Comment un bilan carbone négatif peut-il libérer une valeur positive pour la planète?

10 minutes de lecture 25 janv. 2021

Pour favoriser l’atteinte de son objectif de travailler ensemble pour un monde meilleur, EY affichera un bilan carbone négatif en 2021 et atteindra sa cible de zéro émission nette en 2025.

En bref
  • Il est urgent d’agir pour limiter les émissions de carbone à l’échelle mondiale. Nous croyons qu’il incombe à EY d’aller plus loin et plus vite.
  • Nous avons donc établi des cibles qui nous amèneront à réduire considérablement nos émissions, en chiffres absolus, ainsi qu’à en éliminer et à en compenser davantage que nous en produisons chaque année, de sorte qu’EY puisse afficher un bilan carbone négatif dès 2021 et atteindre sa cible de zéro émission nette en 2025.
  • Notre ambition est le reflet de l’évolution des attentes des parties prenantes d’EY, surtout de celles de nos gens, à l’égard de la réalisation de notre objectif de travailler ensemble pour un monde meilleur et de la création de valeur à long terme.

Les changements climatiques comptent parmi les enjeux déterminants de notre époque. Les données scientifiques sont irréfutables : les changements climatiques liés aux activités humaines auxquels nous faisons face sont graves et irréversibles. Nous savons que, pour en arriver à limiter à 1,5°C la hausse des températures mondiales par rapport aux niveaux préindustriels, comme le prescrit l’Accord de Paris, nous devons agir de toute urgence. C’est seulement ainsi que nous pouvons éviter une catastrophe climatique et protéger la planète pour les générations à venir.

Étant donné que les entreprises sont une source d’émissions de carbone, nous croyons qu’il nous incombe de passer à l’action. Collectivement, les entreprises disposent des ressources financières, du savoir-faire technologique, et des capacités mondiales de rayonner et d’innover qu’il faut pour trouver les solutions nécessaires à la création d’un avenir à faibles émissions de carbone et pour éviter des dommages irréversibles à notre planète. Nous avons les moyens et la responsabilité d’agir ensemble maintenant.

De nombreuses entreprises établissent des cibles de réduction des émissions de carbone, progressent en vue de l’atteinte de leur cible de zéro émission nette et éliminent leurs émissions de gaz à effet de serre de l’atmosphère. Il devient toutefois de plus en plus évident que les engagements actuels ne sont pas suffisants.

L’objectif d’EY de travailler ensemble pour un monde meilleur nous incite à aller plus loin et plus vite. C’est pourquoi EY compte afficher un bilan carbone négatif dès 2021 et atteindre sa cible de zéro émission nette en 2025.

Nous réduirons considérablement nos émissions de carbone, en chiffres absolus, puis éliminerons ou compenserons chaque année plus que nos émissions résiduelles.

D’ici à 2025, nous réduirons de 40 % (en chiffres absolus) nos émissions relevant des champs d’application 1, 2 et 3 par rapport à l’année de référence 2019, conformément à la cible fondée sur la science et approuvée par la SBTi (Science Based Targets initiative) de limiter à 1,5°C le réchauffement climatique mondial, de façon à atteindre notre cible de zéro émission nette à l’E2025.

Notre plan ambitieux d’afficher un bilan carbone négatif dès 2021 tire parti du fait que nous sommes parvenus à la carboneutralité en 2020 et nous permettra de créer plus facilement de la valeur à long terme pour nos parties prenantes.

Nous croyons que notre aspiration à afficher un bilan carbone négatif en 2021, à atteindre notre cible de zéro émission nette en 2025 et à réduire nos émissions en fonction de cibles fondées sur la science est un pas dans la bonne direction.

Voici les sept mesures qu’EY prévoit dans son ambitieux plan de réduction de ses émissions de carbone :

EY affichera un bilan carbone négatif dès 2021 et atteindra sa cible de zéro émission nette en 2025, grâce à la mise en œuvre des mesures suivantes :

  • 1. Réduire nos émissions liées aux déplacements d’affaires, la cible étant de parvenir à une réduction de 35 % d’ici l’E2025, par rapport à l’E2019, notre exercice de référence

    Bien que nous reconnaissions que la prestation d’un bon nombre de services d’EY repose en partie sur des déplacements d’affaires, nous savons également que ce sont les voyages en avion qui ont le plus de répercussions négatives sur l’environnement, puisqu’ils représentaient la source de 75 % environ de nos émissions de carbone globales à l’E2019.

