4 minutes de lecture 26 avr. 2018
young entrepreneur holds match her

Comment aider les jeunes entrepreneurs à réussir

Par

EY Canada

Organisation de services professionnels multidisciplinaires

4 minutes de lecture 26 avr. 2018

Jamais les entrepreneurs n’ont joué un rôle aussi crucial, et les marchés sur lesquels ils exercent leurs activités évoluent rapidement. Comment les gouvernements peuvent-ils contribuer à leur croissance?

Les plateformes numériques et les flux de données influent sur l’étendue, la croissance et les activités des entreprises à l’échelle mondiale. L’économie numérique contribue jusqu’à 8 % du PIB des pays du G20 et ce pourcentage augmentera, selon les données publiées en 2016 par la Commission européenne.

Le tout s’inscrit dans les bouleversements qui secouent le monde commercial : l’émergence de nouveaux produits, services et modèles d’affaires; l’évolution du commerce international et des chaînes de valeur; l’accroissement de la connectivité entre les entreprises; et une plus grande mobilité et collaboration.

Pour les entrepreneurs, ces perturbations numériques présentent à la fois des risques et des possibilités. Toutefois, accueillir ces bouleversements et y faire face est loin d’être simple.

Parallèlement, devant les changements démographiques à l’échelle mondiale, le déclin des secteurs à forte intensité de main-d’œuvre et les taux de chômage obstinément élevés chez les jeunes, la création de conditions permettant aux jeunes entrepreneurs de prospérer et de bâtir des entreprises créatrices d’emplois est prioritaire pour les gouvernements du monde entier.

Favoriser la réussite des entrepreneurs

Même si les entrepreneurs sont eux-mêmes des forces disruptives, l’évolution rapide de nouvelles technologies numériques agit sans doute comme une force encore plus grande.

Alors que les gouvernements réfléchissent à une façon de faire des économies pour prospérer dans cet environnement numérique en pleine évolution, ils doivent se poser une question primordiale : comment aider les jeunes entrepreneurs à s’outiller pour entrer dans l’ère des perturbations numériques?

Les entreprises en démarrage ont souvent de la difficulté à s’adapter au changement. Les jeunes entrepreneurs en herbe, même ceux de l’ère numérique, devront donc eux aussi relever des défis de taille, à moins que les gouvernements n’en fassent plus pour leur ouvrir la voie.

Comme les jeunes sont les plus proches des technologies numériques en évolution, ils devraient être les mieux placés pour tirer parti de leurs avantages commerciaux. Mais pour cela, ils ont besoin d’un soutien adéquat : un meilleur accès au financement et à l’éducation, et une bonne exposition aux différents marchés.

Il faudra une approche complètement différente, une approche transfrontalière, axée sur l’éducation et la collaboration.

Comment les gouvernements peuvent-ils contribuer?

Les politiques peuvent jouer un rôle important pour transformer les perturbations numériques en occasions exceptionnelles. Cependant, les décideurs doivent d’abord se poser quelques questions fondamentales : comment les jeunes entrepreneurs se transforment-ils face aux forces numériques? Et comment utilisent-ils les technologies numériques émergentes pour faire croître leurs entreprises et les rendre plus performantes?

Dans un récent rapport intitulé Disrupting the disruptors, nous avons mesuré et comparé la dimension numérique de l’entrepreneuriat dans tous les pays du G20 au moyen de notre nouveau Baromètre de l’entrepreneuriat numérique du G20. Nous avons constaté que l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, le Japon et le Royaume-Uni avaient pris les devants en ce qui concerne l’entrepreneuriat numérique, tandis que l’Argentine, le Brésil, l’Inde, le Mexique et la Russie accusaient un retard.

 

Classement du Baromètre de l’entrepreneuriat numérique du G20 d’EY, 2016

Alors, comment les nations en tête du peloton peuvent-elles maintenir et améliorer les conditions pour les entrepreneurs, et comment celles tirant de l’arrière peuvent-elles les rattraper? Le rapport présente cinq champs d’action :

  1. Accès au financement : Promouvoir le développement du financement lors du démarrage et de programmes de soutien pour les jeunes entrepreneurs, notamment les incubateurs et les accélérateurs.
  1. Culture entrepreneuriale : Présenter l’entrepreneuriat comme un domaine spécialisé de l’enseignement supérieur et l’intégrer dans des cours aux niveaux primaire et secondaire; inviter l’industrie à collaborer à l’élaboration de cours axés sur la technologie, le numérique et la gestion; et protéger les jeunes entrepreneurs au moyen de clauses ciblées relatives à la propriété intellectuelle afin d’encourager l’innovation et la collaboration avec de grandes organisations et des investisseurs.
  1. Environnement d’affaires numérique : Soutenir un programme de visa de mobilité des entrepreneurs du G20 et promouvoir le développement de réseaux de soutien pour les entrepreneurs nouvellement arrivés dans un pays du G20, et établir des lignes directrices claires sur la confidentialité et la sécurité des données, y compris l’utilisation, les droits sur les données et la qualité.
  1. Compétences numériques et formation entrepreneuriale : Prioriser les programmes liés aux sciences, aux technologies, à l’ingénierie et aux mathématiques (STIM) dans les écoles, en particulier à l’intention des étudiantes, et encourager les programmes de mentorat et d’encadrement en entrepreneuriat pour les jeunes au sein de l’industrie et des réseaux d’entrepreneuriat.
  1. Base de connaissances numériques et marché des technologies de l’information et des communications (TIC) : Encourager les regroupements et réseaux numériques de plusieurs intervenants, notamment ceux axés sur un secteur ou une ville, ainsi que les programmes d’encadrement et de mentorat, et appuyer la collaboration entre universités et entrepreneurs, par exemple au moyen d’incitatifs de financement pour les universités.

À première vue, il y a beaucoup à faire, mais une analyse plus approfondie montre que bon nombre de ces cadres – financement, éducation et formation, collaboration transfrontalière – sont déjà en place. Ce dont nous avons besoin maintenant c’est de la volonté politique de concrétiser ces recommandations.

Compte tenu de l’économie mondiale qui demeure fragile et des nombreuses tendances sociales et économiques qui concourent à rendre les conditions toujours plus difficiles, les enjeux sont considérables. Il faut agir maintenant.

Résumé

Si les jeunes sont soutenus, ils pourront, grâce au numérique, transformer de grandes idées en réussites, et ainsi créer des emplois et devenir des sources d’inspiration.

À propos de cet article

Par

EY Canada

Organisation de services professionnels multidisciplinaires