The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

Does the speed of change blur or sharpen your focus?

Quelle stratégie de développement dans un monde qui change?

EY Growth Barometer 2018
France

Baromètre EY de la croissance 2018 | France

Home Home | English English | French Français

How France’s middle-market companies are putting overseas expansion at the heart of their growth agenda

France’s ambition to become a start-up nation has real prospects of success. The country’s future depends on entrepreneurial companies’ abilities to lead innovation, hire talent, expand overseas and finance their growth ambitions. Government support for these is critical.

Priorities laid out in the Action Plan for Corporate Growth and Transformation (PACTE) policy framework include simplifying France’s complex labor laws, encouraging start-up activity, financing innovation and digitization. French middle-market company leaders reflect new optimism for growth, strong support for artificial intelligence (AI) and transformative technologies and a new focus on overseas expansion, the EY Growth Barometer 2018 reveals1.

Backed by technology, France is now beginning to present an image to the world as a start-up nation. But, if these small entrepreneurial seeds fail to mature, if they fail to convert themselves quickly into SMEs, they will lack the capacity to adapt to tomorrow’s world. They will be unable to recruit the necessary talent to enable them to grow beyond a certain size, to transform themselves into mid-cap companies (ETIs) and even perhaps to enter the select circle of major internationals.

During Q1 2018, after several weeks of reflection and work, the government closed public consultation on the framework law, setting out the action PACTE. Six main themes were defined by the working groups: growth creation, transmission, recovery; international; sharing of value-added; financing; digitalization and innovation; simplification.

From the overall perspective of the French economy, the state of its public accounts, trade balance, and particularly current unemployment levels, the transformation must be all-embracing. Every point of leverage must be exercised simultaneously. Of that we are convinced. Everything is connected! But how to innovate, expand internationally, pass on or share value-added if funding is unavailable? There are numerous areas in which reform will be needed if the economic recovery currently underway is to be sustained. Applying the same priorities as the future PACTE law, the second edition of the EY Growth Barometer reveals French middle-market companies’ growth ambitions, hiring plans, attitude to technology, challenges and risks.

EY Growth Barometer survey methodology

EY commissioned Euromoney Institutional Investor Thought Leadership to undertake an online survey of 2,766 C-suite (60% CEOs, founders or managing directors) in companies from 21 countries and with annual revenues of US$1m-US$3b. The survey was conducted from 15 January-1 March 2018. EY further invited the network of EY Entrepreneur Of The Year alumni from across the globe to take the survey. The survey was available in English and six other languages. Further in-depth interviews were carried out during March-April 2018 to provide additional specific insights.

Contact

EY - Guillaume Cornu

Guillaume Cornu
EY partner and EMEIA Middle Market manager

Comment les entrepreneurs français peuvent prendre leur avenir en main

Les entreprises françaises peuvent compter sur de nombreuses options pour élaborer leur stratégie de croissance. Le Baromètre EY de la croissance 2018 en dresse la liste et fait un point sur les enjeux de transformation auxquels les entreprises doivent actuellement faire face pour accélérer leur développement.

Devenue une «start-up nation», l’économie française affiche aujourd’hui de belles perspectives. Mais pour qu’elles se concrétisent, il faut que les entreprises puissent davantage innover, recruter des talents, s’étendre à l’international. Il faut également fluidifier le financement de leurs ambitions de croissance. Dans ce contexte, l’action du gouvernement est cruciale. La présentation récente en Conseil des ministres du Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) tombe donc à pic, ce projet de loi ayant pour priorité la simplification du Code du travail, le soutien de l’activité des start-up, le financement de l’innovation et la numérisation.

Autre enseignement du Baromètre EY de la croissance 2018, les dirigeants des entreprises françaises se montrent plus optimistes en termes de croissance qu’auparavant. Ils comptent bien en tirer parti, grâce au développement de l’intelligence artificielle - entre autres technologies de rupture - et à la mise en place d’une véritable stratégie à l’international qui sont désormais leurs priorités.

Après plusieurs semaines de réflexion et de travaux, le gouvernement a présenté le 18 juin en Conseil des ministres son Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE). Six grands thèmes composent ce projet de loi: création, croissance, transmission, rebond; international; partage de la valeur ajoutée; financement; numérisation et innovation; simplification.

