5 minutes de lecture 6 mars 2019
Femme ingénieure en électronique faisant de la soudure

Trois moyens d’accroître la présence des femmes dans l’innovation

Par Shaun Crawford

Vice-président mondial, Secteur d’EY

Concevoir des solutions qui refaçonneront les marchés mondiaux et le secteur grâce à la convergence et à la disruption.

5 minutes de lecture 6 mars 2019

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, nous devons nous assurer que les femmes ont leur juste place dans le monde de l’innovation. Voici comment.

Les immenses progrès technologiques dont nous sommes témoins depuis quelques dizaines d’années ont amélioré de bien des façons le monde qui nous entoure. Nous aurions toutefois tort de penser que nous avons tous bénéficié également de ces améliorations. Des millions de personnes, particulièrement dans les marchés émergents, en ont peu ou pas bénéficié. Même les femmes vivant dans les marchés développés ne retirent pas les mêmes avantages de la révolution technologique que les hommes.

Si nous n’y prenons pas garde, la montée en force de l’intelligence artificielle (IA) ne fera qu’aggraver la situation. On relève déjà l’existence d’algorithmes ciblant des hommes, plutôt que des femmes, avec des annonces d’offres d’emploi pour des postes à salaire élevé. Et à mesure que l’IA se perfectionnera et que son utilisation se répandra, les femmes pourraient découvrir qu’elles sont victimes de discrimination dans toute une gamme de situations diverses, allant de la capacité à contracter un emprunt hypothécaire jusqu’à l’accès aux services de santé. Nous devons nous pencher sur ce problème aujourd’hui pour éviter de programmer des partis pris dans le monde de demain.

En cette ère actuelle de transformation, comment pouvons-nous ainsi nous assurer que les femmes ont leur juste place dans tous les volets de l’entreprise? En théorie, une solution simple consiste à embaucher davantage de femmes informaticiennes, analystes de données et développeuses d’applications. Mais dans les faits, la situation est plus complexe.

Au fil du temps, le secteur technologique a constamment échoué à attirer et à fidéliser des femmes de talent, et sa réputation de secteur à prédominance masculine s’est renforcée plutôt qu’atténuée. Les femmes étant exclues du secteur technologique choisissent alors de poursuivre une carrière dans d’autres secteurs, ce qui ne fait qu’amplifier le problème. Les statistiques ne mentent pas : on dénombre aujourd’hui aux États-Unis une plus faible proportion de femmes occupant des postes d’informaticiennes que dans les années 1980.

Voici trois mesures que nous pouvons prendre, en tant que leaders d’entreprises, pour nous assurer que les femmes ont leur juste place :

1. Créer des programmes et y investir

En cette Journée internationale des femmes, les leaders d’entreprises, et les leaders au sein du gouvernement et du secteur des OBNL devraient se demander quelles solutions à long terme pourraient encourager davantage de femmes à poursuivre une carrière dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM). Nous savons depuis longtemps qu’il faut travailler en collaboration avec les écoles, les universités ainsi qu’avec les fournisseurs de programmes de formation pour employeurs afin de déterminer comment rendre les domaines des STIM plus attrayants pour les filles et les jeunes femmes. Nous devons aussi nous demander comment nous pouvons aider les filles et les femmes à acquérir les aptitudes et l’expérience dont elles ont besoin pour vivre une carrière enrichissante dans les domaines des STIM. Mais n’empêche, il faut quand même davantage de programmes. EY offre divers programmes qui s’adressent aux diplômés et soutient STEM Advantage, un programme à but non lucratif qui a pour mission de préparer et d’encourager les jeunes femmes et les membres des minorités sous-représentées à poursuivre une carrière dans ces domaines au moyen de stages rémunérés, de programmes de mentorat et de bourses d’études.

