Panorama des fondations et fonds de dotation créés par des entreprises mécènes

Paris le 25 septembre 2018

  • Partagez

Les entreprises pour la Cité et EY publient les résultats de la 3ème édition du Panorama des fondations et fonds de dotation créés par des entreprises mécènes, avec un sujet totalement inédit : l’hybridation des modèles économiques.

L’édition 2018 poursuit les analyses engagées en 2014 et 2016, mettant en lumière les évolutions du mécénat des entreprises. L’enquête quantitative, un panel de 83 fondations et fonds de dotation créés par des entreprises croise les analyses et visions prospectives des acteurs du secteur.

Publié tous les deux ans, le Panorama dresse un état des lieux de ces structures en mettant en lumière leur évolution, leurs modes de fonctionnement et périmètres d'action, leurs ressources humaines et financières, ou encore l’implication et la place croissante des collaborateurs dans leurs projets.

Cette édition aborde un sujet central : l’hybridation des modèles économiques des fondations et fonds de dotation impulsés par des entreprises mécènes. Cette analyse s’appuie sur des entretiens et des témoignages exclusifs de personnalités du secteur, parmi lesquels :

Antoine SIRE, Directeur de l’Engagement d’entreprise chez BNP Paribas
Frédéric BARDEAU, Co-fondateur de Simplon.co
Antoine BROTO, Responsable innovation et entreprenariat social, Fondation VINCI pour la Cité

L’évolution majeure des enjeux sociétaux, la multiplicité des acteurs participant à l’hybridation des modèles, mêlant acteurs et activités lucratifs (acteurs économiques) et non lucratifs (structures d’intérêt général), œuvrant ainsi au-delà de leurs champs d’action respectifs, dans une logique de complémentarité, de croisement des expertises, et de recherche de sens et d’impact communs.

Si 28% des structures interrogées considèrent que l’hybridation des modèles constitue potentiellement une zone de risque, cette dernière apparait toutefois comme une opportunité pour la plupart des structures philanthropiques créées par des entreprises.

Parmi les autres grands enseignements du Panorama :

La moitié des fondations et fonds de dotations impulsés par des entreprises sont opérationnellement rattachés à la présidence (33%) ou à la direction générale (22%).

90% des structures interrogées estiment que leurs actions ont une répercussion positive voire très positive sur l’image de leur entreprise.

Les 3 principaux champs d’action de ces structures sont l’éducation (61%), l'insertion professionnelle (57%) et l'action sociale (58%).

83% des entreprises impliquent désormais leurs collaborateurs dans les actions de solidarité (+19% vs 2014), et 74% considèrent que cela contribue à renforcer la cohésion interne.

86% des structures interrogées ont déjà mis ou mettent actuellement en place une démarche d'évaluation de leurs actions.

« L’hybridation des modes d’actions et de financement, des bénéficiaires, voire de la gouvernance, est désormais un élément déterminant de l’adaptabilité des structures actrices de l’intérêt général. » Philippe-Henri Dutheil Avocat Associé – EY Responsable national du secteur ESS

« Nous sommes aujourd’hui dans une zone grise où les expérimentations sont rendues possibles par des interprétations singulières, parfois risquées, du cadre légal. Participons donc à construire une loi adaptée à ces nouvelles pratiques, favorisant les innovations sociales des entreprises tant que celles-ci sont au service de la Cité ! » Antonella Cellot-Desneux – Déléguée Générale du réseau Les entreprises pour la Cité