Au regard de la situation actuelle de l’économie française, de l’état de ses comptes publics, de sa balance commerciale et surtout du niveau actuel du chômage, la transformation doit être globale. Tous les leviers doivent être actionnés en même temps. Nous en sommes convaincus. Tout est lié! Comment innover, se porter à l’international, transmettre ou encore partager la valeur ajoutée si les financements ne sont pas disponibles? Nombreux sont les chantiers de réformes à mener pour pérenniser la reprise en cours.

Forte de sa French tech, la France se forge actuellement une image de start-up nation. C’est bien. Mais si ces pépites ne grandissent pas, si elles ne se transforment pas rapidement en PME, elles ne disposeront pas des moyens pour s’adapter au monde de demain. Elles ne pourront recruter les talents capables de leur faire franchir un cap et de devenir des ETI, voire d’entrer un jour dans le cercle très fermé des grands groupes.

Reprenant les priorités de la future loi PACTE, la seconde édition du Baromètre EY de la croissance fait un point précis sur la situation actuelle des entreprises françaises et dresse leurs perspectives.

Méthodologie

EY s’est associé à Euromoney Institutional Investor Thought Leadership pour mener une enquête en ligne auprès de 2 766 cadres dirigeants (dont 60 % de PDG, fondateurs ou directeurs généraux) exerçant leur activité dans 21 pays, au sein de sociétés dont les revenus annuels étaient compris entre 1 million et 3 milliards de dollars. Cette enquête a par ailleurs également été soumise aux membres du réseau mondial EY des anciens lauréats du Prix de l’Entrepreneur de l’Année (EY Entrepreneur Of The Year). Le questionnaire, disponible en anglais et dans six autres langues, a été administré entre le 15 janvier et le 1er mars 2018. D’autres entretiens approfondis ont été ensuite conduits entre mars et avril 2018 afin d’apporter des éclairages complémentaires.

Contact

EY - Guillaume Cornu

Guillaume Cornu
Associé EY responsable du Marché Entrepreneurs pour la région EMEIA et WEM

Growth strategies

Stratégies de croissance

Good news: French executives surveyed for the EY Growth Barometer in 2018 see increasing opportunities. Why? Because there are clear signs of international expansion – 33% of executives see penetration of an overseas market as a strategic priority – stimulated by an almost unprecedented planetary alignment. To be specific, the conditions for financing remain attractive, government economic policy is favorable to companies and the fears aroused by Brexit appear to have subsided, at least temporarily.

This optimism is due to the improved economic situation of the second-strongest economic power in Europe. With unemployment at its lowest level since 20092, in May, the International Monetary Fund (IMF) revised its forecasts for growth, estimating that France’s GDP should continue to grow at a fairly constant rate (+2.1%, after +1.8% in 2017)3. In concrete terms, 93% of executives expect to see their turnover increase by more than 6% over the next 12 months. Almost one-third of them (31%) anticipate an upturn in their business of at least 11% over the next year.

Revenue growth projections

This chart shows growth expectations for 2017 and 2018, ranging from negative growth to growth above 50%, including year-on-year percentage point changes.

EY - Revenue growth projections

Symbolic of these ambitious expectations is the company OVH, one of the rare French unicorn enterprises; a specialist in cloud computing, it represents an excellent example of a mid-cap French company with global ambitions. With mean annual growth of 30%, the Roubaix-based company hired 1,100 people over the course of the last 12 months.

“We have expanded into 14 European countries, enabling us to discover the unique character of Europe. Every country has its own history, but we need to work together if we are to compete with the United States and China.” Octave Klaba, OVH founder and CEO.

This broadening of horizons is excellent news because French foreign trade has been suffering. On average, 120,000 French companies export their products and services. There are about 220,000 in Italy and 312,000 in Germany4. This difference partly explains why France’s trade balance has been in the red since 2003. In 2017, its trade deficit amounted to €62.3 billion By way of comparison, last year Italy and Germany posted trade surpluses of 47.5 and 244.9 billion euros respectively.

“As long as French companies fail to achieve rapid growth, our economy will remain fragile. This is the only way that our companies, and in particular SMEs, will achieve a critical size enabling them to innovate, automate, export, recruit, distribute the fruits of growth more equitably among stakeholders, and give more meaning to their activities.” Guillaume Cornu, EY Partner and EMEIA Middle Market Manager.

In the light of these international ambitions, slow-down or weakness in global growth represent the leading threats to company expansion, cited by 32% of executives. This is a 22-point percentage increase over 2017!

