Peut-on favoriser l’émergence de possibilités en innovant aujourd’hui?

Auteurs

Lance Mortlock

Leader national, secteur du pétrole et du gaz naturel, EY Canada

Visionnaire. Stratège.

Kirsten Tisdale

Associée directrice, Gouvernement et secteur public, EY Canada

Conseillère de confiance auprès des gouvernements et des entités publiques dans le cadre de réformes et de transformations complexes. Passionnée de vélo, de randonnée et des moments avec ses garçons.

5 minutes de lecture 6 févr. 2017

Le secteur public a du mal à innover. Pour lui, il est pourtant essentiel, et pas juste souhaitable, d’évoluer autrement.

L’innovation est plus qu’une notion en vogue. On la voit maintenant comme le remède possible à tous les problèmes, et elle est omniprésente dans le secteur privé comme dans le secteur public.

Dans le secteur privé, l’innovation répond à la volonté évidente de demeurer en avance sur la concurrence et de livrer des produits et des services qui augmenteront les parts de marché et la valeur pour les actionnaires. Selon une étude de marché intersectorielle réalisée par EY, 93 % des cadres dirigeants estiment que l’innovation est importante comme levier de croissance.

Les dirigeants du secteur public doivent se concentrer sur la recherche d’un point d’équilibre entre l’impératif d’instaurer un processus d’innovation structuré et la nécessité de voir à ce que la structure ne devienne pas rigide au point d’entraver l’atteinte du but fixé.
Kirsten Tisdale
Associée directrice, Gouvernement et secteur public, EY Canada

L’importance de l’innovation dans le secteur public est semblable, bien qu’elle ne soit pas encore clairement définie. Puisque les gouvernements jonglent de plus en plus avec les priorités, y compris l’affectation efficace des ressources et la satisfaction des attentes du public, il devient de plus en plus clair que de nouvelles approches sont requises. Les gouvernements se doivent d’innover dans les domaines de la prestation des services, de l’amélioration des processus et de la mise en œuvre de la réglementation et des politiques.

En raison d’une stratégie d’innovation mal définie, d’un budget limité ou de capacités de leadership insuffisantes, ainsi que de leur taille même, bien des organisations du secteur public ont du mal à définir l’innovation et à appliquer efficacement un modèle opérationnel qui accueille l’innovation. De plus, le secteur public doit soutenir le regard du public et composer avec l’habituelle aversion des gouvernements pour le risque.

Malgré ces difficultés, les gouvernements doivent maintenant innover, et ce, pour les cinq raisons clés suivantes :

  1. Affectation optimale des ressources – L’innovation peut permettre aux gouvernements de remplir leurs obligations envers les citoyens, tout en dépensant chaque dollar prudemment.
  2. Avantage concurrentiel – En adoptant une réglementation intelligente et en étant parmi les premiers clients, le secteur public a un rôle à jouer pour stimuler l’innovation dans l’économie réelle. Les administrations qui acceptent ce rôle attireront des investissements directs étrangers.
  3. Crédibilité – Aujourd’hui, les nouveaux savoirs sont mis en service plus rapidement que jamais. Le public s’attend à ce que les gouvernements suivent le rythme.
  4. Attirer et fidéliser les meilleurs – Un travail stimulant et des occasions avant‑gardistes seront les meilleurs attraits pour les milléniaux. Le secteur public est ainsi capable d’attirer les candidats les plus talentueux, ce qui lui est impossible lorsque la rémunération est la seule motivation.
  5. Porter l’innovation dans le secteur privé – Les cibles audacieuses imposées par une législation ou une réglementation peuvent pousser le secteur privé à innover pour atteindre des objectifs qu’il n’aurait peut-être pas visés autrement.

L’innovation joue un rôle dans l’élaboration des politiques gouvernementales et dans la prestation des programmes et services. Il s’agit pourtant d’un concept large qui peut englober un grand nombre de concepts d’amélioration, et il n’y a pas de définition stricte et expéditive de l’innovation. Dans le secteur public, des possibilités d’exploration et d’innovation sont néanmoins offertes en ce qui a trait aux services, aux processus, à la réglementation et aux politiques.

Comment le secteur public peut-il faire preuve d’efficacité en matière d’innovation afin de mieux servir la population?

Savoir, c’est pouvoir. Premièrement, les organisations du secteur public doivent bien comprendre ce qui motive leur besoin d’innover. Qu’il s’agisse de mieux affecter les ressources, de répondre aux attentes de la population, de collaborer avec le secteur privé pour assurer une économie concurrentielle ou d’attirer la nouvelle génération de leaders du secteur public, il est essentiel de savoir de quoi il en retourne.

Deuxièmement, les organisations du secteur public doivent avoir une vision claire de l’objet de leurs innovations, qu’il s’agisse de services, de processus, de modèles réglementaires ou de la conception et de la mise en œuvre de politiques.

Finalement, et surtout, les leaders du secteur public doivent savoir précisément quel modèle opérationnel ils utiliseront pour favoriser l’innovation en tenant compte des besoins, des circonstances et des talents de leurs ressources.

