(R)Evolution : 25 ans de transformation de l’écosystème entrepreneurial français

Paris, le 22 septembre 2017

  • Partagez

A l’occasion du 25ème prix de l’entrepreneur de l’année, EY et l’ESCP Europe publient les résultats de l’étude « (R)Evolution : 25 ans de transformation de l’écosystème entrepreneurial français ». Cette étude analyse l’évolution de l’entrepreneuriat en France sur ces deux dernières décennies. Cette analyse s’articule autour de 7 grands thèmes:

  • Entrepreneurs : du profil de l’original au modèle de réussite.
  • Formateurs : de quelques passionnés à une communauté académique riche et variée.
  • Accompagnateurs : de l’émergence à l’accélération.
  • Investisseurs : d’une logique bancaire à une approche entrepreneuriale.
  • Grands groupes : de l’indifférence à l’évidence
  • Décideurs et régulateurs : quand l’entrepreneuriat devient une priorité nationale
  • Portraits

La France a connu une mobilisation sans précédent : en 25 ans, toutes les parties prenantes du pays se sont lancées dans une myriade d’actions et d’initiatives pour rendre l’économie plus entrepreneuriale. Aujourd’hui, les résultats sont étonnants et très encourageants. Cependant, le slogan « tous entrepreneurs » ne peut seul assurer un développement économique et social harmonieux dans le pays. Plus que l’enjeu de la création d’entreprise lui-même, il faut travailler sur trois leviers complémentaires : la croissance, la protection et l’agilité des organisations. » analyse Jean-François Royer, associé EY et auteur de l’étude.

«Il y a 25 ans, personne n’aurait considéré la France comme un pays à la pointe de l’entrepreneuriat. Bien au contraire, le pays était régulièrement à la traîne des classements internationaux sur le sujet. La situation s’est aujourd’hui inversée et certains considèrent même que l’hexagone pourrait devenir le leader européen d’ici 3 à 5 ans ! Un tel revirement ne s’est pas fait en un jour.» explique Sylvain Bureau, directeur de la Chaire Entrepreneuriat ESCP Europe.

Parmi les enseignements de cette étude :

  • C’est en France que l'intention d’entreprendre chez les jeunes est la plus élevée des pays de l’OCDE : 34% des étudiants veulent devenir entrepreneurs. Dans les trois meilleures écoles de commerce parisiennes, les diplômés qui deviennent entrepreneurs sont 10 fois plus nombreux qu’en l’an 2000.1
  • En 2016 la France est le pays au monde dont les grands groupes collaborent le plus avec les startups : 100% du CAC 40 a lancé des programmes en ce sens ; mais en termes d’investissements, le montant des investissements en Corporate Venture en France était 24 fois inférieur à celui des Etats-Unis en 2015.
  • Parmi les 5 plus gros investissements en capital risque d’Europe, 3 sont français mais les tickets moyens demeurent près de 2 fois inférieurs de ceux pratiqués en Angleterre et près de 3 fois inférieurs à ceux de l’Allemagne (Q1 2017). 2
  • Il y a en France 228 incubateurs et 49 accélérateurs : c’est 3 fois plus de « tiers lieux » consacrés à l’entrepreneuriat qu’en 2010. 3
  • En 2016, 1517 entreprises ont été créées par jour en France en moyenne mais à peine 50 entreprises françaises de moins de 8 ans ont levé plus de 15 millions de dollars, contre près de 1500 aux Etats-Unis sur la même période.

EY - Franck Sebag EY - Jean-François Royer


Sylvain Bureau, directeur de la Chaire Entrepreneuriat ESCP Europe et Jean-François Royer, associé EY, se tiennent à votre disposition pour vous apporter un commentaire de cette étude.

 

1Baromètre Moovjee

2 Dealroom, 2017 Q1 European Venture Capital Report, Avril. Lien URL : https://blog. dealroom.co/wp-content/uploads/2017/04/2017-European-Venture-Capital-Report.pdf

3Farid Khedri, 2016, Infographie : La France, terre des start-ups ?, Madyness. Lien URL : https://www.maddyness.com/2016/10/28/france-terre-de-startups/

4 https://www.senat.fr/rap/l99-189/l99-1891.html