Bonne nouvelle, les dirigeants français interrogés dans le cadre du Baromètre EY de la croissance 2018 revoient leurs objectifs de croissance à la hausse. Leur moteur? Des ambitions d’expansion à l’international clairement affichées – 33% des dirigeants considèrent l’entrée sur un marché étranger comme une priorité stratégique -, stimulées par un alignement des planètes quasi inédit. En effet, les conditions de financement restent attractives, la politique économique menée par le gouvernement est depuis 2014 favorable aux entreprises et les inquiétudes suscitées par le Brexit semblent s’apaiser, au moins temporairement.

Cet optimisme trouve son origine dans l’amélioration de la conjoncture tricolore. Alors que le taux de chômage y est à son plus bas niveau depuis 20091, le Fonds Monétaire International (FMI) a révisé ses prévisions de croissance en mai, estimant que le PIB de la deuxième puissance économique européenne devrait continuer de progresser à un rythme plutôt soutenu (+2,1%, après +2,3% en 2017)2. Concrètement, 93% d’entre eux s’attendent à voir leur chiffre d’affaires augmenter de plus de 6% au cours des 12 prochains mois. Ils sont près d’un tiers (31%) à anticiper un bond d’au moins 11% de leur activité d’ici un an.

Prévisions de croissance du chiffre d’affaires

Ce graphique illustre les prévisions de croissance pour 2017 et 2018 – allant d’une croissance négative à une croissance au-delà de 50%, et inclut les évolutions annuelles en point de pourcentage.

EY - Prévisions de croissance du chiffre d’affaires

Symbole de ces ambitions, l’entreprise OVH, l’une des rares licornes françaises. Spécialisée dans les services de Cloud computing, elle est un excellent exemple d’ETI tricolore aux ambitions mondiales. Avec une croissance annuelle moyenne de 30%, la société roubaisienne a embauché 1 100 personnes au cours des 12 derniers mois.

«Nous nous sommes développés dans 14 pays européens, ce qui m’a permis de découvrir le caractère unique de l’Europe. Chaque pays a sa propre histoire, mais nous devons travailler ensemble pour concurrencer les États-Unis et la Chine.» Octave Klaba, fondateur et CEO d’OVH

Cet appel du large est une excellente nouvelle car le commerce extérieur français est en souffrance. Bon an mal an, 120 000 entreprises hexagonales exportent leurs produits et leurs services. Elles sont environ 220 000 en Italie et 312 000 en Allemagne3. Cet écart explique en partie pourquoi la balance commerciale française est dans le rouge depuis 2003. En 2017, le déficit commercial tricolore s’est élevé à 62,3 milliards d’euros. A titre de comparaison, l’Italie et l’Allemagne ont respectivement affiché des excédents commerciaux de 47,5 et 244,9 milliards d’euros l’année dernière.

«Tant que les entreprises françaises ne parviendront pas à grandir rapidement, notre économie sera fragile. Ce n'est qu'à cette condition que nos entreprises et en particulier les PME atteindront une taille critique leur permettant d'innover, de se robotiser, d'exporter, d’embaucher, de partager plus justement les fruits de la croissance avec les parties prenantes et de donner davantage de sens à leurs activités.» Guillaume Cornu, associé EY responsable EMEIA de l’activité Middle Market

“As long as French companies fail to achieve rapid growth, our economy will remain fragile. This is the only way that our companies, and in particular SMEs, will achieve a critical size enabling them to innovate, automate, export, recruit, distribute the fruits of growth more equitably among stakeholders, and give more meaning to their activities.”

Guillaume Cornu

EY Partner and EMEIA Middle Market Manager

«Tant que les entreprises françaises ne parviendront pas à grandir rapidement, notre économie sera fragile. Ce n'est qu'à cette condition que nos entreprises et en particulier les PME atteindront une taille critique leur permettant d'innover, de se robotiser, d'exporter, d’embaucher, de partager plus justement les fruits de la croissance avec les parties prenantes et de donner davantage de sens à leurs activités.»

Guillaume Cornu

Associé EY responsable du Marché Entrepreneurs pour la région EMEIA et WEM

Embracing business change

Accueillir le changement à bras ouverts

In 2018, company executives radically changed their opinion about AI. Now it is considered to be a growth driver. In fact, 87% of the executives surveyed are currently rolling out this technology or plan to do so over the next two years. This represents a marked change of direction compared to last year, when 75% of executives stated that they had no short-term plans to introduce process automation in the form of robot technology.

