Communiqué

6 févr. 2020 Montréal, CA

L’indice Canadian Mining Eye d’EY clôture 2019 en hausse

L’indice Canadian Mining Eye d’EY s’est redressé à la fin de l’exercice, progressant de 11 points de pourcentage au T4 de 2019, après avoir enregistré une baisse au troisième trimestre.

Personne-ressource auprès des médias

Victoria McQueen

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Soutient le développement et la diffusion des communications externes et du contenu dans les médias sociaux au Canada. En été, on peut la retrouver au bord d’un lac, et en hiver, sur ses skis.

Camille Larivière

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Professionnelle des relations publiques et des communications. Fière ambassadrice de la langue française au Canada. Curieuse. Accro à la caféine. Adore les hivers canadiens.

Sujets connexes Mines et métaux

Des personnes-ressources sont disponibles pour discuter de la performance et des perspectives trimestrielles du secteur des mines et métaux 

  • L’indice Canadian Mining Eye d’EY a progressé de 11 % au T4 de 2019
  • Les grandes banques d’investissement anticipent une hausse des prix du cuivre en 2020 
  • Les prix de l’or et du nickel devraient rester stables à court et à moyen terme 

(Montréal, le 6 février 2020)  L’indice Canadian Mining Eye d’EY s’est redressé à la fin de l’exercice, progressant de 11 points de pourcentage au T4 de 2019, après avoir enregistré une baisse au troisième trimestre.

Comparaison des indices T4 2019 T3 2019
Indice Canadian Mining Eye 11 % -3 %
Indice UK Mining Eye -5 % 0 %
Indice composé des mines et métaux S&P/TSX 2 % 2 %
Indice des principales minières 10 % 3 %

Le cours de l’or a augmenté de 3 % dans la foulée du gain de 4 % affiché au trimestre précédent – stimulé en partie par l’attitude conciliante de la Réserve fédérale américaine. Les prix du cuivre ne sont pas restés en reste, affichant également une hausse de 8 % au T4 de 2019, alors que les prix du nickel et du zinc ont reculé respectivement de 10 % et 6 %.

« Peu après la fin de l’exercice, les grandes banques d’investissement s’attendaient à une hausse des prix du cuivre en 2020, en raison de l’insuffisance des stocks, des contraintes liées à l’approvisionnement et de la demande croissante, déclare Patrick Bertrand-Daoust, leader du secteur des mines et métaux d’EY pour le Québec. Toutefois, nous nous attendons à ce que l’incertitude créée par le coronavirus se répercute sur les attentes à cet égard pour le prochain exercice. » 

Les prix du nickel devraient rester élevés, puisque l’on s’attend à ce que la situation actuelle liée à l’insuffisance de l’offre se poursuive en 2020, alors que les prix du zinc devraient subir une pression à la baisse, compte tenu du surplus prévu à court terme résultant de la hausse de production des fonderies chinoises.

« Combinées aux projections de croissance mondiale et aux enjeux géopolitiques, les négociations commerciales menées au sud de la frontière devraient contribuer à créer de la volatilité dans les cours de l’or au cours de cette année, fait remarquer Patrick Bertrand-Daoust, leader du secteur des mines et métaux d’EY pour le Québec. Cependant, les prix devraient maintenir un élan positif à court terme grâce à l’attitude de la Réserve fédérale américaine, à la politique de taux négatif adoptée notamment en Europe, au Japon et en Suisse, et au contexte économique incertain découlant de l’éclosion du coronavirus. »

Section spéciale – Entrevue avec Denis Larocque, président et chef de la direction de Major Drilling International

Le numéro du T4 2019 du Canadian Mining Eye d’EY comprend une entrevue avec Denis Larocque, président et chef de la direction de Major Drilling International, qui explique comment la technologie et l’innovation contribuent avantageusement au succès de la société, et présente l’avenir du secteur du forage. 

Voici ce qu’il a confié à EY : « Nous remarquons que nos clients adoptent de plus en plus la technologie. Il n’y a rien d’inhabituel à ce qu’ils nous demandent de leur fournir les données des appareils de forage en profondeur, tels que les taux de pénétration entre autres, pour guider leur interprétation géologique et la conception de la mine. C’est une tendance que nous appuyons chez Major Drilling et nous espérons qu’elle ira en s’accentuant. »

Pour accéder à l’entrevue intégrale et au numéro du quatrième trimestre de 2019 du Canadian Mining Eye d’EY, visitez le site ey.com/ca/miningeye.

– 30 –

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification et fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Les points de vue et les services de qualité que nous offrons contribuent à renforcer la confiance à l’égard des marchés financiers et des diverses économies du monde. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour plus d’information, veuillez visiter le site ey.com/ca/fr. Suivez-nous sur Twitter @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Des renseignements sur la façon dont EY recueille et utilise les données à caractère personnel ainsi qu’une description des droits individuels conférés par la législation en matière de protection des données sont disponibles sur le site ey.com/privacy. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com.