Sur le plan de l’innovation, pour ne donner qu’un exemple, un gouvernement peut s’inspirer de leçons du monde des affaires, mais, au bout du compte, chaque organisation doit suivre son propre parcours, de façon à en assurer la réussite. Garder les principes de base présents à l’esprit peut s’avérer déterminant pour la réussite d’un plan d’action.

Quels sont les principaux piliers sur lesquels repose le succès d’une transformation accélérée et d’un cadre d’innovation?

  • Définir clairement son approche – L’élaboration de la méthode qui cadre le mieux avec votre stratégie globale est la première étape du processus d’instauration d’une culture organisationnelle axée sur l’innovation en matière de processus. Vous pouvez être amené à constater qu’un modèle de type levier, défenseur ou producteur est celui qui convient le mieux à votre organisation. Faites preuve de circonspection dans vos recherches et dans la sélection d’une approche, car celle-ci sera déterminante dans le choix de votre futur modèle opérationnel.
  • Élaborer une stratégie à l’égard de son portefeuille – Les idées novatrices se présentent sous des formes et des tailles variées. La plupart sont de petites idées évolutives facilement identifiées, développées et transmises au sein de l’organisation, alors que d’autres regroupent de grands paris pouvant révolutionner vos méthodes de travail ou de prestation de services. Il est important que vous disposiez d’une stratégie à l’égard du portefeuille permettant d’assurer le maintien d’un réservoir d’idées. C’est ainsi que votre organisation peut éviter de stagner ou de baisser la garde. L’établissement d’un processus de priorisation permettant d’assortir ressources et idées importe tout autant. C’est ainsi que vous pouvez améliorer vos chances de voir se concrétiser vos meilleures idées.
  • Favoriser l’épanouissement d’une culture de l’innovation – Comme pour tout programme de changement, il est possible que vous soyez aux prises avec une certaine résistance au moment d’adopter une culture plus novatrice. Une telle résistance pourrait provenir de personnes qui ne comprennent pas l’innovation, qui ne croient pas pouvoir y contribuer ou qui considèrent que l’idée même d’innover n’est qu’une énième initiative. La gestion d’une telle réaction de repli ne peut pas reposer seulement sur l’élaboration d’une stratégie d’innovation claire. Il s’avère nécessaire d’établir et d’exécuter un programme de gestion du changement bien structuré. Pour ce faire, bien qu’il incombe d’abord à la direction de donner le ton, la présence de champions à l’échelle organisationnelle et de mesures à gains rapides mettant en lumière des aspects positifs de la nouvelle culture en action est indispensable.
  • Accorder la priorité au financement – L’adoption d’une approche d’innovation constitue un investissement réel dans l’infrastructure organisationnelle. Un cadre d’évaluation et de surveillance est requis. L’établissement et la communication d’un ensemble d’objectifs d’innovation clairement définis par rapport auxquels vous pouvez évaluer vos décisions d’investissement et définir les critères d’évaluation à appliquer vous permettent d’insuffler à votre approche le type de rigueur que seuls procurent des paramètres d’évaluation.

Innover aujourd’hui pour assurer un meilleur avenir

Les organisations du secteur public sont aux prises avec de réelles difficultés sur le plan de l’innovation. Même leurs efforts les mieux intentionnés risquent d’être rapidement anéantis par les processus et la rigidité, à cause de l’aversion inhérente des gouvernements pour le risque.

De ce fait, il est encore plus essentiel pour les dirigeants du secteur public de se concentrer sur la recherche d’un point d’équilibre entre l’impératif d’instaurer un processus structuré et la nécessité de voir à ce que la structure ne devienne pas inflexible au point d’entraver l’atteinte du but fixé.

Il est possible de personnaliser un cadre d’innovation conçu pour le secteur public. Et il est tout à fait possible d’appliquer un tel cadre de façon à trouver l’équilibre délicat entre la création de conditions propices à l’innovation et le respect de la gouvernance traditionnelle et des fonds publics. En réalité, cela est nécessaire.

Pour y arriver, vous devez d’abord procéder à une analyse interne permettant de comprendre où en est votre organisation. Vous devez ensuite effectuer une analyse externe, puis élaborer la cartographie de l’organisation correspondant à l’état futur souhaité.

Résumé

Puisque les gouvernements jonglent avec les priorités, il devient de plus en plus clair qu’ils doivent trouver de nouvelles approches à de vieux problèmes. Apprendre à intégrer l’innovation dans le secteur public peut favoriser l’obtention de résultats transformationnels.

À propos de cet article

Auteurs

Lance Mortlock

Leader national, secteur du pétrole et du gaz naturel, EY Canada

Visionnaire. Stratège.

Kirsten Tisdale

Associée directrice, Gouvernement et secteur public, EY Canada

Conseillère de confiance auprès des gouvernements et des entités publiques dans le cadre de réformes et de transformations complexes. Passionnée de vélo, de randonnée et des moments avec ses garçons.