6 min de temps de lecture 30 avr. 2021
2020, une année noire pour l’industrie automobile

2020, une année noire pour l’industrie automobile

Par Aymeric de La Morandière

Associé, Audit, Industrie, Automobile, Transports , Responsable du programme Alumni, France

Aymeric accompagne des groupes internationaux en audit ou en conseil financier depuis plus de 25 ans. En dehors de son activité, il n’hésite pas à partager son attachement pour les vins de Bourgogne.

6 min de temps de lecture 30 avr. 2021

Marqués par la crise sanitaire, les résultats financiers 2020 des principaux constructeurs automobiles sont au plus bas depuis 10 ans. 

En résumé
  • Les ventes des 17 plus grandes entreprises automobiles du monde ont baissé de 13 % en 2020, les bénéfices de 37 %
  • Le marché des ventes en Chine continue de gagner en importance
  • Les dépenses de recherche et développement n'ont été réduites que de 7 %

Les résultats d’exploitation des 17 principaux constructeurs mondiaux ont atteint leur niveau le plus bas depuis 10 ans, en raison de la crise sanitaire mondiale. Leurs chiffres d’affaires et leurs volumes sont en recul respectivement de 13 % et 16 %. La chute du résultat d’exploitation est encore plus marquée, en baisse de 37 %. La rentabilité des principaux constructeurs automobile, mesurée par rapport au résultat d’exploitation en % du chiffre d’affaires a baissé de 1,4 % par rapport à l’année dernière pour s’établir à 3,6 %. Cependant, la situation des principaux constructeurs est hétérogène notamment du fait d’un mix géographique et un positionnement différencié.

Un recul du chiffre d’affaires le plus important depuis 10 ans

Le chiffre d’affaires cumulé des principaux constructeurs en 2020 est en baisse de 13 % par rapport à l’année précédente, soit environ 227 milliards d’euros, et est revenu au niveau de 2014.

Sur l’année, les volumes de ventes et le chiffre d’affaires des 17 plus grands constructeurs automobiles mondiaux portent nettement les stigmates de la crise sanitaire mondiale puisqu’ils ont baissé respectivement de 13 % et 16 %, conduisant à des volumes de 63 millions de véhicules et 1 485 milliards d’euros. Ce recul du chiffre d’affaires est le plus important des 10 dernières années : à l’exception de 2016, chaque année a vu une progression du chiffre d’affaires, 2019 compris.

Chiffre d’affaires cumulé des principaux constructeurs

227 Mds€

en 2020, soit -13% vs 2019

Avec 36 millions de véhicules vendus (+ 38% par rapport au premier semestre 2020), le second semestre 2020 a permis de compenser une partie de la baisse du volume des ventes à fin juin, qui avait enregistré 26 millions de véhicules vendus.

Avec une baisse de leur chiffre d’affaires de seulement 10 % en 2020, les constructeurs automobiles allemands ont fait mieux que leurs concurrents américains (- 14 %), japonais (- 17 %) et français (- 20 %). En volume la baisse est plus marquée mais leur avantage se maintient : - 14 % pour les constructeurs allemands, - 16 % pour les constructeurs américains et japonais, - 24 % pour les constructeurs français.

Nous sommes au début d'un cycle qui changera fondamentalement l'aspect et la nature de l'industrie automobile, et qui nécessitera des investissements massifs.

Aymeric de la Morandière

Associé, Audit, Industrie, Automobile, Transports , Responsable du programme Alumni, France

 

En 2020, Toyota, avec 9,5 millions de voitures, a vendu le plus grand nombre de véhicules dans le monde. Volkswagen (avec 9,0 millions de véhicules) et General Motors (avec 6,8 millions de véhicules) se classent deuxième et troisième. Avec environ 500 milliers d’unités, c’est Tesla qui a vendu le moins de voitures en 2020. En revanche, ce dernier a été le seul constructeur analysé à connaître en 2020 une augmentation de ses ventes, de l’ordre de 36 %.

Un recul très marqué en Europe de l’Ouest, mais modéré en Chine

C’est en Europe de l’Ouest que les ventes totales des constructeurs analysés ont connu la plus forte baisse en 2020 soit 25 % de moins par rapport à l’année précédente, suivis par les États-Unis, avec 14 % de voitures vendues en moins par rapport à 2019. En Chine, avec 4 %, le recul des ventes totales des constructeurs a été modéré. A noter que les constructeurs analysés y ont vendu pratiquement 5 millions de voitures, soit 49 % de plus que sur le marché d’Europe de l’Ouest.

Les trois premiers constructeurs par marché sont les suivants :

  1. Sur le marché chinois, Volkswagen a enregistré le plus grand nombre de ventes de véhicules, suivi par General Motors. Les deux constructeurs ont néanmoins vu baisser leurs ventes sur ce marché. En revanche Toyota, qui se classe 3e sur ce marché, a vu son volume de ventes augmenter de 11 %.
  2. Sur le marché américain, General Motors domine le volume de ventes. Toyota et Ford se classent en deuxième et en troisième positions. À l’exception de Mazda et de Tesla, tous les constructeurs ont enregistré des ventes en recul par rapport à l’année précédente sur ce marché.
  3. Sur le marché de l’Europe de l’Ouest, Volkswagen occupe toujours la première place du nombre de ventes. Comme l’année précédente, les deux constructeurs français Peugeot/PSA et Renault occupent toujours les deuxième et troisième places du classement.