Companies should undoubtedly be able to benefit from government aid in this area. Following the publication of a report by the Member of Parliament and mathematician, Cédric Villani, in March 2018, the government has decided to make France a world leader in AI. To that end, the government plans to allocate 1.5 billion euros over the current presidential term to attract and retain the best researchers, facilitate transfers between research laboratories and companies, implement an aggressive data policy that aims to promote data access, sharing and circulation, and create capital investment funds among other aims.

AI adoption

This chart shows the massive shift in the number of companies in 2017 and 2018 that intend to embrace artificial intelligence (AI) over the next 10 years.

EY - AI adoption

This realization is timely because cognitive systems are clearly bound to transform all or most aspects of the operational processes, ranging from routine administrative tasks to customer experience and data security.

En 2017, les dirigeants des entreprises ont radicalement changé de point de vue au sujet de l’intelligence artificielle (IA). Elle est désormais considérée comme un véritable vecteur de croissance. Désormais, 87% des dirigeants interrogés déploient cette technologie ou prévoient de le faire au cours des deux prochaines années. Un revirement frappant par rapport à l’an passé puisque 75% des dirigeants affirmaient alors qu’ils n’entrevoyaient pas d’adopter à court terme les dernières ruptures technologiques provoquées par l’IA telle que l’automatisation des processus par la robotique, notamment.

Sans nul doute, les entreprises devraient bénéficier des efforts de l’Etat en la matière. A la suite de la publication en mars 2018 du rapport du député et mathématicien Cédric Villani, le gouvernement a en effet décidé de faire de la France un champion mondial de l’IA. D'ici la fin du quinquennat, l’Etat consacrera 1,5 milliard d'euros pour attirer et retenir les meilleurs chercheurs, faciliter les transferts entre les laboratoires de recherche et les entreprises, mener une politique de la donnée offensive qui vise à favoriser son accès, son partage et sa circulation, mettre en place des fonds d’investissement en capital… entre autres objectifs.

Les moteurs de l’innovation pour les entrepreneurs français

Ce graphique montre les moteurs de l’innovation pour les PME et ETI françaises.

EY - Les moteurs de l’innovation pour les entrepreneurs français

Cette prise de conscience témoigne du pragmatisme des dirigeants d’entreprises, les systèmes cognitifs étant clairement voués à transformer tous les aspects ou presque des processus opérationnels, des tâches administratives de routine à l’expérience client en passant par la sécurisation des données.

Challenges to growth

Quels obstacles à la croissance?

However, certain obstacles continue to impede company growth. One in particular is cash flow, whose current level, judged to be too weak, is considered to be the main restraint on company growth worldwide. This is particularly palpable in France, where 50% of companies cite this as their #1 challenge, representing a 37-point increase over last year.

Several factors may explain the situation. As the recent global inquiry conducted by Euler Hermes shows, payment terms remain too long in France, amounting to 74 days, as against 54 in Germany, and far from the 60 days required by the Law on Modernization of the Economy (LME) enacted by the French Parliament in 2008. This concern can also be explained by the current upset in the sales cycle: although companies are doing their best to meet consumer expectations of ensuring 24/7 purchase and delivery services, logistics chains are suffering from the growing tensions. At a time of increasing sector convergence, henceforth it will no longer be sufficient to rely on traditional models for forecasting demand and planning cash flow.

As for the traditional time taken to raise funds, this may prove to be too long in future when companies have an urgent need for additional resources in order to seize opportunities that present themselves.

On a positive note, financing solutions are becoming more abundant. Today, 40% of the financing of the French economy is disintermediated, bearing in mind that the level of disintermediation was only 30% less than ten years ago. This is more than the European average, which is still about 30%. It should be noted that the level of bank disintermediation is even higher in the United States (70%), where the economy is mainly financed by the market and pension funds. In France, although the banks are giving ground, public and private markets are the overall gainers.

A noteworthy fact is that this disintermediation affects not only large companies. SMEs and mid-cap companies are also diversifying their sources of financing. They do so in particular by opening capital to bolster their holdings of equity funds, enabling them to achieve accelerated growth and better risk management. Several options are available to them: private equity funds, which invested almost 14.3 billion euros in 2,100 companies in 2017; transactions in the financial markets (IPOs, capital increases or listed bond issues), which enabled nearly 400 SMEs and mid-cap companies to raise 9.4 billion euros in 2017; and other financing products such as bond issues whose diversity (Euro PPs, Schuldschein, US PPs, IBOs, etc.) and financial innovation have increased substantially over recent years.

