The better the question. The better the answer. The better the world works. У вас есть вопрос? У нас есть ответ. Решая сложные задачи бизнеса, мы улучшаем мир. У вас є запитання? У нас є відповідь. Вирішуючи складні завдання бізнесу, ми змінюємо світ на краще. Meilleure la question, meilleure la réponse. Pour un monde meilleur. 問題越好。答案越好。商業世界越美好。 问题越好。答案越好。商业世界越美好。

La performance économique et sociale des start-up numériques en France

7ème édition | Septembre 2018

EY publie la 7ème édition du Baromètre de la performance économique et sociale des start-up numériques en France. Découvrez les principaux enseignements de notre enquête.

Un écosystème de start-up en pleine croissance

Une croissance soutenue par les champions du numérique et les start-up émergentes

L'écosystème des start-up numériques françaises est extrêmement dynamique. Les start-up poursuivent leur forte croissance, avec une augmentation de 26% de leur chiffre d'affaires en 2017 (5,8 milliards d’euros).

La croissance est tirée à la fois par l'expansion des champions français du numérique (+22% du chiffre d'affaires vs 2016 pour les start-up de +50 millions d’euros), et par l'hypercroissance des start-up émergentes (+51% du chiffre d'affaires vs 2016 pour celles de 0 à 5 millions d’euros).

Les start-up françaises, tournées vers l’international

Les start-up numériques françaises se tournent, plus que jamais, vers l’international : plus de la moitié de leur chiffre d'affaires est réalisé à l'étranger en 2017 (56%) et 3 start-up sur 4 ont déjà installé au moins un bureau hors de France. Les start-up françaises ciblent désormais non seulement le marché européen mais aussi le marché américain, s'implantant principalement à New York ou dans la Silicon Valley.

L’excellente dynamique internationale de l’écosystème séduit les investisseurs étrangers : 39% des répondants ont un VC étranger ayant déjà investi au capital. Pour rappel, moins de 25% des répondants lors de l’édition 2015 du baromètre avaient un VC étranger à leur capital. Le montant médian des fonds levés en 2017 a augmenté de 200% par rapport à 2016. Le total des fonds levés par les VC a atteint un niveau inégalé et les VC sont désormais parfaitement positionnés pour accompagner la croissance internationale des start-up.

+26 %

Augmention du
Chiffre d’affaires en 2017

5,8 Mds €

CA des start-up
françaises en 2017

56 %

Part du CA réalisé
à l’étranger

Les collaborateurs, principal atout des start-up françaises

Des effectifs croissants

La croissance continue des start-up françaises repose sur le niveau de qualification de leurs équipes. Entre 2016 et 2017, leur effectif a augmenté de 18 % (24 % si l'on exclut si l’on exclut le Top 3 des répondants). En moyenne, 13 emplois ont été créés dans chaque start-up, dont 68 % en France.

La quasi-totalité des équipes est constituée d'employés permanents (94%) et de plus en plus de femmes rejoignent leurs rang (+5% vs 2016). Les start-up se concentrent également sur l'embauche de profils internationaux...

La pénurie de talents, obstacle au développement des start-up

Le recrutement de talents est considéré comme l'un des plus gros obstacles au développement par 61% des répondants ! 50% d'entre eux confirment que les développeurs informatiques sont les profils les plus difficiles à recruter, mais les difficultés pour recruter des profils commerciaux ou marketing sont également importantes. Face à de telles difficultés, l'une des solutions des start-up est de faire appel à des freelances : 2 start-up sur 3 ont fait appel à des travailleurs indépendants en 2017 !

L'ambition de création d'entreprise numérique est inspirée par des entrepreneurs hautement qualifiés et expérimentés, 87% d'entre eux sont titulaires d'un master ou d'un doctorat et 1 PDG de start-up numérique sur 2 est un serial entrepreneur. La plupart des dirigeants ayant répondu sont les fondateurs historiques (94%).

+18 %

Augmention des
effectifs en 2017

94 %

Des effectifs sont
en CDI

61 %

Des start-up déclarent
avoir du mal à recruter

Une forte attractivité de la France

La France est l'un des pays les plus attrayants pour les start-up numériques en Europe. Le cadre juridique crée un environnement favorable pour la création d'entreprises, permettant l’utilisation d’instruments de capitaux propres, tels que les BSPCE, offrant une fiscalité favorable.

Les entrepreneurs fidélisent massivement leurs équipes avec ces outils financiers. 63% des répondants distribuent ces instruments et pas seulement aux managers : 26% des effectifs totaux en bénéficient.

Un environnement fiscal favorable

Les entreprises émergentes bénéficient également de plusieurs aides fiscales : 55% des participants utilisent le Crédit d‘Impôt Recherche, 40 % le Crédit d’Impôt Innovation et 47% bénéficient du statut de « Jeune Entreprise Innovante ».

Le Crédit d‘Impôt Innovation devient, année après année, une des subventions les plus utilisées, permettant ainsi l'évolution des start-up d’un stade de recherche à un stade de développement.

Un écosystème français dynamique

En 2017, 3 start-up françaises sur 4 considèrent que l’environnement dans lequel elles évoluent est dynamique (BPI, French Tech, associations professionnelles…). Plus de la moitié des start-up ont déjà eu recours à des incubateurs ou des accélérateurs, ce qui prouve l’efficacité de telles organisations à aider les sociétés à faire grandir leur business.

63 %

Utilisent des instruments
de capitaux propres

52 %

Ont eu recours au
Crédit d’Impôt Recherche

3 start-up sur 4

Apprécient le dynamisme de
l’écosystème français

De belles perspectives d’avenir

La rentabilité des start-up françaises du numérique

Les start-ups françaises du numérique ne se concentrent pas seulement sur leur croissance, mais aussi sur le développement d'un modèle économique viable.

Si 25% des start-up interrogées déclarent avoir un EBIT positif, plus de la moitié des start-up de plus de 50 millions d’euros de chiffre d'affaires sont rentables ! Les entrepreneurs sont confiants dans leur avenir proche : 23% des start-up de 0 à 5 M€ de CA sont rentables et 67% d’entres elles atteindront le seuil de rentabilité au cours des deux prochaines années.

Une expansion soutenue par un développement organique et des acquisitions

La moitié des entrepreneurs s'attendent à augmenter leurs revenus de moitié en 2018. En croissance et mieux financées, les start-ups souhaitent poursuivre leur développement non seulement de manière organique, mais aussi en réalisant des acquisitions. Pour atteindre ce double objectif, 79% des start-ups embaucheront en 2018, principalement en France (72% des emplois seront en France), et 32% envisagent une opération de croissance externe pour poursuivre leur développement.

25 %

Des start-up interrogées
ont un EBIT positif

32 %

Des start-up envisagent une opération de croissance externe pour poursuivre leur développement

79 %

Embaucheront en 2018

Contacts

EY - Franck Sebag

Franck Sebag
Associée EY, en charge du secteur Fast Growing Companies
Western Europe Maghreb

EY - Xavier Lorphelin

Xavier Lorphelin
Managing Partner
Serena Capital