6 min de temps de lecture 1 févr. 2018
Aéroport

Pourquoi la gestion de la supply chain est importante dans la défense et l’aérospatiale

Les entreprises tournées vers l’avenir misent sur l’adoption des technologies numériques, l’intégration verticale et la localisation.

La réussite des entreprises du secteur de la défense et de l’aérospatiale (D&A) repose en grande partie sur la supply chain. Lorsque cette dernière fonctionne correctement et efficacement, elle leur permet d’atteindre leurs objectifs stratégiques et financiers.

Les supply chains sont des écosystèmes incroyablement complexes, regroupant plusieurs niveaux de fournisseurs, des équipementiers, des prestataires de services (maintenance, réparation et entretien) et des clients — dont des compagnies aériennes et des forces armées. De plus, elles sont par nature très dispersées géographiquement et diversifiées.

Les entreprises doivent traiter non seulement avec des fournisseurs et des clients de différentes zones géographiques, mais également avec tout un écosystème de données, émanant de la rupture numérique dans l’industrie.

Si une stratégie efficace de gestion de la supply chain les aide à gagner en efficacité, maîtriser les coûts et limiter les risques, elle leur permet aussi d’offrir de la valeur aux clients.

Stratégies de gestion de la supply chain du secteur D&A

Dans une supply chain complexe, les principaux problèmes peuvent être liés à la longueur des délais d’exécution et à la gestion de la collaboration. Face au nombre de difficultés, les meilleures stratégies adoptées par les entreprises du secteur tournent autour de 3 axes : l’adoption de technologies digitales, l’intégration verticale et la localisation.

1. Adoption de technologies digitales

Si les appareils et capteurs connectés optimisent les opérations de diverses unités fonctionnelles, les plateformes de données communes pour le partage d’informations et l’adoption de la technologie d’impression 3D ont en revanche augmenté l’efficacité globale de la supply chain. Les nouveaux modèles opérationnels induits par le numérique, tels que les centres d’innovation communs et les sites de production flexibles, stimulent encore l’évolution de l’écosystème aérospatial.
 

Un grand fabricant de moteurs d’avion utilise des injecteurs imprimés en 3D pour l’un de ses moteurs de nouvelle génération. Le nombre de pièces nécessaires pour fabriquer ces injecteurs est ainsi passé de 20 à 1, ce qui écourte considérablement la supply chain pour la fabrication de ces composants.

2. Intégration verticale

Les acteurs du secteur D&A adoptent l’intégration verticale pour prendre le contrôle des processus stratégiques de la supply chain. L’intégration verticale les aide en effet à réduire leurs coûts d’exploitation en éliminant les marges des fournisseurs. Elle leur donne en outre l’agilité nécessaire pour réagir rapidement aux changements de caractéristiques des produits et à l’évolution de la demande, ce qui en limite l’impact en termes de coût et de temps.

Un important constructeur d’avions commerciaux a adopté cette stratégie en établissant une nouvelle unité avionique et électronique pour internaliser les technologies clés et réduire les coûts. L’entreprise entend en outre poursuivre une intégration plus verticale de la construction d’avions en renforçant ses capacités dans les matériaux de pointe, les systèmes de propulsion et les actionneurs.

3. Introduction des acteurs locaux dans le réseau d’approvisionnement mondial

L’une des principales explications de ce type d’association est l’obligation de compensation imposée aux entreprises étrangères qui vendent de l’équipement à certains États, en particulier les pays émergents. Autre motivation : la rentabilité, stimulée par les fournisseurs des pays à faible coût de production, dont les capacités technologiques sont modérées.

Un grand équipementier américain a choisi un conglomérat indien comme fournisseur exclusif pour le fuselage d’un programme d’hélicoptère de combat. Le fournisseur a implanté dans son pays un site de fabrication exclusivement destiné à la production mondiale de fuselages pour ce programme.

Autres stratégies importantes :

     
  • Partenariats de partage des risques. Les grandes entreprises s’engagent dans des accords de collaboration prévoyant l’exécution du développement et de la production dans le cadre d’une charte de partage des risques et des revenus entre les équipementiers et leurs fournisseurs. De tels accords ne se limitent pas aux étapes de production et de fabrication, mais incluent également les activités de marché secondaire.