    Voici comment nous réduirons le volume de ces émissions :

    • Nous continuerons d’encourager le recours aux technologies de collaboration virtuelle qui ont aidé les équipes d’EY à fournir un service à la clientèle exceptionnel au cours de la pandémie de COVID‑19. 
    • Nous aurons recours aux nouveaux outils et aux nouvelles technologies qui aident les gens d’EY à faire de meilleurs choix en matière de déplacements et ferons la promotion de l’utilisation de solutions de rechange plus écologiques, dans la mesure du possible.

    En réduisant ainsi de 35 % le volume de ses émissions, EY évitera de produire plus de deux tonnes métriques de CO2 sur la période allant de l’E2019 à l’E2025.

  • 2. Réduire la consommation globale d’électricité dans nos bureaux et nous approvisionner à des sources entièrement renouvelables pour répondre à nos autres besoins en énergie, de manière à adhérer à l’initiative RE100 d’ici l’E2025

    EY participera à l’initiative RE100 en tant que membre dûment accrédité d’ici l’E2025. L’initiative RE100 est une initiative mondiale à laquelle participent certaines des entreprises les plus influentes du monde qui se sont engagées à se tourner vers des sources d’énergie entièrement renouvelables pour répondre à leurs besoins en électricité. Pour atteindre cette cible, d’ici l’E2025, nous éliminerons complètement les émissions liées à la consommation d’électricité dans nos bureaux, en passant à des sources d’énergie entièrement renouvelables.

    Par suite de l’instauration de méthodes de travail novatrices, depuis l’E2009, nous avons pu réduire la superficie immobilière occupée, en la faisant passer de 13,8 m2 par personne à 7,6 m2 par personne. En faisant ainsi l’économie d’une superficie équivalant à 1,9 million de m2 au cours de la dernière décennie, nous sommes parvenus à réduire de plus 150 000 tonnes nos émissions de CO2, ce qui équivaut au volume d’émissions découlant de la consommation énergétique totale de 17 830 maisons ou de la consommation d’essence de voitures de particulier de taille moyenne parcourant une distance de 380 millions de milles.

    Depuis 2020, les émissions produites par nos télétravailleurs sont prises en compte dans l’évaluation du volume global de nos émissions relevant du champ d’application 3, ce qui est le reflet de notre culture organisationnelle orientée vers les modalités de travail flexibles, des tendances en matière de télétravail et des changements induits par la pandémie de COVID‑19.

  • 3. Structurer nos contrats d’approvisionnement en électricité de façon à injecter dans les réseaux nationaux plus d’électricité qu’EY n’en consomme

    Nous avons conclu des ententes d’achat d’énergie virtuelle (EAEV) avec plusieurs exploitants de centrales solaires et de parcs éoliens. Grâce à ces ententes, le volume d’électricité provenant entièrement de sources d’énergie renouvelables que nous prévoyons injecter dans les réseaux électriques de plusieurs pays équivaut à plus de deux fois notre consommation d’électricité. C’est ainsi que nous compenserons nos propres émissions liées à la consommation d’électricité dans nos bureaux, que nous réduirons le total de nos coûts d’électricité et que nous jouerons le rôle qui nous revient dans la décarbonisation du secteur de la production d’électricité.

    En 2019, Ernst & Young LLP (EY États Unis) a conclu une EAEV en vue du financement et de la construction au Texas de deux parcs éoliens à grande échelle devant permettre l’utilisation d’électricité produite à partir de sources d’énergie entièrement renouvelables. Au Royaume Uni, Ernst & Young LLP a également conclu sa première entente d’achat d’énergie sans émissions de carbone avec Lightsource bp, le plus important promoteur de centrales solaires d’Europe. La capacité de production annuelle d’électricité associée à ces deux projets s’établit respectivement à 510 Gwh et à 20 Gwh. Il s’agit de presque deux fois plus que la consommation globale d’électricité d’EY à l’E2019 (256 GWh).

