The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

L’immobilier est un gisement considérable d’efficience

Par Marc Lhermitte, Associé Immobilier, Hôtellerie et Construction

L’immobilier reste souvent perçu, pour l’entreprise ou le particulier, comme une obligation de moyens, une servitude complexe et coûteuse. Mais, on le sait, les projets immobiliers transportent aussi de la passion et du subjectif, parce que le bureau, le logement, le commerce, le service public, bien ou mal conçus, sont aussi des creusets d’émotion, des lieux d’innovation concrète parfois, des espaces où le lien humain se fait et se défait. Efficacité économique ou catalyseur stratégique ? Il est évident que ces deux dimensions de l’immobilier sont indissociables, le contenant (l’espace de travail, le bâtiment ou site d’implantation, le territoire environnant) s’alliant au contenu, celui du projet stratégique induit par les marchés, les usages ou les technologies et qui sous-tend le projet immobilier, lui-même marqueur fort d’un projet de transformation.

En premier lieu, où en est-on de l’immobilier comme facteur d’efficacité économique ? Il reste le 2ème poste de coûts opérationnels, après la masse salariale, et on estime chez EY qu’une implantation conçue il y a seulement 10 ans peut être optimisée en moyenne de 20% et générer des économies substantielles, en temps de crise ou de croissance.

Cette optimisation s’actionne en général par 3 leviers : la réduction des coûts d’occupation par l’optimisation des surfaces, des baux et des dépenses d’exploitation. Mais l’analyse de la performance immobilière peut révéler des marges plus importantes, et renvoyer à la valorisation du parc, à des arbitrages patrimoniaux tels que la reconversion ou la cession d’actifs. Enfin, les entreprises ou les organisations publiques ne doivent pas négliger que la fonction immobilière elle-même reste un gisement considérable d’efficience, tant dans l’organisation que dans les systèmes qui exploitent l’immobilier.

Illustration la plus actuelle : l’internet des objets et l’installation de capteurs sur les objets et outils du quotidien pour suivre la vie d’un immeuble à distance, intervenir ou gérer en temps réel ou presque.

Concevoir des espaces de travail différents

Deuxième dimension, sans doute plus profonde : les nouveaux modes de travail, les nouvelles technologies et les nouvelles générations. Ces phénomènes provoquent en ce moment-même des ruptures considérables dans la conception des espaces de travail, qui doivent désormais favoriser les interactions et les dynamiques d’innovation mais aussi respecter l’environnement et la mixité des usages. Quant à l’avènement de l’économie collaborative symbolisée par le co-living, le co-working, le crowdfunding - pratiques qui faisaient figure il y a quelques années d'éléments extraordinaires -, elles constituent désormais des prérequis de l’immobilier.

Mais il y a bien une 3ème dimension à prendre en considération : celle de la ville et du territoire qui entourent le site. Au moment où la reprise s’installe, l’enquête EY sur les grands quartiers d’affaires mondiaux indique l’importance cardinale de l’accès aux talents, loin devant les coûts immobiliers. Autres qualités recherchées dans les métropoles où se concentreront deux tiers des habitants de la planète d’ici 2050, la mixité des fonctions, l’ouverture aux start-ups, l'adaptabilité aux nouvelles formes de vie et de travail. La compétition féroce pour attirer les talents pousse les entreprises à rechercher un environnement plus urbain, constamment renouvelé, directement connecté au monde et à la ville, mélangeant toutes les fonctions utiles du quotidien.

C’est en combinant ces trois dimensions - performance, transformation, environnement - qu’EY apporte le meilleur des innovations et des pratiques immobilières aux utilisateurs (entreprises, habitants, consommateurs,….), aux professionnels de l’immobilier qui conçoivent, construisent, financent et mettent en marché les projets immobiliers (investisseurs, foncières, promoteurs,…), mais également aux acteurs publics qui préparent l’aménagement et les infrastructures de demain.

#TransformativeAge

Contact

EY - Marc Lhermitte

Marc Lhermitte
Associé Immobilier, Hôtellerie et Construction
Tél.: +33 1 46 93 72 76
marc.lhermitte@fr.ey.com