Rapport annuel sur le secteur des biotechnologies
Un marché à maturité ?

Paris - La Défense le 20 juin 2017

  • Partagez

EY publie la 31ème édition de son rapport mondial sur le secteur des biotechnologies*, Beyond borders - Staying the course.

L’industrie des biotechs affiche en 2016, malgré un chiffre d’affaires en légère progression, un résultat net en forte baisse.
Les activités de recherche et développement font toujours l’objet d’investissements massifs, se concentrant plus particulièrement sur les nouvelles technologies (digital, intelligence artificielle,…) afin de rester à la pointe de l’innovation sur un marché très compétitif.

« Les performances record enregistrées en 2015 semblaient avoir atteint un niveau maximum, annonciateur d’une certaine maturité sur un marché soumis à de nombreuses pressions politiques et évolutions réglementaires.
On observe cependant une certaine résilience de la part des acteurs du marché et une réelle capacité, pour les plus jeunes, à attirer les investisseurs et consacrer des investissements importants aux activités de R&D » souligne Armelle Sérose, experte EY du secteur des biotechnologies.

Les principaux résultats de l’étude mettent en évidence

  • Une croissance de chiffre d’affaire modérée et un bénéfice net en fort déclin :
    Les entreprises basées en Europe et aux Etats-Unis ont affiché une croissance de résultat de 7% en 2016 (après 2 ans de croissance à deux chiffres), totalisant plus de 139 milliards de dollars.
    Le bénéfice net a chuté de 52% atteignant 7,9 milliards de dollars. Pour rappel, la progression observée en 2015 était de 18%.
    L’Europe affiche, quant à elle, un résultat de 27,2 milliards de dollars, en progression de 19% par rapport à 2014 (contre +4% de 2014 à 2015).
  • Des dépenses de R&D toujours plus importantes mais une capitalisation boursière au plus bas :
    Les dépenses de R&D, indicateur majeur de la santé du secteur, ont atteint un record en 2016, totalisant 45 milliards de dollars soit une progression de 12%.
    Sur ce total, les entreprises basées en Europe ont dépensé 6,9 milliards de dollars en R&D, soit une progression de 3% par rapport à 2015 (contre 11% de 2014 à 2015).
    La capitalisation boursière cumulée pour l’ensemble de l’industrie s’est élevée à 863 milliards de dollars en 2016, soit une chute de 17% par rapport à l’année dernière.
    Cet indicateur a revanche progressé en Europe (+9% contre -22% aux US), atteignant 164 milliards de dollars.
  • Une activité de fusions-acquisitions (M&A) soutenue :
    Sur l’année, on a dénombré 79 transactions, pour une valeur totale de 94,4 milliards de dollars. Ces indicateurs sont en léger recul par rapport aux valeurs record enregistrées en 2015 mais restent à un niveau très élevé.
    En Europe, 28 opérations de M&A ont été réalisées en 2016 (contre 41 en 2015, soit 32% de moins) pour un montant total de 16,7 milliards de dollars (15 milliards en 2015, soit 11% de plus).

EY - Armelle Sérose


Armelle Sérose, experte EY du secteur des biotechnologies, se tient à votre disposition pour vous apporter un commentaire sur ces résultats.

 

*Méthodologie
Les principaux résultats de ce rapport reposent sur une analyse menée par EY portant sur les entreprises dont la commercialisation des biotechnologies modernes constitue le cœur de métier. Dans ce contexte, nous nous sommes limités aux entreprises de biotechnologie établies dans des centres biotech d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Australie. La biotechnologie moderne utilise la technologie génétique et d’autres procédés de biologie moléculaire pour produire des médicaments, des diagnostics et des produits chimiques spéciaux ainsi que des plantes et des animaux transgéniques. Notre enquête initiale est basée sur un sondage mené chaque année auprès d’entreprises ainsi que sur des informations publiques (rapports annuels, sites Internet, etc.). Nous la complétons éventuellement par des données provenant de sources externes (BioCentury, Capital IQ, Medtrack, VentureSource et Thompson) ainsi que des sources d’information régionales. Les sources spécifiques sont indiquées sous les illustrations du rapport.