  • 4. Recourir à des solutions naturelles et aux technologies de réduction des émissions de carbone afin d’éliminer ou de compenser chaque année plus d’émissions de carbone que nous en produisons

    En décembre 2020, nous nous sommes engagés dans une relation de collaboration avec South Pole, une entreprise à but lucratif et à bénéfice social qui investit dans des solutions naturelles et des technologies permettant d’éliminer et de compenser les émissions.

    Les investissements qu’EY fera par l’intermédiaire de South Pole contribueront à la préservation d’environnements naturels essentiels cadrant avec notre empreinte carbone mondiale, de même qu’à la réalisation de divers projets axés sur des sources d’énergie renouvelables :

      -
    • Le projet de protection de la forêt de Kariba, au Zimbabwe, forêt d’une superficie de plus de–780 000 hectares, dont la préservation permet chaque année d’empêcher l’émission dans l’atmosphère de plus de 3,5 millions de tonnes de dioxyde de carbone
    • Le projet de restauration de la forêt de Guanare, en Uruguay, où un programme de reforestation permet d’améliorer la qualité des sols de prairies dégradées, de même que la biodiversité
     

    Dans le cadre de cette relation de collaboration avec South Pole, nous investissons également dans divers projets de production d’énergie éolienne, solaire et hydroélectrique, dont le projet de la centrale hydroélectrique de la rivière Renun, dans la province de Sumatra du Nord, en Indonésie, et le projet du parc éolien de Koru, en Turquie.

    Par ailleurs, en collaboration avec des clients et des membres de l’écosystème d’EY élargi, nous contribuerons à divers autres projets emblématiques et à fortes retombées positives qui sont axés sur l’élimination et la réduction des émissions de carbone.

  • 5. Fournir aux équipes d’EY les outils dont elles ont besoin pour calculer et réduire le volume d’émissions de carbone associé aux travaux réalisés pour les clients

    Nous reconnaissons produire des émissions de carbone dans le cadre de la réalisation de mandats clients et sommes conscients qu’un bon nombre des clients d’EY souhaitent que nous collaborions afin de réduire celles‑ci. C’est pourquoi nous mettrons à la disposition de toutes les équipes EY divers outils, dont la calculatrice d’émissions de carbone liées aux mandats d’EY, qui leur permettront d’évaluer, puis de réduire, le volume des émissions produites au cours de l’exécution de leurs travaux pour les clients. 

    Ces outils permettront également aux équipes de projet d’EY de communiquer directement aux clients les résultats de leurs efforts de réduction. Les clients d’EY nous ont fait part de leur volonté de collaborer encore davantage aux initiatives visant à réduire notre impact collectif sur la planète et, en produisant des rapports à cet égard, nous aspirons à améliorer collectivement notre performance sur les plans de l’environnement et des affaires.

  • 6. Exiger que 75 % des fournisseurs d’EY (selon les dépenses) aient adopté d’ici l’E2025 des cibles fondées sur la science

    Nous visons à ce que, d’ici l’E2025, les fournisseurs concentrant 75 % des dépenses d’EY aient établi une cible de réduction de leurs émissions de carbone approuvée par la SBTi (Science Based Targets initiative). Nous collaborerons avec tous nos fournisseurs, en leur offrant du soutien dans le cadre de leur processus d’accréditation auprès de la SBTi et de leur programme de décarbonisation des produits et services que nous leur achetons. En collaborant avec nos fournisseurs et en les encourageant à se joindre à nos efforts, nous ferons en sorte d’accroître encore davantage les retombées positives du bilan carbone négatif d’EY.

  • 7. Investir dans les services et les solutions d’EY qui aident les clients à dégager de la valeur en décarbonisant leur entreprise, et leur proposer des solutions adaptées aux autres défis et possibilités liés au développement durable

    C’est en aidant nos clients à mettre en œuvre le programme de décarbonisation de leur entreprise et à créer de la valeur pour toutes leurs parties prenantes – notamment la valeur financière générée pour leurs investisseurs – grâce à l’application de mesures durables, qu’EY peut faire la plus grande différence. Nous allons investir davantage dans les services et les solutions qui permettent à EY de demeurer au rang de leader mondial en matière de développement durable.