  •  
  • Surveillance de la sécurité du réseau des fournisseurs. Dans la mesure où chaque maillon de la supply chain D&A est vulnérable aux cyberattaques, les leaders du secteur doivent non seulement s’efforcer de créer un solide cadre de cybersécurité pour leurs propres systèmes et réseaux, mais aussi veiller à la protection de leurs principaux fournisseurs.

  •  
  • Supply chain partagée sur des plateformes communes. Cette tactique permet aux entreprises du secteur D&A de tirer le meilleur parti possible de leur réseau de fournisseurs existant et de maîtriser les coûts. Les entreprises diversifiées bénéficient en outre d’une supply chain commune sur des plateformes similaires, avec des applications propres à différents secteurs. Les équipementiers utilisent des programmes de gestion de la supply chain basés sur le cloud, avec la liste de tous les fournisseurs auxquels ils peuvent s’adresser pour des produits et matériaux courants.

  •  
  • Création d’un réseau de fournisseurs de remplacement grâce à la diversification des sources d’approvisionnement. Dans le cadre de ces accords, les entreprises signent des contrats avec plusieurs fournisseurs pour l’approvisionnement d’un même matériau ou équipement ou d’une pièce précise. Par exemple, les équipementiers proposent plusieurs options de moteurs, en particulier pour les avions commerciaux, principalement pour atténuer les risques liés à la supply chain. La diversification des sources d’approvisionnement réduit considérablement le risque de rupture d’approvisionnement.

  •  
  • Planification des ventes et des opérations et évaluation de l’état de préparation de la fabrication. Les entreprises doivent permettre à leurs unités opérationnelles de prendre plus rapidement des décisions en toute connaissance de cause grâce à une solution unifiée de modélisation des données qui intègre la demande, l’offre et les données financières à plusieurs niveaux de précision et de dimensions. Il est impératif pour les entreprises de proposer un processus de planification intégré sur différents marchés aux processus et à l’architecture informatique hétérogènes.
  •  
 

L’avenir

Demain, le secteur D&A sera probablement dirigé par des clients avisés. Alors que les clients sont de mieux en mieux informés en matière de technologie, les entreprises doivent viser plus loin que les produits et offres de services traditionnels.

La disponibilité de données en vol, d’informations météorologiques en temps réel et d’informations sur le champ de bataille permettra aux acteurs de ce secteur d’offrir une large gamme de services à la demande et à valeur ajoutée aux clients commerciaux et gouvernementaux.

Les usines intelligentes des futures entreprises D&A s’appuieront sur la logistique et l’approvisionnement intelligents et la détection de la demande numérisée. Au niveau de l’atelier numérique, les technologies digitales telles que les objets connectés, l’impression 3D, l’intelligence artificielle, les capteurs et la robotique occuperont une place centrale.

En revanche, la main-d’œuvre du futur aura non seulement besoin de trouver un équilibre entre capacités techniques et connaissances en ingénierie, mais devra également étoffer constamment ses compétences afin d’exceller à l’ère de l’évolution technologique permanente. La numérisation s’inscrira également au cœur des programmes d’innovation et de développement, conduisant à des produits et services intelligents pour soutenir les conflits armés de demain.

Les entreprises intelligentes du secteur D&A s’appuieront sur les fournisseurs du futur, équipés de plateformes de partage d’informations en temps réel afin d’assurer un approvisionnement ininterrompu des pièces stratégiques, immédiat et avec un minimum de gaspillage.

Au-delà des simples liens acheteur-vendeur, la relation entre les équipementiers et leurs fournisseurs formera une sorte d’« entreprise intégrée », donnant naissance à de nouveaux modèles commerciaux de partage des risques et des revenus.

Ce qu'il faut retenir

Si une stratégie efficace de gestion de la supply chain les aide à gagner en efficacité, maîtriser les coûts et limiter les risques, elle leur permet aussi d’offrir de la valeur aux clients.

A propos de cet article