Regulation as a driver of innovation

As governments begin to realize that regulation can be used as a lever for creative change rather than impeding it, the myth that regulation stifles innovation appears to be vanishing. For example, with its entry into force in May, the European General Data Protection Regulation (GDPR) has already given rise to the creation of new services to help companies to comply with the regulation. As a further example, among others, government regulations for the reduction of CO2 emissions are accelerating the development of electric vehicles and other intelligent transport solutions. Like her counterparts in Madrid, Athens and Mexico, Anne Hidalgo, the mayor of Paris, has announced that access to the city center will be banned for diesel vehicles by 2025.

In France, regulation is seen as the main driving force behind innovation, cited by 36% of the executives surveyed. About one-fifth of them (21%) say they would like to see more government regulation to add impetus to their plans for growth, after a reduction of corporation tax (36%).

Drivers of innovation

This chart shows companies’ key drivers of innovation within their business.

EY - Drivers of innovation

“We are in the midst of a revolution created by new digital technologies. The government needs to catch up and create a sound regulatory environment to protect the privacy of individuals and build trust.” Octave Klaba, OVH founder and CEO.

In contradiction with theories explaining the benefits of the purest form of liberalism, notably to stimulate innovation, the replies given by the executives surveyed by EY are not so surprising. It is precisely because standards exist and are recognized and respected that innovation is able to develop, sheltered by protective barriers. Without a regulatory framework, the law of the jungle prevails, benefiting the strongest.

Without standards, we would perhaps be forced to change plane at every stop-over airport in a foreign country or open a bank account in every country we pass through. It is perhaps the absence of standards that explains the difficulties associated with the emerging internet of things. Composed of a mismatched collection of technologies and services, which only manage to communicate with each other with difficulty, having no norms or standards, this sector for the moment remains a simple promise of future development.

Within this context, thanks to the drive of its entrepreneurs and the introduction of regulations to protect them while encouraging them to innovate, in January 2018,5 France became one of the top 10 countries listed on the “Bloomberg Innovation Index” (Bloomberg’s world ranking for innovation), evidence of its ability to innovate in future.

However, there is still some way to go before optimum use of new technologies is achieved. Companies still tend to want to make use of technology from the traditional perspective of improving financial data and optimizing processes. Only 22% of executives cite improvement of the customer experience as the primary goal of their technological investment.

Of course, this result disregards the numerous disparities between companies (size, business sector, etc.). Hence, the second edition of our barometer of mid-cap company digital maturity shows that their executives are fully committed to digital transformation, 94% of them considering it to be a powerful lever for creating value and 46% stating that they have gone beyond the exploratory stage and entered the development stage. Their two priorities? Improvement of the customer experience, especially through CRM, and cybersecurity. On the other hand, only 11% of French VSEs/SMEs are equipped with digital tools to enhance productivity.

Des obstacles persistent toutefois à entraver le développement des entreprises. C’est notamment le cas de la trésorerie, dont le niveau actuel, jugé trop faible, est considéré à travers le monde comme le principal frein à la croissance des entreprises. C’est particulièrement palpable en France, où 50% des entreprises ont répondu dans ce sens. Notons que ce pourcentage fait un bond de 37 points par rapport à l’année dernière.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer les tensions de trésorerie observées en France. Comme l’indique la récente enquête mondiale menée par Euler Hermès, les délais de paiement sont excessivement longs dans l’Hexagone. Ils s’élèvent à 74 jours, contre 54 en Allemagne, très loin des 60 jours prévus par la loi de modernisation économique (LME) votée par le Parlement en 2008. Ces difficultés de trésorerie sont renforcées par le bouleversement actuel du cycle de vente: alors que les entreprises mettent tout en œuvre pour répondre aux attentes d’achat et de livraison 24h/24, 7j/7 des consommateurs, la chaîne logistique est soumise à des tensions toujours plus fortes. A l’heure de la convergence des secteurs, il est désormais insuffisant de s’appuyer sur les modèles traditionnels de prévision de la demande et de planification de trésorerie.

Quant aux délais des levées de fonds classiques, ils peuvent s’avérer trop longs lorsque les entreprises ont des besoins urgents de ressources supplémentaires pour saisir les opportunités qui se présentent à elles.

