Baromètre Attractivité de la France 2019

Paris, le 4 juin 2019

  • Partagez

Malgré un climat politique et social compliqué, à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières, l’attractivité de la France résiste aux chocs. En 2018, 1027 projets d’investissements directs étrangers ont été annoncés dans l’Hexagone. Désormais, la France dépasse même l’Allemagne et talonne le Royaume-Uni.

Des résultats positifs en 2018, dans un contexte tendu…

  • L’Europe enregistre une baisse historique des projets internationaux (-4%), conséquence du Brexit, d’une croissance plus incertaine et de la réforme fiscale américaine.
  • La France reste dans la course avec 1027 projets, soit une hausse de 1% par rapport à 2017.
  • Elle dépasse même l’Allemagne, un de ses concurrents historiques (973 projets, -13%) et est proche de ravir la 1ère place européenne au Royaume-Uni (1054 projets, -13%), évidemment touché par le Brexit.

… qui a aussi des répercussions sur l’image de la France et les projets des investisseurs en 2019.

  • L’optimisme à 3 ans des dirigeants internationaux diminue après l’enthousiasme suscité par l’élection d’Emmanuel Macron (30% en 2019 contre 55% en 2018).
  • En conséquence, les perspectives d’implantations reculent (de 24% à 19%). 57% des dirigeants se déclarent sensibles au climat social et politique au plan européen.
  • Cependant, l’image de la France en 2019 reste appréciée sur le long terme par 80% des investisseurs, ce qui montre que la dynamique de la France reste bien orientée.

La France séduit industriels et innovateurs…

  • La France enregistre une hausse de 85% des projets d’investissements dans la recherche et développement et devient la première destination européenne pour cette activité. Avec 144 projets, elle devance désormais les résultats cumulés du Royaume-Uni et de l’Allemagne (respectivement 74 et 64).
  • Avec 339 implantations industrielles en 2018, la France reste N°1 en Europe, devant la Turquie et l’Allemagne. 70% des dirigeants croient en l’industrie « made in France ». Les Hauts-de-France sont la 1ère région française pour l’accueil de projets industriels.
  • Malgré les gilets jaunes, Paris reste la métropole européenne la plus attractive pour la seconde année consécutive (30%, en baisse de 7 points), devant Londres qui a perdu plus de la moitié de ses soutiens en 4 ans.

…mais doit maintenir le cap pour renforcer ses atouts.

  • Pour 47% des investisseurs, la France doit intensifier son action de simplification et de modernisation. Ils estiment pour 44% d’entre eux que la France doit améliorer sa compétitivité fiscale et pour 37% réduire le coût du travail.
  • A plus long terme, 37% des investisseurs affirment que la France doit développer l’éducation et les compétences pour maintenir sa position concurrentielle dans l’économie mondiale. 36% des investisseurs estiment qu’elle doit soutenir les petites et moyennes entreprises.

Jean-Pierre Letartre
Président d'EY France

Le message lancé par les investisseurs dans ce baromètre est clair : la France doit à tout prix maintenir le cap, en innovant et en s’imposant sur la scène européenne. Les années à venir se montreront cruciales pour l’avenir de nos entreprises et la confiance des investisseurs qui en découlera. Notre étude révèle des points sensibles à surveiller : l’enthousiasme de l’année 2018 laisse place à un retour à la normale en 2019, signe que le train des réformes de compétitivité et de modernisation ne doit pas se ralentir.

Marc Lhermitte
Associé EY

Si l’an dernier la progression de la France était impressionnante, c’est plutôt sa résilience qui peut surprendre cette année. Alors que les investissements en Europe diminuent, la France conserve une légère croissance et gagne une place. Sa capacité à attirer les investissements innovants et l’industrie démontre qu’elle possède des atouts qui lui permettent d’être compétitive. Elle doit désormais faire revenir des sièges sociaux et convaincre les investisseurs étrangers dans le digital.