6 min de temps de lecture 1 juil. 2017
Salariés à l'extérieur d’un avion

Les dix principaux risques de la défense et l’aérospatiale

Ceux qui comprennent le mieux ces écueils potentiels seront les mieux placés pour gagner la course vers une croissance rentable et durable.

Alors que l’économie mondiale connaît des hauts et des bas et que différents pays modifient leurs priorités de défense face au terrorisme et aux bouleversements politiques, l’univers de risque dans l'aérospatiale et la défense (D&A) ne cesse de changer. Au fur et à mesure que les acteurs D&A conçoivent et déploient des stratégies de croissance dans ce contexte commercial, ils doivent adapter leurs plans pour tenir compte des principaux facteurs de risque.

En analysant les rapports annuels des 15 premiers acteurs mondiaux du secteur D&A en termes de revenus, nous avons évalué leurs défis stratégiques les plus importants et avons évalué la gravité de ces risques. Le radar ci-dessous trace les 10 principaux risques des acteurs D&A.

ma infographic

1.    Instabilité de l’environnement géopolitique et économique

La plupart des entreprises du secteur D&A ont une présence mondiale, tant et si bien que leur performance opérationnelle et financière dépend considérablement du contexte géopolitique et économique de leurs principaux marchés.

Les actes terroristes se multiplient, notamment au Moyen-Orient, en Afrique et dans les pays asiatiques. L’instabilité géopolitique du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord conduit à un renforcement de la menace, de l’insécurité et du flou des frontières. En conséquence, les flux migratoires ainsi que les menaces sur les populations et les biens s’accroissent.

Le besoin constant de contrôler et de protéger les frontières conduit à l'augmentation des dépenses de défense et de sécurité intérieure des États, en particulier dans le renseignement, la détection et la surveillance. Cependant, un ralentissement économique sur l’un des marchés clés des acteurs du secteur D&A pourrait résulter en un resserrement du crédit, de faibles liquidités et une extrême volatilité des marchés du crédit, des devises, des changes et des actions.

2.    Gestion de la supply chain

Puisque les équipementiers augmentent leur production pour rattraper leurs retards, les fournisseurs présents aux différents niveaux de la supply chain pourraient être sous pression pour livrer dans les temps tout en préservant la qualité et en maîtrisant les coûts.

Dans certains cas, plutôt que de dépendre de plusieurs fournisseurs, les entreprises dépendent d’un unique fournisseur pour une partie ou un procédé spécifique de la supply chain, ce qui crée un point particulièrement sensible en cas de disruption.

Les équipementiers ont élargi leur présence dans les pays émergents pour tirer profit de l’augmentation de la demande et d’un environnement à faible coût, mais cela va de pair avec des risques supplémentaires d’instabilité politique, de violation du droit de la propriété intellectuelle, de retard de production et de problèmes de qualité.

La supply chain se trouve au cœur de la réussite de chaque entreprise de D&A. Lorsqu'elle fonctionne efficacement et de façon efficiente, elle permet à l'organisation d’atteindre ses objectifs stratégiques et financiers.
Bill Colbert
Partner, Advisory – US, Ernst & Young LLP

3.    Concurrence sur les marchés nationaux et internationaux

Le vaste marché des avions commerciaux est un duopole entre Boeing et Airbus qui se partagent environ 80 % du marché. À moyen terme, les opportunités pour les nouveaux entrants seront probablement limitées, étant donné l’hégémonie et les carnets de commande étoffés du duopole Airbus-Boeing, lequel a efficacement fermé la voie aux nouveaux arrivants.

En parallèle, le secteur assiste à une consolidation des grandes entreprises qui rééquilibrent leurs portefeuilles et fusionnent afin d’augmenter leur potentiel et d’améliorer leur compétitivité.

4.    Gestion et rétention des talents

Cette activité étant très spécialisée, les entreprises dépendent de la continuité des services des membres-clés de l'équipe d’ingénierie et de hauts dirigeants. Elles dépendent également du développement de personnel d’encadrement supplémentaire, et du recrutement de personnes nouvellement qualifiées en ingénierie, fabrication, marketing, gestion et vente des opérations.

En raison du caractère ultra-spécialisé de cette activité, les entreprises doivent embaucher et retenir le personnel compétent et qualifié indispensable à l’exécution des processus critiques. En outre, certains membres du personnel peuvent devoir obtenir une habilitation de sécurité et une formation substantielle pour travailler sur certains programmes ou effectuer certaines tâches.

