Communiqué

22 juin 2021 Montréal, CA

Les employeurs du Canada qui ne maintiennent pas les conditions de travail flexibles en vigueur actuellement risquent de perdre la moitié de leurs effectifs

Les employés sont partagés sur la question de savoir s’ils ont constaté une amélioration de la culture organisationnelle de leur entreprise depuis le début de la pandémie

Personne-ressource auprès des médias
Victoria McQueen

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Soutient le développement et la diffusion des communications externes et du contenu dans les médias sociaux au Canada. En été, on peut la retrouver au bord d’un lac, et en hiver, sur ses skis.

Sujets connexes Main‑d’œuvre

Les employés sont partagés sur la question de savoir s’ils ont constaté une amélioration de la culture organisationnelle de leur entreprise depuis le début de la pandémie

  • 54 % des employés sont prêts à quitter leur emploi s’ils n’obtiennent pas les conditions de travail flexible auxquelles ils aspirent
  • 48 % des employés indiquent que la culture organisationnelle de leur entreprise a changé pour le mieux depuis le début de la pandémie
  • 61 % souhaitent que leur entreprise exige la vaccination avant un retour physique au travail

Le sondage d’EY réalisé en 2021 auprès des employés sur le travail réinventé indique que 93 % des répondants garderont probablement leur emploi actuel au sein de leur organisation pendant au moins les 12 prochains mois s’ils disposent de souplesse quant à l’endroit où ils travaillent et à leur horaire. À l’opposé, plus de la moitié des répondants (54 %) indiquent qu’ils quitteraient leur entreprise si les modalités de travail flexibles quant au choix de l’horaire et du lieu de travail ne sont pas reconduites après la pandémie.

« Que vous le sachiez – et l’acceptiez – ou non, vos employés ont subi une transformation définitive, et il sera impossible de renverser la vapeur, explique Darryl Wright, associé, Services consultatifs, Gens, EY Canada. Les employés ont adopté les conditions de travail flexibles rendues possibles par les technologies de télétravail. Et ils ne s’attendent pas à ce que cette réalité prenne fin après la pandémie. Voici donc un moment charnière pour tous les hauts dirigeants – du chef des ressources humaines au chef de la transformation, en passant par le chef de la direction – qui devront faire preuve de collaboration afin de redéfinir un modèle qui assurera à la fois un retour au travail sécuritaire et la transformation physique du milieu de travail. »

Le sondage d’EY révèle que 9 employés sur 10 veulent de la souplesse. Même lorsqu’ils se voient offrir la possibilité de profiter de services de premier plan dans un bureau désigné, 67 % des employés préfèrent avoir plus de flexibilité quant au choix du lieu et de l’horaire de travail, les répondants étant 1,4 fois plus nombreux à vouloir davantage de flexibilité quant au choix de l’horaire.

Malgré les difficultés découlant de la pandémie, les employés resent positifs par rapport à leur travail.

« Bien que les données préliminaires indiquent que les employés sont tout aussi productifs lorsqu’ils travaillent à domicile, et qu’ils apprécient la souplesse dont ils profitent, on ne sait pas encore quels seront les effets à long terme du télétravail, notamment en ce qui a trait à ce qui a été perdu à cause de la disparition des interactions en personne comme l’encadrement et le mentorat, ajoute M. Wright. Il vous faudra aussi tenir compte de la configuration des espaces de bureaux, de la façon d’encourager certaines méthodes de travail et de la manière de mieux soutenir le bien-être physique et mental des employés. Il est essentiel d’agir en ce sens afin d’établir une culture organisationnelle solide qui présente un avantage concurrentiel. »

À l’heure actuelle, les trois quarts des répondants donnent une note minimale de 7 sur une échelle de 1 à 10 pour leur satisfaction au travail. De plus, 48 % des employés croient que la culture de leur entreprise s’est améliorée depuis le début de la pandémie, le secteur des services publics affichant le taux de changement le plus favorable, alors que les secteurs des transports et des soins de santé se classent parmi les plus faibles.

« Les organisations devront continuer de tirer parti de la portée des technologies et des gains en flexibilité pour mettre sur pied des équipes et une culture qui soutiennent l’innovation et la productivité, que ce soit dans un environnement de travail physique ou virtuel, affirme M. Wright. Car même si près de la moitié des répondants ont constaté un changement positif dans la culture de leur entreprise, il en reste une autre moitié qui n’a constaté aucun changement ou qui estime que la situation s’est détériorée, et il faut y voir. »

Une partie de ce changement de culture tient au fait que les employés s’attendent à ce que les employeurs fassent preuve de transparence, prennent position et favorisent activement la santé et la sécurité de leurs employés. En fait, près des deux tiers des répondants s’attendent à ce que leur entreprise exige la vaccination de tous les employés avant un retour physique sur les lieux de travail.

Pour en savoir davantage sur la réinvention du monde du travail, joignez-vous à notre webémission Evolving your workplace today for the workforce of tomorrow, le 28 juin. Cliquez ici pour vous inscrire.

À propos d’EY

La raison d’être d’EY est de bâtir un monde meilleur, de créer de la valeur à long terme pour les clients, les gens et la société et de renforcer la confiance à l’égard des marchés financiers. S’appuyant sur les données et la technologie, les équipes d’EY présentes dans plus de 150 pays instaurent la confiance au moyen de la certification et aident les clients à prospérer, à se transformer et à exercer leurs activités. Que ce soit dans les services de certification, de consultation, juridiques, de stratégie, de fiscalité ou de transactions, les équipes d’EY posent de meilleures questions pour trouver de nouvelles réponses aux enjeux complexes du monde d’aujourd’hui.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume‑Uni, ne fournit aucun service aux clients. Des renseignements sur la façon dont EY collecte et utilise les données à caractère personnel ainsi qu’une description des droits individuels conférés par la réglementation en matière de protection des données sont disponibles sur le site ey.com/fr_ca/privacy-statement. Les sociétés membres d’EY ne pratiquent pas le droit là où la loi l’interdit. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com.  Suivez-nous sur Twitter @EYCanada.

Le présent communiqué a été publié par Ernst & Young s.r.l./S.E.N.C.R.L.