Comment de nouvelles technologies et compétences peuvent-elles aider à rétablir la confiance dans les entreprises ?

4 min de temps de lecture 18 févr. 2019

L’enquête EY sur le reporting corporate menée en 2018 propose aux dirigeants de se concentrer sur trois chantiers clés.

À l’heure actuelle, les organisations se doivent d’expliquer comment elles créent de la valeur à long terme.. Dans sa cinquième enquête annuelle mondiale sur le reporting d’entreprise, EY étudie trois domaines sur lesquels les dirigeants financiers peuvent se concentrer pour y parvenir et contribuer ainsi à rétablir la confiance entre les entreprises et leurs parties prenantes.

1. Remettre en cause le système de reporting d’entreprise

Seuls 58 % des dirigeants financiers interrogés estiment que le grand public fait confiance aux entreprises. Trop souvent, les rapports annuels n’indiquent pas la mesure dans laquelle les actifs incorporels, comme la culture d’entreprise, déterminent les performances. . Pourtant, 72 % des personnes interrogées s’accordent à dire que les investisseurs utilisent de plus en plus d’informations extra-financières dans leurs prises de décision.

Les équipes financières devraient donc :

     
  • se concentrer sur la prise en compte et l’explication de leurs performances de manière plus claire et cohérente ;
  • gérer les informations extra-financières avec la même rigueur et la même assurance que les informations financières.
 

2. Tirer parti des technologies intelligentes

— Les organisations n’ont jamais eu accès à autant de données, mais elles peuvent être submergées par leur volume et leur diversité. Notre enquête montre que 49 % des dirigeants financiers ont déclaré consacrer plus de temps à la collecte et au traitement de données qu’à leur analyse.

Les équipes financières devraient donc :

     
  • exploiter les avancées en matière d’automatisation, d’intelligence artificielle et de blockchain ;
  • faire confiance à l’analyse des données.
 

3. Transformer les effectifs financiers

Pour exploiter la quantité considérable de données disponibles, les équipes financières ont besoin de compétences et de profils de talents différents. Une large majorité (79 %) des directeurs financiers interrogés déclarent qu’il existe un besoin urgent de recruter de nouvelles compétences financières.

Cependant, de nombreuses organisations ne savent pas quelles sont ces compétences, ni où les trouver. La résistance au changement peut également entraver les progrès. Soixante-trois pour cent des personnes interrogées affirment, en effet, que la résistance et les barrières culturelles au sein des équipes financières constituent des obstacles à l’innovation numérique.

Les équipes financières devraient donc :

     
  • faire preuve de créativité concernant les collaborateurs et les profils requis ;
  • adopter une approche plus innovante en matière d’embauche, de développement des talents et de gestion des effectifs.
 

Les opinions exprimées par des tiers dans le présent article ne reflètent pas nécessairement celles de l’organisation mondiale EY ou de ses entreprises membres. Elles doivent, en outre, être interprétées en tenant compte de la période où elles ont été formulées.

Ce qu'il faut retenir

Les conclusions de la dernière enquête d’EY sur le reporting corporate suggèrent que les dirigeants doivent exploiter le potentiel des nouvelles technologies et recruter de nouveaux talents possédant les compétences nécessaires pour les utiliser, s’ils souhaitent restaurer la confiance de la part de leurs parties prenantes. Celle-ci passe notamment par une meilleure communication sur la façon dont elles créent de la valeur à long terme.