En sus d'être un reflet de la stratégie d'une entreprise, son portefeuille de recherche et développement est aussi l’un des principaux outils de gestion des risques via la diversification des investissements.
Bart Huthwaite
Partner, Performance Improvement – US, Ernst & Young LLP

5.    Capacité à assurer des contrats stratégiques

Les acteurs du secteur D&A sont généralement impliqués dans des contrats de plusieurs millions de dollars et affichent d’importants retards. Les nouveaux programmes de développement impliquent une conception complexe et de nouvelles technologies, qui, dans de nombreux cas, n’ont pas été testées ou n'ont pas fait leurs preuves. En conséquence, les acteurs D&A peuvent faire face à des défis technologiques et à d'autres obstacles de performance entraînant des retards, des contretemps, des dépassements de coûts et des défaillances de produit.

Dans le cadre d’un contrat à forfait ou au rendement, l’incapacité de tenir les délais de livraison des programmes décisifs ou de respecter les normes techniques et de qualité sans dépassement de budget peut entraîner des conséquences négatives — résiliation de commandes, application de sanctions, pertes de commandes, etc.

6.    Conformité à un large éventail de réglementations et de restrictions

Puisque la clientèle des entreprises D&A comprend des clients gouvernementaux et des agences de défense, elles doivent opérer dans un cadre hautement réglementé. Cela les soumet à une surveillance supplémentaire concernant la corruption et la subornation.

Les acteurs D&A sont également soumis aux risques liés aux changements de normes comptables et de comptabilisation des produits. Par exemple, selon la rubrique 606 de la codification des normes comptables américaine (Accounting Standards Codification), les entreprises du secteur D&A devraient comptabiliser leurs revenus à un moment précis pour les contrats non admissibles à la comptabilisation des produits au fil du temps.

7.    Capacité d’innovation

Certaines des technologies utilisées par les acteurs du secteur D&A dans leurs processus de fabrication et autres processus métiers datent de plusieurs décennies. Les performances futures dépendent de plusieurs facteurs tels que la capacité à :

  • identifier des tendances émergentes de technologie et de nouvelles utilisations pour la technologie existante ;
  • développer, concevoir, fabriquer et commercialiser des offres innovantes à des prix avantageux ;
  • améliorer la conception des produits destinés à l’exportation conformément aux réglementations locales.

8.    Incapacité à tirer parti des fusions et acquisitions et des partenariats

Lors de l’évaluation de nouvelles stratégie et transactions de fusions-acquisitions (M&A), les entreprises doivent prendre des décisions concernant la valeur des opportunités commerciales, des technologies et des autres actifs, et le coût des passifs potentiels. De mauvaises décisions en M&A peuvent entraîner une surévaluation de l’entreprise acquise, l'échec de création des synergies, l’incapacité à retenir les talents et des difficultés financières.

De nombreuses entreprises de la défense doivent former des joint ventures (JV) dans des pays en voie de développement dans le cadre de leurs obligations de compensation. Dans certains contrats, les acteurs mondiaux doivent transférer une partie de leur savoir-faire technologique à leurs partenaires locaux, ce qui comporte des risques de violation de la propriété intellectuelle et des droits d’auteur.

Les pertes totales dues à la cybercriminalité subies par les entreprises de différents secteurs sont estimées à environ 400 milliards de dollars par an.

9.    Exposition aux cybermenaces

Les entreprises du secteur D&A transfèrent d’importants volumes de données qui comprennent la surveillance des données de vol, l’assurance qualité des opérations aériennes et la gestion de la charge entre utilisateurs finaux, le fabricant et le prestataire de services.

Les entreprises impliquées dans la chaîne de valeur de ce secteur échangent régulièrement des données confidentielles sur les caractéristiques, la technologie et les performances des équipements ou des services, dans l'objectif d’améliorer leur collaboration sur la conception, le développement et l’assistance.

Toutes ces données sont précieuses pour les cyberterroristes engagés par des clients malhonnêtes du secteur, qui se servent des données volées pour copier les produits et casser les prix afin de surpasser leurs concurrents.

10.    Variation du prix des devises étrangères et des produits de base

En plus d'affecter les revenus obtenus, les fluctuations monétaires ont un impact sur les créances, les dettes et le rendement des actifs libellés en devises étrangères. De plus, avoir une production dans différents pays accroît les risques.

Etant donné l’énorme pression sur les prix subie par les entreprises, due au pouvoir de négociation élevé des clients et à la nature concurrentielle du secteur, l’augmentation des coûts de production affecte directement la rentabilité des entreprises.

Ce qu'il faut retenir

Ces risques englobent les initiatives stratégiques des entreprises du secteur D&A, leur position financière et leurs opérations mondiales, mais aussi les exigences de conformité des différents marchés dans lesquels elles opèrent. Ce type de risques doit être atténué lorsque vous saisissez des opportunités à l'international.

A propos de cet article