The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

Baromètre de l’attractivité de la France 2019

Quels sont les moteurs de l’attractivité de la France en 2019 ? Comment maintenir le cap de l’attractivité et répondre aux enjeux de demain ? Découvrez les principaux enseignements du Baromètre EY de l’attractivité de la France 2019 et téléchargez l’étude complète.

La France à la croisée des chemins

EY - Jean-Pierre Letartre

Jean-Pierre Letartre,
Président d’EY France

EY - Marc Lhermitte

Marc Lhermitte
Associé EY, Responsable du programme Attractivité

L’euphorie allait-elle durer ? La France allait-elle devenir le nouvel eldorado des investisseurs étrangers ? Après un millésime 2018 encourageant à bien des égards, les résultats du Baromètre EY de l’attractivité 2019 étaient très attendus. Et…?

Dans un climat économique et politique plus tendu en 2018 qu’en 2017, marqué par les incertitudes liées au Brexit, l’essoufflement de la croissance européenne, les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine…et les perturbations de notre propre climat social depuis novembre 2018, le baromètre de notre attractivité reste bien orienté.

Lire la suite de l’édito

En Europe, les investissements directs étrangers se sont repliés en 2018, fait rarissime depuis la création du Baromètre EY. Et dans ce contexte, la France fait mieux en 2018 qu’en 2017. Légèrement mieux. Elle ravit même à l’Allemagne la seconde place du podium et talonne le Royaume-Uni en nombre de projets.

Autre motif de satisfaction, l’Hexagone reste la première destination européenne pour les investissements internationaux dans l’industrie et devient son centre névralgique en matière d’innovation.

Tout va-t-il pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Ce baromètre étant un exercice résolument objectif, nous devons nous rendre à l’évidence : le tableau n’est pas parfait. On ne peut pas s’empêcher de penser que la France avait les moyens de faire mieux. En dépit du Brexit et bien que l’écart se resserre nettement, le Royaume-Uni accueille encore plus de nouvelles implantations internationales que la France. Notre pays souffre encore, aux yeux des dirigeants interrogés par EY en France et en Europe, d’un déficit de compétitivité par rapport à ses principaux concurrents, notamment dans le domaine fiscal, et ce en dépit des réformes menées par le gouvernement. En conséquence, la dégradation des perspectives d’implantation incite tout particulièrement à la mesure.

Mais, de manière claire et encourageante, les dirigeants internationaux appellent résolument la France à maintenir le cap des réformes, à prolonger la dynamique récente de son image, à transformer plus profondément encore sa compétitivité pour renforcer son attractivité.

Les investisseurs disent que la France peut se réinventer et prendre une nouvelle position en Europe, face aux atermoiements de ses deux grands concurrents. Forts d’atouts structurels (compétences, infrastructures, diversité des marchés, créativité) qui expliquent en grande partie son pouvoir d’attraction, elle est prête à jouer des coudes face aux géants américains et asiatiques. Elle le fera d’autant plus si elle poursuit avec détermination ses efforts de transformation, que ce soit dans le secteur public ou au sein de son tissu économique, tout en les faisant définitivement accepter par le corps social.

La France est donc à la croisée des chemins. Parce que les enjeux sont cruciaux, parce que les défis sont immenses, parce que de leur réussite dépend en grande partie l’avenir économique de la France, faisons-en sorte que la France choisisse la bonne direction.

Dans un contexte économique et géopolitique tendu, la France tient le choc

La France progresse en 2018, passe devant l’Allemagne et talonne le Royaume-Uni

Dans ce contexte, la progression – même légère (+1 %) – des projets d’investissements étrangers en France détonne.

En 2018, l’Hexagone a accueilli 1027 projets contre 1019 en 2017. Conjuguée aux pannes de ses puissants voisins, cette résilience permet à la France de se hisser, pour la première fois dans l’histoire de ce Baromètre, à la seconde place du palmarès des pays européens les plus attractifs et de talonner le Royaume-Uni.

EY - Baromètre de l’Attractivité de la France 2019
EY - Marie Lebec
2019 confirme l’exceptionnel engouement des investisseurs internationaux pour la France. Ce qui a changé, c’est la confiance dans la détermination française à mener une politique économique en faveur de l’entrepreneuriat, de l’investissement et de l’innovation.

