The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

Au-delà des licornes : l’industrialisation de la rupture

Ces dernières années, le phénomène des licornes s’est amplifié à une vitesse phénoménale. En janvier 2011, le monde en comptait 9 valorisées à plus d’un milliard de dollars. En septembre 2016, il y en avait 176.

Le club des licornes, CBinsights.com

EY - Au-delà des licornes : l’industrialisation de la rupture

Ces nouvelles entreprises milliardaires sont amplement étudiées et très présentes dans les médias. Presque tous les secteurs sont concernés par ce phénomène, que ce soit le hardware, le commerce, les médias, les transports, la santé ou les services financiers.


Les licornes ne sont que la partie émergée de l'iceberg de la dynamique de rupture.

Répartition mondiale des licornes, CBinsights.com

EY - Au-delà des licornes : l’industrialisation de la rupture

Le défi majeur est de comprendre comment certains territoires favorisent la création d’entreprises qui bouleversent nos économies et nos sociétés. S’il y a 176 licornes dans le monde, il y a en revanche des milliers de Future Power Companies (FPC), pour la plupart non recensées. Or, elles aussi contribuent à initier des ruptures à un rythme rapide.

Les entreprises par catégorie et par pays (Europe, Chine, Etats-Unis)

EY - Au-delà des licornes : l’industrialisation de la rupture

Nous définissons les FPC comme des entreprises à croissance rapide, qui ont moins de 8 ans et qui ont déjà levé des financements pour 15 millions d’euros ou plus.

Certains territoires ont développé des écosystèmes qui permettent l’industrialisation des bouleversements par la croissance des licornes et des FPC. La situation varie fortement d'un pays à l'autre. Les licornes, par exemple, sont situées essentiellement dans deux pays : il y avait, en septembre 2016, 101 licornes aux Etats-Unis et 34 en Chine.

Points clés de l’analyse

  • Dans la dynamique de rupture, les licornes ne représentent que la partie émergée de l'iceberg.
  • Certains territoires ont développé des écosystèmes qui favorisent l’industrialisation des bouleversements par la croissance des Future Power Companies (FPC).
  • Sans attendre des processus aléatoires d'émergence / de création, il est possible d'industrialiser la production des FPC et, avec eux, l’arrivée de bouleversements majeurs.
  • L'Europe compte un nombre relativement faible de licornes. Le défi pour elle n’est pas de soutenir la création d’entreprises. On peut estimer que l’Europe crée trop de startups et pas assez de FPC.

Dans cette étude, nous décrivons les trois conditions nécessaires pour améliorer le processus de production de FPC :

  1. les conditions d'émergence / de création sans lesquelles l’industrialisation de la création de FPC ne sera pas gérable,
  2. les conditions de développement par lesquelles l’industrialisation peut augmenter les performances des FPC,
  3. les conditions de stabilisation qui garantissent que l’industrialisation des FPC est acceptée par la société et crée un cercle vertueux.

Recommandations pour la France

  • Les investissements pour développer des FPC en France doivent fortement progresser ;
  • L’évolution positive de l'environnement business des FPC nécessite de la pédagogie afin que la société accepte le changement et comprenne le nécessaire déséquilibre (temporaire ?) entre destruction et création ;
  • Toute initiative d’industrialisation de la création de FPC implique des échanges réguliers avec des équipes internationales basées dans d’autres pays européens.

Contacts


Franck Sebag
Associé en charge du secteur VC-IPO en France
Tél. : +33 1 46 93 73 04

Jean-Francois Royer
Associé EY, en charge du Programme du Prix de l’Entrepreneur de l’Année
Tél. : +33 1 46 93 77 20

Sylvain Bureau
Directeur Scientifique de la Chaire Entrepreneuriat, ESCP Europe
Tél. : +33 1 49 23 24 73

Téléchargement


EY - Au-delà des licornes : l’industrialisation de la rupture

Téléchargez l’étude Au-delà des licornes : l’industrialisation de la rupture (en anglais)

Notre partenaire

EY - Chaireeee logo

Inaugurée en février 2007 par Jean-Pierre Raffarin (ESCP 72), ancien Premier ministre et professeur à ESCP Europe, et cofondée par EY, la Chaire Entrepreneuriat est une communauté unique en Europe qui facilite l’apprentissage de femmes et d’hommes qui développent des projets innovants dans des contextes d’incertitude et de ressources limitées. La Chaire EEE, soutenue également depuis 2013 par BNP Paribas, s’appuie sur une pédagogie innovante et expérientielle, un programme d’incubation (Blue Factory) ainsi qu’un fort ancrage dans les écosystèmes locaux. Chaque année, près de 1000 étudiants, haut-fonctionnaires, managers, ingénieurs et chercheurs sont formés à l’entrepreneuriat. Nous accompagnons également 150 projets d’entrepreneurs et d’intrapreneurs (de la branche spatiale d’Airbus à la nouvelle start-up de l’économie collaborative) et animons une communauté de plusieurs milliers de personnes à travers une cinquantaine d’événements par an (dont l’EntrepreneurSHIP Festival qui a lieu à Paris, Londres, Berlin, Turin et Madrid). Pour soutenir ces démarches, nous développons une activité de recherche et développement qui donne lieu à de nombreuses publications, dont des études réalisées avec notre partenaire EY (dont Grandir en Europe : Hasard ou état d’esprit ? qui fut précurseur dans la réflexion sur les entreprises de taille intermédiaire).
Pour nous suivre : www.chaireeee.eu