Point positif, les solutions de financements se multiplient. Aujourd’hui, 40% du financement de l’économie française est désintermédié. Rappelons que ce taux de désintermédiation ne s’élevait qu’à 30% il y a moins de dix ans. C’est davantage que la moyenne européenne qui se situe aux alentours de 30%. Notons que cette désintermédiation bancaire est encore plus élevée aux Etats-Unis (70%), dont le financement de l’économie est en grande partie assuré par le marché et les fonds de pension. En France, si les banques cèdent du terrain, les marchés publics et privés au sens large en gagnent.

Fait notable, cette désintermédiation ne concerne pas seulement les grandes entreprises qui jusqu’ici ont surtout profité de la diversité des financements désintermédiés. Les PME et les ETI diversifient également leurs sources de financement. Elles le font notamment en ouvrant leur capital pour renforcer leurs fonds propres afin d’avoir accès aux ressources leur permettant d’accélérer leur développement et de mieux gérer leurs risques. Plusieurs options s’offrent à elles: les fonds de capital investissement, qui ont investi près de 14,3 milliards d’euros dans 2 100 entreprises au cours de l’année 2017; les opérations conduites sur les marchés financiers (introductions en bourse, augmentations de capital ou levées obligataires cotées) qui ont permis à près de 400 PME et ETI de lever 9,4 milliards d’euros en 2017; les autres produits de financement obligataires dont la diversité (Euro PP, Schuldschein, US PP, IBO,…) et l’innovation financière se sont considérablement renforcées au cours des dernières années.

La règlementation comme moteur d’innovation

Le mythe selon lequel une règlementation étouffe l’innovation semble s’effondrer. Un exemple: entré en vigueur en mai, le Règlement général européen sur la protection des données (RGPD) génère déjà de nouveaux services pour aider les entreprises à respecter cette règlementation. Autre exemple, parmi d’autres, les règlementations gouvernementales en matière de réduction des émissions de CO2. Elles accélèrent le développement des véhicules électriques et d’autres solutions de transport intelligentes. De concert avec ses homologues de Madrid, Athènes ou encore Mexico, Anne Hidalgo, la maire de Paris a annoncé une interdiction d’accès au centre-ville pour les véhicules diesel d’ici 2025.

En France, la règlementation est perçue comme le principal moteur d’innovation, citée par 36% des dirigeants interrogés. En effet, environ un cinquième d’entre eux (21%) déclarent vouloir plus de règlementations du gouvernement pour dynamiser leurs plans de croissance, derrière la réduction de la pression fiscale pesant sur les entreprise (36%).

Prévisions d’adoption de l’IA

En l’espace d’un an, le nombre d’entreprises qui prévoient d’adopter l’IA dans les 2 prochaines années à bondi. Ce projet concerne aujourd’hui plus d’une entreprise sur cinq.

EY - Prévisions d’adoption de l’IA

“Nous sommes au milieu d’une révolution créée par les nouvelles technologies du numérique. Le gouvernement doit rattraper son retard et créer un environnement réglementaire solide afin de protéger la vie privée des individus et développer la confiance.” Octave Klaba, fondateur et CEO d’OVH.

A rebours des théories expliquant les bienfaits du libéralisme le plus pur, pour stimuler l’innovation notamment, les réponses des dirigeants interrogés par EY ne sont pas si surprenantes. C’est justement parce que des normes existent et qu’elles sont reconnues et respectées que l’innovation peut se développer, à l’abri de barrières protectrices. Sans cadre de régulation, la loi de la jungle sévit, au bénéfice du plus puissant, parfois dans l’anarchie.

Sans les normes, peut-être serions-nous obligés de changer d’avion à chaque escale dans un pays étranger, d’ouvrir un compte bancaire dans chaque contrée traversée…. C’est peut-être l’absence de normes qui explique les difficultés de l’internet des objets (IoT) à percer. Composé d’un ensemble hétéroclite de technologies et de services qui ne parviennent que difficilement à communiquer entre eux, sans norme ni standard, ce secteur n’est pour l’instant qu’une simple promesse.

Dans ce contexte, grâce à l’énergie de ses entrepreneurs et à la mise en place d’une réglementation qui les protège tout en les incitant à innover, la France a fait son entrée au top 10 du «Bloomberg Innovation Index» (classement mondial de l’innovation de Bloomberg), en janvier 20184, témoignant de sa capacité à inventer le futur.

Toutefois, le chemin à parcourir pour une utilisation optimale des nouvelles technologies n’est pas encore achevé. En effet, les entreprises ont encore tendance à vouloir déployer la technologie dans une optique traditionnelle d’amélioration des données financières et d’optimisation des processus. Seuls 22% des dirigeants citent l’amélioration de l’expérience client comme premier objectif de leurs investissements technologiques.