Marie Lebec,
Députée de la 4e circonscription des Yvelines, Présidente du groupe d’études attractivité de la France – export – investissement – compétitivité, co-rapporteure de la loi PACTE sur la croissance et la transformation des entreprises.

La France est la 1ère destination pour la R&D et l’industrie

En 2018, la France enregistre une augmentation historique de 85 % des projets dans les activités de recherche et de développement (R&D), portant à 144 le nombre de créations ou extensions dans ce domaine. C’est deux fois plus que le Royaume-Uni et l’Allemagne réunies !

EY - Baromètre de l’Attractivité de la France 2019

En 2018, les projets d’investissements industriels étrangers en France ont augmenté de 5% pour atteindre 339 ; l’Hexagone reste dont en tête du palmarès européen.

EY - Baromètre de l’Attractivité de la France 2019
EY - Emmanuelle Quilès
La France reste un pays attractif en matière de R&D car nous avons des chercheurs de haut niveau, une infrastructure importante et de qualité, une recherche clinique active sur les thématiques de demain, notamment en oncologie, des start-up innovantes…

Emmanuelle Quilès,
PDG de Janssen France (groupe Johnson & Johnson)

Le climat national et européen refroidit les ardeurs des investisseurs

Après l’engouement suscité par la politique économique mise en place dans la foulée de l’élection d’Emmanuel Macron à l’Elysée, jugée favorable aux entreprises et à leurs dirigeants, l’optimisme des investisseurs vis-à-vis de l’attractivité de la France au cours des trois prochaines années retrouve un niveau légèrement supérieur à la moyenne 2013-2017 (30 % contre 55% en 2018). En conséquence, les perspectives d’implantations reculent de 5 points (de 24% à 19%).

EY - Xavier Bertrand
Les atouts maîtres de la France sont ses infrastructures, son système éducatif et sa capacité à innover. Mais notre principal avantage, ce sont nos talents.

Xavier Bertrand
Président de la Région Hauts-de-France

Les investisseurs appellent la France à maintenir le cap de l’attractivité

Cibles à conquérir

Le score de la France en matière de centres de R&D et d’implantations ou d’extensions industrielles impressionne cette année. A bien des égards, sa dynamique est même meilleure que celle de ses deux concurrents historiques.

Mais il est évident que notre pays est pénalisé depuis une décennie par la désaffection d’investissements stratégiques, notamment dans l’accueil de sièges d’entreprises à capitaux étrangers, d’entreprises du digital, et dans l’investissement d’entreprises chinoises, indiennes et américaines.

Priorités à long terme

Dans quels domaines la France doit-elle concentrer ses efforts pour maintenir sa position concurrentielle dans l’économie mondiale ?

37%

Développer les compétences

36%

Soutenir les PME

32%

Renforcer la compétitivité et l’innovation

Réformes attendues : poursuivre la simplification, améliorer la compétitivité et le climat social

EY - Baromètre de l’Attractivité de la France 2019

Afin d’améliorer l’attractivité de la France, 47 % des dirigeants interrogés en 2019 contre 41 % en 2018 souhaitent que les procédures administratives pour les entreprises soient encore simplifiées. Redresser la compétitivité fiscale de la France est également l’une des recommandations des dirigeants étrangers interrogés (44 %). Enfin, les investisseurs sont particulièrement soucieux des enjeux liés aux ressources humaines : 37 % d’entre eux suggèrent une réduction du coût du travail ; 32 % attendent une plus grande flexibilité du droit du travail français ; 31 % souhaitent que le dialogue avec les partenaires sociaux soit repensé.

EY - Christophe Lecourtier
Les investisseurs étrangers souhaitent essentiellement que le cap des réformes soit clair et tenu. De ce point de vue, la volonté du gouvernement de mettre en place des réformes est jugée très positivement.

Christophe Lecourtier,
Directeur Général de Business France.

Contacts

EY - Marc Lhermitte

Marc Lhermitte
Associé EY,
Responsable du Programme Attractivité

EY - Elise Carrard

Elise Carrard
Relations Médias

EY - Ingrid Thevenet

Ingrid Thevenet
Coordination Marketing