La protection et la confidentialité des données : un enjeu majeur pour 78% des répondants

Etude EY “Global Forensic Data Analytics Survey 2018”

Paris, le 31 janvier 2018

  • Partagez

Paris, le 31 janvier 2018 – Conduite auprès de 745 entreprises de 19 pays différents, utilisant activement l’analyse de données, l’étude EY « Global Forensic Data Analytics » dresse un état des lieux de leur niveau de maturité en la matière.  

  • Seulement 33% des répondants affirment avoir mis en place un plan pour la conformité au Règlement Général européen sur la Protection des Données (RGPD). En France, 50% des répondants sont en cours de mise en conformité, en retrait par rapport au reste de l’Europe où le taux monte à 60%. Ce règlement est également  suivi à l’étranger du fait de la portée de cette réglementation : 27% des répondants en Afrique et au Moyen-Orient ont un plan en cours de déploiement, le pourcentage s’élève à 13% pour les Amériques et à 12% en Asie Pacifique.
  • 14% des répondants affirment déjà utiliser le Robotic Process Automation (RPA), pour gérer les risques légaux liés à la conformité et la fraude, 39% affirment qu’ils adopteront probablement le RPA dans l’année à venir, suivi de l’intelligence artificielle pour 38%. « L’évolution normative poursuit son accélération et la mise en œuvre de nouvelles technologies a pour corollaire l’introduction de lois sur la protection et la confidentialité des données, comme le GDPR. Mettre en place ces technologies d’analyse de données est une solution pour répondre à l’accroissement de la responsabilité qui est donnée aux entreprises par des législations comme Sapin 2. L’opinion publique attend des dirigeants des entreprises qu’ils aient une supervision exhaustive de l’entreprise comme peut le fournir le traitement exhaustif informatisé. » commente Olivier Mesnard, Directeur Associé, chargé de l’activité Forensic au sein du département Fraud Investigation & Dispute Services d’EY France.
  • 42% des entreprises estiment que les lois concernant la protection et la confidentialité des données ont un impact significatif sur la conception de leurs systèmes d’analyse des données.
  • Seulement 13% des entreprises ont le sentiment que leur organisation a les compétences techniques adéquates pour mettre en œuvre et tirer le meilleur parti possible des résultats liés aux technologies d’analyse de données. Si le virage technique est déjà amorcé pour beaucoup d’entre elles, celles-ci manquent de talents pour gérer le déploiement optimal de l’analyse de données.
  • En 2016, 24% des répondants avaient externalisé l’analyse de leurs données, ils sont 31% à l’avoir fait en 2018. 39% des répondants n’ont pas de personnel dédié à l’analyse de données.

 « L’analyse de données n’est pas seulement une question d’outils, il faut surtout changer le paradigme mis en œuvre pour penser en terme de données et allier les compétences techniques avec la connaissance des métiers de l’entreprise et de gestion des risques. Les investissements en augmentation dans le domaine sont un signe qui corrobore l’intérêt que nos clients portent à ces sujets. Les entreprises ont besoin des connaissances techniques de data science pour gérer les enjeux de demain dont la compliance fait partie. » explique Olivier Mesnard.

Focus sur la France :

  • Pour 93% des répondants, le département financier est le principal responsable de l’analyse de données dans l’entreprise.
  • 51% des répondants ont entre 1 et 5 personnes dédiées à l’analyse de données (36% dans le monde), 5% entre 6 et 10 personnes (9% dans le monde) et 15% plus de 10 (13% dans le monde).
  • Les principaux bénéfices de l’analyse de données cités sont l’amélioration de la gestion des risques et la conformité réglementaire (83% pour chaque).

EY - Antoinette Gutierrez-CrespinEY - Olivier Mesnard


Antoinette Gutierrez-Crespin (Associée EY, FIDS) et Olivier Mesnard (Associé EY, FIDS) se tiennent à votre disposition pour vous proposer une analyse du sujet et commenter ces résultats.

 

Etude disponible sur simple demande


Méthodologie
Etude menée entre Octobre et Novembre 2017 par Longitude Research. 745 interviews ont été menées parmi 19 pays dans des organisations utilisant activement l’analyse de données d’investigation. Les répondants sont les responsables des programmes anti-fraude de leurs entreprises.