4 minutes de lecture 18 nov. 2020

            Sondage d’EY auprès des femmes

Façonner l’avenir du monde des affaires au Canada

Sondage auprès des entrepreneures

Avant la crise actuelle, le gouvernement du Canada avait reconnu que les femmes font face à de plus grands défis que les hommes au moment de démarrer une entreprise, de la faire croître et d’accéder à de nouveaux marchés, et il avait fait des investissements considérables pour aider les entrepreneures à réussir. Le progrès se faisait sentir. Mais l’arrivée de la COVID a exacerbé les besoins des entrepreneures.

Les résultats de notre sondage sont clairs, et ils ne sont pas surprenants :

  • Le principal défi auquel font face les entrepreneures à l’ère de la COVID est lié à leur capacité d’attirer des clients. Près de 80 % d’entre elles se concentrent principalement sur le fait d’adapter l’offre de services, de trouver de nouveaux moyens d’entrer en contact avec de possibles acheteurs et de trouver des clients potentiels. Vient ensuite le besoin d’élargir les canaux de distribution, pour un peu plus de 55 % d’entrepreneures.
  • Les entrepreneures s’efforcent également d’améliorer les technologies utilisées (50 %) et d’obtenir du financement (49 %).

Du 20 juillet au 3 août 2020, un sondage mené par le Réseau des Femmes d’affaires du Québec (RFAQ) et EY a été distribué dans des réseaux d’entrepreneures du Canada, en partenariat avec des organisations de soutien aux entrepreneures de partout au pays. Le sondage visait à obtenir des renseignements sur ce dont ces entrepreneures ont besoin pour survivre à la crise, ainsi qu’à soutenir leur contribution continue à la reprise économique. En tout, 484 entrepreneures de partout au Canada ont répondu au sondage.

Les organisations qui ont contribué à la réalisation de ce sondage reconnaissent le potentiel et les besoins des entrepreneures et s’engagent à continuer de travailler ensemble pour renforcer l’écosystème canadien, de sorte que ces besoins soient efficacement comblés. Comme 16 % des entreprises sont détenues par des femmes, les entrepreneures ont manifestement un rôle à jouer pour ce qui est d’établir des liens avec des chercheurs (des centres de connaissances sur les entrepreneures), de grands acheteurs (des programmes de diversité des fournisseurs), la Banque de développement du Canada (BDC) et d’autres fournisseurs de services financiers afin que notre pays puisse connaître une reprise inclusive, durable et axée sur le numérique. Et les entrepreneures s’engagent à jouer ce rôle.

Avec le soutien des réseaux d’entrepreneures et la collaboration des gouvernements et du secteur privé, les entrepreneures joueront un rôle de premier plan dans la reconstruction de notre pays.

Résumé

Avant la crise actuelle, le gouvernement du Canada avait reconnu que les femmes font face à de plus grands défis que les hommes au moment de démarrer une entreprise, de la faire croître et d’accéder à de nouveaux marchés, et il avait fait des investissements considérables pour aider les entrepreneures à réussir. Le progrès se faisait sentir. Mais l’arrivée de la COVID a exacerbé les besoins des entrepreneures.

À propos de cet article

Par EY Canada

Organisation de services professionnels multidisciplinaires