Encourager davantage de femmes à entreprendre une carrière dans les domaines des STIM afin d’élargir le bassin de talents ne constitue toutefois que la première étape du processus. Nous devons également les aider à poursuivre leur carrière dans ces domaines jusqu’à leur retraite, si elles le souhaitent. Actuellement, les domaines des STIM affichent un taux inquiétant d’abandon de la part des femmes. En fait, selon le Centre for Talent Innovation des États-Unis, les femmes sont deux fois plus susceptibles que les hommes de quitter le secteur technologique. D’autre part, selon une étude australienne menée en 2015, près du tiers des femmes travaillant dans les domaines des STIM prévoyaient quitter leur emploi dans les cinq années suivantes en raison du manque de possibilités d’avancement et de développement professionnel.

Encourager davantage de femmes à entreprendre une carrière dans les domaines des STIM afin d’élargir le bassin de ressources compétentes ne constitue toutefois que la première étape du processus. Nous devons aussi les aider à poursuivre une carrière dans ces domaines.

2. Instaurer la culture organisationnelle requise

Il est clair que les employeurs des domaines des STIM doivent redoubler d’efforts pour s’assurer que les femmes bénéficient des mêmes possibilités que les hommes de progresser dans leur carrière. Pour cela, ils doivent créer une culture favorable dans un milieu de travail où l’on trouve des modèles de cadres supérieurs féminins, et s’assurer que les femmes ont accès à de l’encadrement, à des programmes de mentorat, à des occasions de réseautage, à des horaires de travail flexibles et à des possibilités de promotion. Et, comme l’indique l’étude australienne, les employeurs dans ce domaine doivent trouver des façons d’aider les femmes à concilier carrière et vie personnelle.

3. Favoriser la diversité générationnelle

Le vieillissement de la population est un autre enjeu dont je suis particulièrement conscient en tant qu’administrateur de l’International Longevity Centre. Puisque nous sommes susceptibles de vivre plus longtemps et en meilleure santé que jamais, nous devrons également nous attendre à profiter d’une vie professionnelle active plus longue, plus agréable et plus enrichissante. Pourtant, les femmes dans bien des secteurs, et pas seulement dans les domaines des STIM, se retrouvent de nos jours de plus en plus exclues du milieu de travail lorsqu’elles ont passé l’âge de 45 ans. Cette exclusion représente un gaspillage scandaleux de connaissances, de compétences et de talents. Et ce gaspillage a aussi un coût élevé pour l’économie et la société en général, notamment du fait que les femmes vivent en moyenne plus longtemps que les hommes.

La technologie numérique occupe une place telle dans le monde des affaires et la vie de tous les jours, qu’il faut s’assurer dès maintenant que les femmes y ont leur juste place. Même si cela ne se réalisera pas du jour au lendemain, nous pouvons changer les choses en encourageant davantage les filles à mener des études dans les domaines des STIM, puis à y poursuivre une carrière après l’université. Nous pouvons changer les choses en soutenant les femmes à mesure qu’elles progressent dans leur carrière dans les STIM afin qu’elles parviennent à occuper des postes aux échelons supérieurs. Et nous pouvons changer les choses en prenant les mesures nécessaires pour maintenir en emploi les femmes qui vieillissent, que ce soit dans les domaines des STIM ou en général, plutôt que de les laisser quitter nos organisations et emporter avec elles leurs précieuses expérience et compétences. Ce ne sont pas là des solutions instantanées et elles ne pourront pas fonctionner si on les applique isolément les unes des autres. Mais je crois sincèrement qu’en mettant toutes ces solutions en œuvre de façon concertée, nous atteindrons plus rapidement l’égalité femmes-hommes.

Donc, en cette Journée internationale des femmes, quelles mesures prendrez-vous pour assurer que les femmes ont leur juste place? #SheBelongsPropulsons l’avancement des femmes avec #WomenFastForward.

Résumé

Pour que les femmes aient leur juste en innovation, les organisations doivent investir dans la formation, instaurer la culture organisationnelle requise et promouvoir la diversité.

À propos de cet article

Par Shaun Crawford

Vice-président mondial, Secteur d’EY

Concevoir des solutions qui refaçonneront les marchés mondiaux et le secteur grâce à la convergence et à la disruption.