The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

Baromètre 2020 de l’attractivité industrielle de la France

L’heure des choix

Attractivité industrielle de la France : l’heure des choix

Chaque année, EY publie en France un baromètre de l’attractivité de la France. Cette publication de référence propose une analyse croisée des implantations réalisées dans l’Hexagone par des investisseurs étrangers et l’opinion des dirigeants sur le site France, aujourd’hui et demain.

Découvrez en ligne l’intégralité de notre étude

Lire la suite de l’Avant-Propos

Synthèse du baromètre de l’attractivité industrielle de la France

La France est toujours attractive pour les industriels étrangers…

  • Elle conservait fin 2018 la 1ère place européenne pour les sites de production d’entreprises à capitaux étrangers, avec 339 projets d’implantation et d’extension. Elle se positionnait ainsi devant la Turquie (203) et l’Allemagne (152), alors que le Royaume-Uni voyait le nombre des ses investissements directs étrangers (IDE) industriels chuter de 35% entre 2017 et 2018.
  • Pourquoi ce constat, en apparence surprenant ? Notamment, grâce à l’effet gravitationnel des leaders industriels français, puissants et exportateurs dans l’aéronautique, la construction navale ou l’agro-alimentaire, par exemple.
  • L’attractivité industrielle premium se matérialise en France par de nouveaux sites de production (68 en 2018), attirés ou fixés par des bassins d’emplois et de compétences sophistiqués, équipés et mieux soutenus par un effort public dans des territoires et secteurs en transition.
  • Au final, les dirigeants d’entreprises étrangères sont confiants quant aux perspectives de l’industrie française : près de 70% d’entre eux voient un avenir à l’industrie « made in France » et « made by France ».

1ère place classement européen de la France pour les sites de production d’entreprises à capitaux étrangers avec 339 projets d’implantation et d’extension.

68 nouveaux sites de production en France en 2018.

70% des dirigeants d’entreprises étrangères sont confiants quant aux perspectives de l’industrie française et voient un avenir à l’industrie « made in France » et « made by France ».

…qui redoutent néanmoins un environnement international complexe et une compétitivité encore fragile

  • Les règles du jeu mondiales et européennes ont changé, entre ralentissement, protectionnisme et souveraineté. La demande industrielle mondiale marque le coup (décélération de 3.8% à 3.7% de la croissance industrielle après une longue phase d’expansion).
  • L’industrie française s’équilibre entre « made in France » et « made by France », grâce à un réseau d’implantations internationales des grandes entreprises françaises.
  • La démographie de notre industrie par rapport à celle de l’Allemagne explique en grande partie les difficultés de nos entreprises à « passer à l’échelle » les investissements, le recrutement ou l’innovation. Quand la France affiche 5000 ETI environ, l’Allemagne en dénombre 12 500, dont une grande part dans le champ industriel.
  • Pour maintenir notre position concurrentielle dans l’économie mondiale, 37 % des dirigeants interrogés estiment que la France doit prioritairement mettre l’accent sur l’éducation et la formation.
  • L’enquête souligne également qu’entre 1/4 et 1/3 des dirigeants attendent des efforts redoublés dans le cœur de cible de l’industrie en France : le soutien aux PME (36%), la diminution des coûts de main d’œuvre (32%), le soutien aux industries de haute technologie et dans l’innovation (32%), ainsi que la diminution de la pression fiscale (26%).

…et tracent les voies du redressement et de la réinvention de l’industrie en France

En interrogeant nos clients et quelques observateurs internationaux sur ce qui guidera la localisation des investissements industriels, les équipes EY ont dégagé plusieurs axes de transformation, autour de 5 « T » :

  • Talent : former aujourd’hui les compétences industrielles de demain
  • Trade : faire de la France une plateforme mondiale de la nouvelle industrie européenne
  • Technology : garder une recherche de niveau mondial
  • Tax : résoudre l’équation stabilité + compétitivité = attractivité
  • Transition : accélérer le passage à l’acte climatique

A ces axes de transformation, ces « game changers » de l’attractivité, ils adossent quelques propositions pour la France et la réinvention de son modèle industriel.

Découvrez en ligne l’intégralité de notre étude

1. Le constat :

la France est toujours attractive pour les industriels étrangers

En savoir plus

2. Le terrain de jeu :

compétition internationale et compétitivité nationale

En savoir plus

3. What’s next :

ce que recommandent nos clients et nos experts sur l’industrie en France

En savoir plus

Contacts

EY - Marc Lhermitte

Marc Lhermitte

Associé EY, EMEIA Lead - Geostrategic Business Group

EY - Pierrick Vaudour

Pierrick Vaudour

Associé EY, Advanced Manufacturing & Mobility