Communiqué

16 oct. 2019 Montréal, CA

Le taux d’adoption des FinTech au Canada a plus que doublé depuis 2017

L’adoption des FinTech au Canada a augmenté significativement depuis 2017, passant de 18 % à 50 %, selon l’Indice mondial d’adoption des FinTech 2019 d’EY.

Personne-ressource auprès des médias

Camille Larivière

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Professionnelle des relations publiques et des communications. Fière ambassadrice de la langue française au Canada. Curieuse. Accro à la caféine. Adore les hivers canadiens.

Sujets connexes Entrepreneur

Selon une étude d’EY, la moitié des consommateurs canadiens utilisent les FinTech.

  • L’adoption des FinTech par le consommateur canadien a grimpé de 32 % au cours des deux dernières années
  • 78 % des consommateurs utilisent au moins un service de FinTech pour les paiements et transferts d’argent
  • 42 % des consommateurs adoptent des solutions FinTech en raison des taux avantageux

L’adoption des FinTech au Canada a augmenté significativement depuis 2017, passant de 18 % à 50 %, selon l’Indice mondial d’adoption des FinTech 2019 d’EY. Les taux et frais avantageux (42 %), la facilité d’ouverture de compte (19 %) et l’accès à des produits et services plus novateurs (10 %) comptent parmi les raisons qui poussent les consommateurs canadiens à faire appel aux services de FinTech.

« Au cours des deux dernières années, l’adoption des FinTech a gagné énormément de terrain au Canada, parallèlement à l’évolution des priorités des consommateurs et à la hausse des transferts d’argent et paiements, affirme Anthony Rjeily, leader en matière de FinTech d’EY pour le Québec. Désormais, les FinTech ne sont plus simplement perçues comme perturbatrices dans le secteur des services financiers – ce sont maintenant de solides concurrentes, capables de s’adapter aux attentes et aux besoins changeants des consommateurs. »

Malgré l’essor des FinTech, le Canada continue d’accuser du retard par rapport aux autres pays, affichant un taux d’adoption parmi les moins élevés du monde. Seulement 50 % des consommateurs canadiens ayant répondu au sondage ont eu recours à des FinTech, comparativement à 64 % à l’échelle mondiale.

Le manque de connaissances en matière de FinTech demeure la principale raison pour laquelle les consommateurs choisissent d’utiliser les services de leur institution financière en 2019 plutôt que ceux d’une FinTech, suivie de la confiance, qui était la raison la moins citée en 2017

« Qu’ils adoptent ou non les Fintech, les consommateurs s’inquiètent de la sécurité de leurs données personnelles en ligne et font davantage confiance aux institutions et fournisseurs traditionnels avec lesquels ils peuvent interagir en personne », poursuit M. Rjeily.

Mais cette situation pourrait changer. Même si les consommateurs canadiens sont plus à l’aise d’utiliser les services bancaires d’institutions traditionnelles, près du tiers d’entre eux sont prêts à utiliser les produits offerts par les nouvelles sociétés de services financiers, pourvu que celles‑ci travaillent en collaboration avec ces institutions.

« Même si les sociétés de services autres que les institutions financières ont été les premières à déployer de nouvelles technologies afin d’offrir des services novateurs, tout en répondant mieux aux attentes des consommateurs, elles n’ont pas encore la pleine confiance des consommateurs lorsqu’il s’agit de fournir elles-mêmes des services financiers, renchérit M. Rjeily. D’après nos constatations, le manque de confiance a le potentiel d’ouvrir de nouvelles possibilités, tant pour les institutions financières que pour les FinTech qui leur font concurrence. »

– 30 –

À propos de l’étude

L’étude consiste en plus de 27 000 entrevues en ligne, réalisées entre le 4 février 2019 et le 11 mars 2019, avec des consommateurs d’âge adulte adeptes du numérique dans 27 marchés – Argentine, Australie, Belgique et Luxembourg (considérés comme un seul marché), Brésil, Canada, Chili, Chine (continentale), Colombie, France, Allemagne, Hong Kong, Inde, Irlande, Italie, Japon, Mexique, Pays‑Bas, Pérou, Russie, Singapour, Afrique du Sud, Corée du Sud, Espagne, Suède, Suisse, Royaume‑Uni et États‑Unis.

Un utilisateur régulier est un utilisateur qui a eu recours à au moins deux services de FinTech au cours des six derniers mois.

L’étude de 2019 classe les FinTech en cinq catégories : transferts d’argent et paiements, budgétisation et planification financière, épargne et placements, emprunt et assurances. À l’heure actuelle, 19 services distincts sont offerts. Cela dit, les 10 mêmes catégories qu’en 2017 ont été utilisées dans le cadre de l’étude aux fins de comparaison sur douze mois.

À propos d’EY

EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Les points de vue et les services de qualité que nous offrons contribuent à renforcer la confiance à l’égard des marchés financiers et des diverses économies du monde. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour plus d’information, veuillez visiter le site ey.com/ca/fr. Suivez-nous sur Twitter @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Des renseignements sur la façon dont EY recueille et utilise les données à caractère personnel ainsi qu’une description des droits individuels conférés par la législation en matière de protection des données sont disponibles sur le site ey.com/privacy. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com.