Communiqué

16 déc. 2019 Montréal, CA

Les cadres canadiens sont optimistes à l’égard des perspectives économiques malgré le climat d’incertitude

Selon le 21e Baromètre mondial de la confiance des entreprises d’EY, les cadres canadiens se montreront prudents en matière de stratégie et transactions dans l’année à venir malgré leur optimisme à l’égard des perspectives économiques.

Personne-ressource auprès des médias

Camille Larivière

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Professionnelle des relations publiques et des communications. Fière ambassadrice de la langue française au Canada. Curieuse. Accro à la caféine. Adore les hivers canadiens.

Sarah Shields

Leader, Relations publiques et médias sociaux, EY Canada

Communicatrice et auteure passionnée. Croit fermement que les étés de Vancouver valent la peine d’endurer six mois de pluie.

Victoria McQueen

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Soutient le développement et la diffusion des communications externes et du contenu dans les médias sociaux au Canada. En été, on peut la retrouver au bord d’un lac, et en hiver, sur ses skis.

Sujets connexes Stratégie et transactions

Le Baromètre mondial de la confiance des entreprises d’EY révèle néanmoins une certaine baisse de l’intérêt des entreprises pour les fusions et acquisitions.

  • Les cadres canadiens ont bon espoir que l’économie canadienne et l’économie mondiale s’améliorent.
  • La majorité des cadres (81 %) ne s’attendent pas à un ralentissement économique.
  • La technologie, la main-d’œuvre et la mission influencent la stratégie de croissance et celle en matière de stratégie et transactions.

Selon le 21e Baromètre mondial de la confiance des entreprises d’EY, les cadres canadiens se montreront prudents en matière de stratégie et transactions dans l’année à venir malgré leur optimisme à l’égard des perspectives économiques.

Tous les cadres canadiens sondés s’attendent à une amélioration de l’économie canadienne au cours des 12 prochains mois, et 99 % des répondants prévoient aussi une amélioration de l’économie mondiale. Par ailleurs, 81 % des répondants ne s’attendent pas à un ralentissement économique au cours de la prochaine année, semblant donc ne pas prêter l’oreille aux spéculations au sujet d’une possible récession dans les médias.

Sur le plan microéconomique, la confiance est également élevée alors que la plupart des répondants espèrent une croissance des revenus (88 %) et du bénéfice net (91 %) au cours de la prochaine année. Compte tenu de ces perspectives, le Canada figure de nouveau parmi les cinq principales destinations en matière d’investissement selon les cadres à l’échelle mondiale.

«Malgré leur optimisme grandissant, les cadres canadiens restent prudents quant aux possibilités de croissance qui s’offrent à eux, indique Ken Brooks, associé du groupe des Services consultatifs transactionnels d’EY au Canada. On observe une diminution de l’engouement à l’égard des stratégie et transactions à court terme, principalement en raison de l’incertitude géopolitique attribuable aux différends commerciaux, aux nouvelles politiques liées aux changements climatiques et à l’incertitude réglementaire.»

Seulement 35 % des cadres canadiens prévoient rechercher des occasions de fusions et acquisitions («F&A») au cours de la prochaine année — pour la première fois dans l’histoire du sondage, l’intérêt pour les stratégie et transactions a chuté sous la barre des 45 % sous l’influence marquée du manque d’intérêt du secteur des mines et métaux.

Les répondants qui prévoient procéder à des F&A dans un avenir rapproché cherchent à assurer l’avenir de leur entreprise en faisant l’acquisition de technologies et de main-d’œuvre. Les cadres supérieurs sont de plus en plus sensibilisés à l’importance de la mission sociale.

«On constate que l’adoption d’une mission d’entreprise plus forte est au cœur des priorités des cadres canadiens et constitue un facteur de plus en plus important dans leurs stratégies transactionnelles, ajoute M. Brooks. Quatre-vingt-dix pour cent d’entre eux indiquent avoir établi un système de mesure des retombées sociales ou prévoient mettre en place un tel système au cours des 12 prochains mois.»

Consultez le rapport intégral ou pour en savoir plus.

– 30 –

À propos d’EY

EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Les points de vue et les services de qualité que nous offrons contribuent à renforcer la confiance à l’égard des marchés financiers et des diverses économies du monde. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour plus d’information, veuillez consulter le site ey.com/ca/fr. Suivez-nous sur Twitter @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume‑Uni, ne fournit aucun service aux clients. Des renseignements sur la façon dont EY collecte et utilise les données à caractère personnel ainsi qu’une description des droits individuels conférés par la réglementation en matière de protection des données sont disponibles sur le site ey.com/privacy. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com.