Bien entendu, ce résultat ne tient pas compte des nombreuses disparités des entreprises (taille, secteur d’activités…). Ainsi, la seconde édition de notre Baromètre de la maturité digitale des ETI indique que leurs dirigeants ont pris la transformation digitale à bras le corps, 94% d’entre eux considérant le digital comme un puissant levier de création de valeur. Ils sont 46% à déclarer avoir dépassé le stade exploratoire et être en phase de développement. Leurs deux priorités? L’amélioration de l’expérience client, notamment grâce au CRM, et la cybersécurité. En revanche, seuls 11% des TPE/PME françaises sont équipées d’outils digitaux capables d’améliorer leur productivité.

Building stronger teams

Savoir s’entourer

Apart from a few concerns about the macroeconomic environment, the executives surveyed believe that growth is sustainable, to the point where their companies are hiring again. Full-time employment gained 18 points to reach 40% in 2018! On the other hand, part-time work and temporary assignments dropped to 9%.

However, companies are struggling to recruit personnel with some of the skills currently needed to ensure digital conversion, with skilled workers being seen as the main driving force for growth by 32% of executives surveyed. Nonetheless, paradoxically, specialist recruitment is only a priority for 1% of them.

In the 2018 Global Competitiveness Report, presented in Davos at the World Economic Forum (WEF), which ranks countries according to their ability to attract talent, France has fallen 10 places to 61st position5: a weak point which President Macron has stated he is anxious to remedy by a series of measures to encourage apprenticeships and professional training.

Another lesson learned from the EY Growth Barometer in 2018 is that diversity has top priority for recruitment, 50% of executives considering it their strategic priority, as against only 15% last year.

“Companies are looking for new types of profile, more varied, presenting an atypical career path and one more likely to shake up the status quo. They are keen to create a more agile, transversal, creative and collaborative culture in which the right to make a mistake is recognized as a lever for innovation.” Guillaume Cornu, EY partner and EMEIA Middle Market manager.

As a result, organizational culture is changing. More and more companies are keen to “horizontalize” their structure (40% of executives surveyed) and attract younger talent more au fait with the possibilities offered by digitalization (32%). On this point, open managerial innovation is beneficial to the extent that it shows that solutions are not the exclusive domain of an elite and that a company can benefit from the ideas of all its employees. Which is why “intrapreneurship” is a phenomenon that should be encouraged because it gives every employee the opportunity to create and innovate.

“Transformation is part of our daily routine at Emerige. I encourage all our employees, every day, to reinvent themselves and to seek new ways of doing the job.” Laurent Dumas, president and founder of Emerige.

More generally, companies are gradually coming to understand that the development of their employees’ talents is an important lever for growth. Combining theory and practice, they are starting to rethink the way they manage their human resources and to introduce a system whose effectiveness is increasingly dependent on the importance placed on the well-being, motivation and empowerment of their employees.

“Rather than being a technical or commercial venture, it becomes more of a human enterprise. You need to know how to create a collaborative culture, with collective intelligence, in order to face the challenges posed both technically and commercially, as well as by other countries and competitors…” Octave Klaba, OVH founder and CEO.

Conclusion

The lessons of the 2018 EY Growth Barometer are numerous. Directly linked to the upturn in the world economy, optimism is back. Determined to speed up the growth of their companies, the executives surveyed are investing once more, either in talent or in new technologies, or both.

It only remains to be hoped that this trend will continue. A significant slow-down in global growth could put an end to their plans. Happily, for the moment, there are no early-warning signs to suggest that the economic situation worldwide, in Europe or in France, may worsen. The recovery seems in fact to be strong, stimulated by demand, attractive borrowing conditions and the opportunities offered by the growing number of disintermediated financing solutions.

To consolidate this growth, companies must now overcome the impediments to their development. We would cite in particular the recurrent tensions between cash-flow and the chronic lack of talent and skills in new technologies, which in fact stand in the way of the necessary digital transformation of their growth models. A transformation that, if successfully accomplished, would enable companies to seize all the new opportunities offered by new technologies.


