Baromètre EY 2019 de l’Attractivité de l’Afrique

Paris, le 27 novembre 2019

  • Partagez

EY publie les résultats de la nouvelle édition de son baromètre dédié à l’Attractivité de l’Afrique, qui dresse un bilan des investissements directs étrangers sur l’année 2018 en Afrique. Avec 329 projets et 34,1 milliards de dollars d’apport en capital, la France est en deuxième position en volume des investissements directs étrangers sur le continent africain pour la période 2014-2018.

Parmi les grands enseignements de cette nouvelle édition :

  • Les investissements directs étrangers restent stables par rapport à 2017, avec 710 projets menés sur l’année 2018 (contre 655 en 2017). Ils ont permis la création de 117 000 postes et ont attiré un montant en capital de 75,5 milliards de dollars en 2018.
  • La France est le deuxième investisseur le plus important en volume sur la période 2014-2018 avec 329 projets (34,1 milliards de dollars de capital investi) derrière les Etats-Unis (463 projets et 30,9 milliards de dollars). La Chine est quant à elle l’investisseur le plus important en valeur sur la période 2014-2018 avec 72,2 milliards de dollars de capital investi, pour 259 projets.
  • Les pays africains qui attirent le plus les investissements en 2018 sont l’Egypte (12 milliards de dollars), l’Afrique du Sud et le Maroc (chacun 5 milliards de dollars).
  • Sur la période 2014-2018, 66 % des investissements directs étrangers sont destinés aux services, tandis que respectivement 23 % et 11 % sont destinés à l’industrie et aux industries extractives.
  • Le premier secteur d’investissement en 2018 concerne les télécommunications et les médias (133 projets en 2018), suivi par la grande distribution (125 projets) et les transports (93 projets).

Focus France

  • En 2018, la France a investi 5,5 milliards de dollars en Afrique, soit presque cinq fois plus qu’en 2017 (1,2 milliards de dollars).
  • Les investissements français ont permis la création de 10 128 postes en 2018, contre 8 148 en 2017.
  • Entre 2014 et 2018, 51 % des projets réalisés ont été implantés dans des pays d’Afrique francophone, ce qui représente 67 % des investissements totaux en direction de cette région. Ils ne représentent cependant que 30 % du capital investi en Afrique par les entreprises françaises.
  • Entre 2014 et 2018, les investissements directs français sont majoritairement tournés vers les services, qui représentent 74,3 % du total. L’industrie et le secteur des industries extractives représentent respectivement 15,4 % et 10,3 % des investissements directs français en Afrique.

« En Afrique, l’investissement à dimension technologique continue de croître tandis que la transformation numérique s’accélère. Si les entreprises et les gouvernements travaillent et investissent ensemble dans les infrastructures numériques comme les réseaux 5G, les plateformes WiFi et les data centres pour le cloud, l’Afrique se placera au premier rang des destinations des IDE. » commente Nathalie Van Vliet, Associée EY, responsable des activités conseil pour l’Afrique Francophone.

EY - Nathalie Van Vliet

Nathalie Van Vliet, associée EY responsable de l’activité Conseil sur l’Afrique francophone, se tient à votre disposition pour vous apporter un éclairage sur cette étude.