectivités ayant décidé de repenser leur urbanisation et de s’adapter – vraiment – aux transitions écologique, numérique et démographique. » explique Marc Lhermitte, associé EY.

« Pour 2019, les décideurs interrogés restent optimistes, mais prudents en raison de l’évolution possible des taux d’intérêt, des conséquences encore inconnues de dispositions législatives récentes, notamment en matière de logement, ou encore des élections municipales de 2020 qui pourraient influencer un secteur fortement dépendant d’aléas économiques ou même géopolitiques. » commente Jean-Roch Varon, associé EY.

 « Parce que la « fabrique de la Ville et des lieux de vie » est l’un des plus grands enjeux du 21è siècle, elle nécessite d’attirer les nombreux talents indispensables pour faire face à l’explosion des besoins immobiliers et urbains des prochaines décennies. Cette étude, désormais attendue par beaucoup, contribue à une meilleure compréhension de l’économie et des métiers de l’immobilier et de la construction de la ville en France et constitue une véritable source d’information pour les étudiants, professionnels, pouvoirs publics et médias. » ajoute Bertrand de Feydeau, président de la Fondation Palladio.

EY - Jean-Roch VaronEY - Marc Lhermitte

Jean-Roch Varon et Marc Lhermitte, associés EY et auteurs de l’étude, se tiennent à votre disposition pour vous apporter un éclairage sur les résultats.