3 min de temps de lecture 15 juin 2018
woman running park stepping stones

Les 5 méthodes utilisées par les banques pour mieux contrôler les taux de change

Par Luc Valverde

Associé, Financial Services, Audit, Banking and Capital Markets, France

Une très grande expérience du secteur bancaire au service de nos clients et de nos équipes.

3 min de temps de lecture 15 juin 2018

Dans cet article, nous vous exposons quelques étapes clés que devraient suivre les banques d’investissement désireuses de restaurer la confiance de leurs clients et des organismes de réglementation après la dernière crise financière.

Depuis la crise financière de 2007 et malgré des conditions économiques et de marché difficiles, les banques d’investissement ont beaucoup investi dans l’amélioration de leur environnement de contrôle. Les secousses du marché liées au scandale des taux de changes et à l’enquête qui en a résulté, déclenchant une avalanche d’amendes, d’actions en justice et de poursuites, ont été un véritable catalyseur de ces changements majeurs.

Jusqu’à présent, les banques d’investissement ont apporté des modifications importantes dans quatre domaines :

  • modification des approches de contrôle des nouveaux types de risques (par exemple, conflits d’intérêts) ;
  • clarification et définition de nouvelles attentes liées à la culture et à la conduite ;
  • politiques et procédures adaptées à la nouvelle réglementation et aux attentes des clients ;
  • modèles économiques et environnements de contrôle simplifiés grâce à une plus grande automatisation des échanges.

Ces trois dernières années, sous l’impulsion principale des organismes de réglementation, les banques d’investissement ont considérablement amélioré leur environnement de ventes de devises et de contrôle des échanges, en se concentrant sur la mise en œuvre de « solutions de facilité » pour montrer des progrès rapides. Les banques d’investissement ont considérablement affiné leurs politiques, procédures et directives dans les cinq domaines suivants :

  • analyses comparatives ;
  • ordres et tarification ;
  • options de barrière de change ;
  • communications ;
  • gestion de comptes personnels.

Ces modifications ont eu une incidence sur l’activité de change, avec notamment une hausse significative des contrôles et du coût de réalisation des opérations, et la formalisation des contrôles et de la gestion du risque.

La pression exercée par les clients a également énormément contribué au changement.

Pour répondre à la demande des clients, les banques d’investissement se sont concentrées sur l’amélioration de leurs offres de services :

  • Plus de 60 % ont amélioré leur offre de commerce électronique pour permettre l’exécution complète et précise des stratégie et transactions, dont voici quelques exemples :
    • automatisation de l’exécution des ordres de fixation ou non de tarifs (75 %) ;
    • investissement dans de nouveaux agrégateurs et algorithmes innovants (57 %) ;
    • offre de capacités d’exécution au niveau des agences (18 %).

La demande croissante de la part des clients de services de commerce électronique et d’exécution par les agences entraîne un pouvoir discrétionnaire limité pour les traders et une intervention manuelle, voire l’absence totale d’intervention, et réduit ainsi les erreurs humaines et les conflits d’intérêts.

  • Plus de la moitié des banques d’investissement s’efforcent actuellement de renforcer leur transparence grâce aux activités suivantes : 
    • divulgations d’informations améliorées aux clients dans des domaines tels que la pré-couverture, la détermination des éléments tarifaires (par exemple, les frais d’exécution des stratégie et transactions, la valeur ajoutée, la majoration et la démarque) et le mode de traitement des ordres des clients ; 
    • transfert de l’activité de commerce vers des plateformes de commerce électronique.

Les banques d’investissement devraient désormais se concentrer sur cinq domaines clés de transformation :

  • formalisation des progrès en adoptant explicitement le nouveau « FX Global Code » ;
  • gain d’efficacité en mettant en place de nouvelles approches de contrôle et de gestion du risque ;
  • responsabilisation du front office et suppression des doubles emplois inutiles dans les trois lignes de défense ;
  • mise en œuvre de la nouvelle approche à l’échelle mondiale dans toutes les unités commerciales et extension des principes aux différentes classes d’actifs (au-delà du taux de change) ;
  • exploitation systématique des informations pour améliorer la détection des situations et comportements anormaux.

Si ces modifications spécifiques de l’environnement de contrôle sont cruciales pour les banques d’investissement dans leur quête de restauration de la confiance des clients et des organismes de réglementation, ces dernières doivent néanmoins encore faire des choix difficiles dans plusieurs domaines :

  • changer radicalement les trois lignes de défense pour rendre l’environnement de contrôle plus efficace ;
  • réduire le coût global des contrôles de 50 % tout en améliorant leur efficacité ;
  • augmenter les contrôles préventifs à 50 % de tous les contrôles.

Ce qu'il faut retenir

Ces changements sont le seul moyen de restaurer pleinement la confiance des clients et des parties prenantes, mais aussi de gagner de nouvelles parts de marché.

A propos de cet article

Par Luc Valverde

Associé, Financial Services, Audit, Banking and Capital Markets, France

Une très grande expérience du secteur bancaire au service de nos clients et de nos équipes.