Une baisse historique du résultat d’exploitation

En 2020, le résultat d’exploitation des 17 principaux constructeurs automobiles a connu une baisse historique depuis les dix dernières années, avec un recul de 1,4 % par rapport à l’année précédente, soit un résultat de seulement 3,6 % du chiffre d’affaires.

Baisse du résultat d’exploitation

-37%

en 2020, soit 31,2 milliards d’euros

Le résultat d’exploitation des principaux constructeurs automobiles a reculé plus fortement que le chiffre d’affaires par rapport à l’année précédente : au total, ce résultat a été en baisse de pratiquement 37 %, soit environ 31,2 milliards d’euros, et se monte à environ 53,6 milliards d’euros.

Seuls quatre constructeurs ont augmenté leur résultat d’exploitation en 2020 (Daimler, General Motors, Kia et Tesla). Les plus fortes baisses concernent Mitsubishi, Nissan et Renault.

Les constructeurs automobiles allemands ont obtenu des résultats moins négatifs que les autres grands pays constructeurs, avec un total de - 26 %. Les constructeurs américains, quant à eux, ont enregistré une baisse de 31 %, tandis que pour les entreprises japonaises, la baisse est de 41 %, et que pour les constructeurs français, elle atteint 84 %.

D’importants investissements en R&D

De 2016 à 2019, les dépenses cumulées en recherche et développement (R&D) des 17 principaux constructeurs automobiles ont constamment crû pour atteindre environ 65,7 milliards d’euros en 2019. En 2020, ces dépenses ont baissé d’environ 4,5 milliards d’euros, pour une valeur restant en deçà de celle de 2017.

Les trois premiers constructeurs qui ont engagé des dépenses de recherche et développement les importants sont Volkswagen avec un montant de 12 milliards d’euros) suivi par Toyota avec un montant d’environ 8,8 milliards d’euros et Ford pour un montant de 6 milliards d’euros.

Exceptés Tesla (+ 11 %) et Hyundai (+s 4 %), les principaux constructeurs automobiles analysés ont réduit leurs dépenses en recherche et développement au cours de l’année civile écoulée.

Le plus important taux de R&D rapporté au chiffre d’affaires en 2020 a été réalisé par Renault, BMW, Ford et Honda ; le plus bas taux de R&D a été réalisé par les deux constructeurs sud-coréens, Hyundai et Kia.

De nombreux défis à l’horizon pour l’industrie automobile

Les constructeurs ont connu une rupture d’activité sans équivalent en raison de la pandémie qui les a obligés à adapter le mieux possible leur structure de production et de coûts dans un temps très court. Les impacts sur les résultats sont massifs et malheureusement inéluctables dans un secteur avec une majorité de coûts fixes.

Même si la pandémie devrait progressivement se résorber dans les mois à venir grâce à la campagne de vaccination, la pression sur le secteur va continuer à s’accroître pour plusieurs raisons :

  • la pénurie de composants électronique impactera la reprise de l’activité dans les mois à venir. Le secteur n’avait pas vraiment besoin de cette nouvelle crise qui va amener les constructeurs à repenser leur stratégie d’approvisionnements sur ces composants ;
  • la montée en puissance de l’électromobilité, la mise en conformité avec des nouvelles normes encore plus strictes, le développement du véhicule connecté ou de nouvelles solutions comme l’hydrogène nécessiteront des investissements significatifs.

Les défis sont donc nombreux. Cependant, le secteur montre une capacité remarquable à s’adapter dans cet environnement aussi volatile, et comportant des changements profonds de modèle.

 Nous sommes au début d'un cycle qui changera fondamentalement l'aspect et la nature de l'industrie automobile. Elle nécessitera des investissements massifs et donc des liquidités suffisantes pour les réaliser. La structure financière des bilans des constructeurs risque donc d’être soumise à rude épreuve.

Ce qu'il faut retenir

L'année dernière, la pandémie a entraîné un effondrement massif des ventes et des bénéfices dans l'industrie automobile mondiale. La forte baisse des bénéfices dans l'industrie automobile a entraîné une chute brutale de la rentabilité. Cependant, le marché chinois a joué un rôle important car les ventes en Chine continuent de gagner en importance. Malgré ce contexte où les compteurs sont dans le rouge, les investissements en recherche et développement ont peu diminué. Les nouveaux défis, notamment en matière d’innovation, vont dessiner un nouveau paysage dans l’industrie automobile pour laquelle une bonne situation financière sera une condition préalable essentielle au succès. 

A propos de cet article

Par Aymeric de La Morandière

Associé, Audit, Industrie, Automobile, Transports , Responsable du programme Alumni, France

Aymeric accompagne des groupes internationaux en audit ou en conseil financier depuis plus de 25 ans. En dehors de son activité, il n’hésite pas à partager son attachement pour les vins de Bourgogne.