Les évolutions du reporting corporate face aux enjeux de la finance 4.0

Paris, le 19 décembre 2017

  • Partagez

EY publie la 4ème édition de son étude mondiale sur le corporate reporting. Cette étude interroge plus de 1 000 dirigeants de directions financières (DAFs, contrôleurs financiers, responsables trésorerie…) de grands groupes à travers 25 pays répartis sur les 5 continents. Cette nouvelle édition décrypte la manière dont les sociétés exploitent les données et les technologies innovantes comme des atouts afin de délivrer une vision stratégique aux différentes parties prenantes.

Parmi les principaux enseignements :

  • Transformation digitale 65% des répondants témoignent d’une incertitude quant aux risques d’impacts sur l’efficacité du reporting, liés à l’utilisation des nouvelles technologies pour le transformer. 64% considèrent que l’opacité relative à la propriété et la gestion des données affecte l’efficacité du reporting.
  • Evolutions réglementaires : 72% indiquent que l’obligation d’aligner le reporting aux normes comptables en évolution permanente nuit à l’efficacité du reporting.
  • Préparation des rapports financiers85% pensent que les data prédomineront, mais la majorité des interrogés souligne la difficulté à évaluer les différentes normes de sécurité des data centers par rapport au cloud computing. 53% affirment que les évolutions technologiques seront déterminantes au sein des métiers de la finance, mais  53%  des dirigeants financiers considèrent le manque d’intégration entre les différents systèmes informatiques comme un véritable défi.
  • Pilotage de la performance financière58% affirment que les comités d’audit et les conseils devront capitaliser sur les analytics afin d’améliorer leur gestion des risques. 82% indiquent que les comités d’audit et les conseils mettent d’avantage l’accent sur la culture d’entreprise et son impact sur la conformité et la prévention de la fraude.

Focus France :

  • Le reporting ne cesse de se complexifier : 71% des répondants ont 11 standards de reporting ou plus auxquels ils doivent se conformer et 71% ont 11 systèmes de reporting ou plus.
  • Les évolutions technologiques modifient la façon de voir le reporting, la moitié des décideurs financiers considèrent les systèmes IT comme le principal enjeu actuel de l’environnement du reporting corporate.
  • Avec un intérêt croissant pour les technologies et les outils d’analyse de données, 65% des répondants pensent que les membres des comités d’audit devront développer de nouvelles compétences et 63% affirment devoir mettre l’accent sur les risques liés à la  protection des données.
  • Les lacunes en termes de capacités d'analyses avancées et de compétences quantitatives dans la fonction finance constituent un obstacle majeur à la transformation technologique (il est cité par 43% des répondants). Le manque de compétences au sein de la fonction finance, quant à lui, est une des barrières principales pour 38% des répondants.

 « Face aux rapides évolutions technologiques et à l’accroissement des données disponibles, les organisations doivent développer une approche différente du reporting et de la gouvernance. Cette évolution leur permettra d’accroître la transparence et la confiance des parties prenantes, deux leviers nécessaires à la croissance.» Explique Stéphane Kherroubi, Associé EY.

EY - Stéphane Kherroubi


Stéphane Kherroubi, Associé EY, se tient à votre disposition pour vous proposer son analyse sur le sujet et commenter ces résultats.