    Nous sommes ainsi amenés à accroître considérablement nos investissements dans les capacités de notre équipe des  Services en changements climatiques et développement durable de même que dans celles de nos gammes de services,  Stratégie et transactionsConsultation,  et Fiscalité. De plus en plus, les clients d’EY nous demandent de les aider à dégager de la valeur de leurs initiatives de développement durable, à accélérer la mise en œuvre de leur processus de transition vers un avenir à faibles émissions de carbone, et à tirer parti des défis et possibilités en lien avec les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG).

    EY investira davantage dans plusieurs de ses alliances clés, de façon à aider nos clients à profiter des solutions technologiques de pointe actuellement accessibles. Nous continuons également de participer à diverses activités dans le cadre de nombreuses alliances en matière de développement durable établies avec plusieurs parties prenantes, en contribuant aux travaux du Conseil international des affaires du Forum économique mondial portant sur la définition de paramètres d’évaluation de la performance et la production de rapports en la matière, de même qu’à la création et à la direction du S30, en faisant partie de l’Alliance des dirigeants engagés pour le climat, et en collaborant avec le Pacte mondial des Nations Unies et le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD). 

    Nous continuerons également d’investir dans nos gens, en leur permettant d’acquérir les compétences et les connaissances dont ils ont besoin pour faire figure de leaders dans la lutte contre les changements climatiques à la maison, au travail et dans la prestation d’un service à la clientèle exceptionnel.

    L'année dernière, EY a créé deux programmes de formation comportant des composantes axées sur le développement durable : le  MBA en technologies d’EY et le programme Badges EY. Ce dernier permet aux gens d’EY de bénéficier d’activités d’apprentissage structurées axées sur l’obtention d’une accréditation dans divers domaines de spécialité, dont un badge pour le développement durable et la lutte contre les changements climatiques. Quant au MBA en technologies d’EY, qui est offert par l’intermédiaire de la Hult International Business School, il les aidera à surmonter les défis à venir sur les plans des technologies, du leadership et des affaires. Les participants au MBA façonnent leur propre programme d’études à partir d’un large éventail de sujets, dont les motivations, le bien‑être personnel, la diversité et l’inclusion, et le développement durable.

La transformation d’EY en une organisation affichant un bilan carbone négatif s’accorde avec notre détermination à fournir du soutien à nos clients pour qu’ils en fassent tout autant, de sorte que les retombées positives en découlant s’étendent au delà de notre propre organisation. En nous appuyant sur nos capacités de mobilisation aux fins du partage de nos expériences, nous ferons office de catalyseurs du changement, tout en collaborant avec d’autres organisations dans la recherche de solutions.

Pour innover et accélérer le processus de transition vers un avenir plus durable, il faut forcément recourir à la collaboration. Chaque organisation a un rôle essentiel et positif à jouer, et nous sommes inspirés par les organisations qui agissent déjà en tant que fers de lance de changements durables.
Carmine Di Sibio
Président et chef de la direction mondial, EY

Cette ambition est le reflet de l’évolution des attentes des parties prenantes d’EY, surtout de celles de nos gens. Il s’agit là pour nous d’un moyen parmi d’autres d’atteindre notre objectif de travailler ensemble pour un monde meilleur et de créer de la valeur à long terme, en faisant notre part dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques et des efforts de protection de la planète.

Dans le cadre du processus vers la carboneutralité en 2020, nous avons continué de nous demander ce que nous pouvions faire de plus. La crise de la COVID‑19 a amené EY à réduire ses émissions de carbone liées aux déplacements d’affaires, sans que la capacité de nos équipes de fournir un service à la clientèle exceptionnel soit compromise pour autant. Cela nous amène à entrevoir de nouvelles perspectives quant à ce à quoi pourrait ressembler un avenir à faibles émissions de carbone et à remettre en question la solution facile consistant à renouer avec nos vieilles habitudes lorsque la situation mondiale se redressera.

Nous avons également observé l’émergence d’un élan dans notre entourage, tandis que des entreprises et des pays entiers établissaient des cibles de zéro émission nette. Mais nous savions que nous devions aller encore plus loin afin de générer des retombées positives plus importantes et d’accélérer notre processus de transition vers un avenir à faibles émissions de carbone. Nous voulions nous assurer de procéder de manière à stimuler la performance de l’entreprise, en nous permettant de créer de la valeur et de nouvelles occasions d’affaires à partir d’initiatives de développement durable.