Hormis quelques inquiétudes sur l’environnement macroéconomique, les dirigeants interrogés estiment que la croissance est durable, au point que leurs entreprises se remettent à embaucher. L’emploi à temps plein gagne 18 points pour atteindre 40% en 2017! Dans le même temps, signe que les entreprises veulent compter sur des ressources stables, l’emploi à temps partiel et les missions temporaires s’essoufflent, se repliant à 9% (l’intention s’élevait à 22% en 2017).

Toutefois, les entreprises ont du mal à recruter certaines compétences dont elles ont actuellement besoin pour assurer leur transformation digitale, le talent qualifié étant perçu comme le principal accélérateur de croissance pour 32% des dirigeants interrogés. Pourtant, paradoxalement, l’embauche de spécialistes n’est une priorité que pour 1% d’entre eux…

Dans le Rapport 2018 sur la compétitivité mondiale du Forum économique mondial (WEF) de Davos, qui classe les pays selon leur capacité à attirer les talents, la France cède 10 places pour se retrouver en 61eme position5. Un point faible auquel le président Macron a déclaré vouloir remédier par une série de mesures pour dynamiser l’apprentissage et la formation professionnelle.

Autre enseignement du Baromètre EY pour la croissance 2018, la diversité est en tête des objectifs en matière de recrutement, 50% des dirigeants la considérant comme leur priorité stratégique, contre seulement 15% l’an passé.

«Les entreprises recherchent de nouveaux types de profils, plus variés, qui présentent un parcours professionnel atypique et qui sont plus enclins à bousculer le statu quo. Elles veulent instaurer une culture plus agile, transversale, créative et collaborative où le droit à l’erreur est reconnu comme un véritable levier d’innovation.» Guillaume Cornu, associé EY responsable EMEIA de l’activité Middle Market.

Résultat, la culture organisationnelle change. De plus en plus d’entreprises souhaitent «horizontaliser» leur structure (40% des dirigeants interrogés) et attirer des talents plus jeunes, plus au fait que leurs aînés des possibilités offertes par le numérique (32%). Sur ce point, l’innovation managériale ouverte est bénéfique en ce sens qu’elle montre que les solutions ne sont pas l’apanage d’une élite, que l’entreprise peut s’enrichir des idées de tous ses collaborateurs. C’est la raison pour laquelle l’intrapreneuriat est un phénomène qu’il convient d’encourager car il donne à chacun des salariés la possibilité de créer, d’innover.

«La transformation est notre quotidien chez Emerige, j’invite tous les collaborateurs, tous les jours, à se réinventer et à aller chercher de nouvelles façons de faire notre métier» Laurent Dumas, président fondateur d'Emerige.

Plus globalement, les entreprises comprennent progressivement que le développement de leurs collaborateurs est un formidable levier de croissance. Joignant la théorie à la pratique, elles commencent à repenser la gestion de leurs ressources humaines et à mettre en place un système dont l’efficacité repose davantage sur l’importance accordée au bien-être, à la motivation et à la responsabilisation de leurs collaborateurs.

«Avant d’être une aventure technique, avant d’être une aventure commerciale, c’est vraiment une aventure humaine. Il faut savoir créer un collectif, une intelligence collective pour aller ensuite vers les défis techniques, commerciaux, les différents pays, les concurrents…» Octave Klaba, fondateur et CEO d’OVH

Conclusion

Les enseignements du millésime 2018 du Baromètre EY de la croissance sont nombreux. En lien direct avec la reprise de l’économie mondiale, l’optimisme est de retour. Bien décidés à accélérer le développement de leur entreprise, les dirigeants interrogés investissent à nouveau, que ce soit sur les talents ou dans le domaine des nouvelles technologies.

Il ne reste plus qu’à espérer que cette tendance se prolonge. Un ralentissement sensible de la croissance mondiale pourrait mettre un terme à leurs projets. Heureusement, pour l’instant, aucun signe avant-coureur ne laisse présager une dégradation de la conjoncture mondiale, européenne et tricolore. La reprise semble en effet solide, stimulée par le niveau de la demande, des conditions d’emprunt attractives et les opportunités offertes par le nombre croissant de solutions de financement désintermédiées.

Pour consolider cette croissance, les entreprises doivent désormais parvenir à briser les plafonds de verre qui freinent leur développement. Citons notamment les tensions récurrentes de trésorerie et la pénurie chronique de talents et de compétences dans le domaine des nouvelles technologies, entravant de fait la nécessaire transformation digitale de leurs modèles de croissance. Une transformation qui, si elle est menée à bien, devrait permettre aux entreprises de saisir toutes les nouvelles opportunités offertes par les innovations technologiques.