Les 300 000 personnes qui sont au service d’EY dans le monde entier nous ont encouragés à en faire davantage et à viser l’obtention d’un bilan carbone négatif, ce qui constituera pour elles une motivation à s’engager et une source d’inspiration, tout en les incitant à réfléchir davantage à leur impact sur le climat, tandis qu’elles continueront de fournir un service à la clientèle exceptionnel. Pour leur part, les diverses sociétés EY consolideront ainsi leur réputation d’employeurs de choix et pourront plus facilement attirer des talents, lesquels aspirent de plus en plus à entrer au service d’entreprises responsables.

Aucune organisation ne peut y arriver seule. C’est avec fierté que nous suivons la voie tracée par des pionniers du développement durable, qui sont pour nous des sources d’inspiration et de motivation, et que nous collaborons désormais avec des organisations qui ont les mêmes visées que nous, aux fins de la mise en œuvre de ce projet ambitieux.

Nous nous appuierons sur nos capacités de mobilisation afin de favoriser l’adoption des changements requis, en tirant parti de notre engagement à l’égard de diverses organisations et initiatives axées sur l’orientation des politiques et des cadres de réglementation. Cet engagement nous amène à participer aux travaux du S30, du Forum économique mondial (y compris ceux du Conseil international des affaires, qui relève de cette organisation), de la COP26, du Pacte mondial des Nations Unies, du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD) et de la campagne Objectif zéro, entre autres. Grâce à ces relations de collaboration, nous parviendrons à créer la dynamique requise pour progresser vers l’instauration d’un environnement d’affaires à faibles émissions de carbone et axé sur le développement durable, de sorte que nous puissions créer de la valeur pour tout le monde et en assurer la protection.

  • Définitions

    Cible fondée sur la science

    Cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre que fixe une organisation afin de parvenir à réduire ses émissions en fonction des données scientifiques sur le climat et de l’objectif de l’Accord de Paris qui consiste à limiter à 1,5˚C le réchauffement climatique mondial par rapport aux niveaux de température préindustriels.

    Carboneutre

    État d’une organisation qui est parvenue à éliminer et à compenser un volume d’émissions équivalent à son empreinte carbone annuelle.

    Bilan carbone négatif

    Bilan de l’état d’une organisation qui est parvenue à réduire ses émissions en fonction de sa cible fondée sur la science de contribuer à limiter à 1,5˚C le réchauffement climatique mondial, de même qu’à investir dans des solutions naturelles et des technologies de réduction des émissions de carbone permettant d’éliminer ou de compenser chaque année plus d’émissions de carbone qu’elle en produit.

    Zéro émission nette Point auquel en arrive une organisation qui a atteint sa cible fondée sur la science de contribuer à limiter à 1,5˚C le réchauffement climatique mondial et qui a éliminé ses émissions résiduelles de l’atmosphère. 

    Champs d’application relatifs aux émissions

    Les émissions sont réparties en trois catégories définies par le Protocole sur les gaz à effets de serre :

    • Émissions relevant du champ d’application 1 – Toutes les émissions directes d’une organisation qui découlent de ses activités ou d’activités sur lesquelles elle exerce un contrôle
    • Émissions relevant du champ d’application 2 – Les émissions indirectes d’une organisation qui découlent de ses achats et de sa consommation d’électricité
    • Émissions relevant du champ d’application 3– Toutes les autres émissions indirectes d’une organisation qui découlent de ses activités, à l’exception de ses achats et de sa consommation d’électricité

    Dans le cas d’EY, les émissions relevant des champs d’application 1et 2 découlent dans une large mesure de la consommation d’électricité dans les bureaux, tandis que celles qui relèvent du champ d’application 3 découlent des déplacements d’affaires.

Résumé

EY affichera un bilan carbone négatif en 2021 et atteindra sa cible de zéro émission nette à l’E2025. Nous réduirons considérablement nos émissions de carbone, en chiffres absolus, puis éliminerons ou compenserons chaque année plus que nos émissions résiduelles.

Nos nouveaux objectifs de réduction des émissions de carbone, qui s’appuient sur le fait que nous sommes parvenus à la carboneutralité en 2020, nous aideront à créer de la valeur à long terme pour nos parties prenantes.