3 min de temps de lecture 1 oct. 2020
Le mécénat, un outil stratégique pour l’avenir des organisations et de la société

Le mécénat, un outil stratégique pour l’avenir des organisations et de la société

Par

Joël Fusil

Directeur Associé , Audit, Economie Sociale et Solidaire, Western Europe & Maghreb, France

Responsable national du Département Economie Sociale et Solidaire d’EY. Investi auprès des acteurs qui agissent au quotidien pour l’intérêt général.

3 min de temps de lecture 1 oct. 2020
Thématiques associées Economie Sociale et Solidaire

Les entreprises pour la Cité et EY sont heureux de vous présenter la 4e édition conjointe du Panorama des fondations et fonds de dotation créés par des entreprises mécènes. Découvrez l’édito de Joël Fusil.

C’est sans crier gare que ces derniers mois nous ont fait entrer dans un tout autre monde ou peut-être un autre temps.

Comme vous tous, nous avons été saisis par l’ampleur de la vague. Notre enquête, menée à l’aube du confinement, donne à voir une réalité qui certes perdure aujourd’hui, mais qui reste suspendue aux conséquences d’une crise dont nul ne peut encore prévoir l’issue avec certitude.

Ce que nous pouvons cependant observer à ce stade, c’est qu’elle agit comme un révélateur de tendances qui traversaient notre société depuis plusieurs années : un impératif de proximité et de mieux vivre pour les moins favorisés, comme l’a montré la crise des gilets jaunes, pour réduire l’écart qui ne cesse de se creuser entre les villes et les campagnes, une volonté de vivre et de travailler autrement, de vivre ailleurs, la nécessité de réduire notre empreinte dans un temps où les conséquences du réchauffement climatique se font sentir d’une façon plus aiguë.

Nous vivons aussi une autre rupture, celle du regard que la société porte sur les entreprises. Avec leurs chaînes de valeur étendues, parfois sur toute la surface du globe, les emplois, biens et services qu’elles fournissent à la société civile, elles sont de plus en plus vues comme des acteurs capables et contraints de faire bouger les lignes, de réellement changer notre quotidien.

La promulgation de la Loi Pacte et la réflexion qui l’a précédée avec le rapport Senard/Notat, reflète cette attente grandissante des citoyens. De leur côté, les entreprises ont déjà commencé à se saisir des possibilités offertes par la loi, en se fixant pour certaines une raison d’être, voire en décidant d’évoluer vers un statut d’entreprise à mission.

Cette évolution pose la question de la place qu’occuperont les structures philanthropiques aux côtés de leurs entreprises fondatrices dans le futur : leur rôle va-t-il se renforcer ? Les objectifs des deux structures vont-ils converger ? Ou rester au contraire farouchement indépendants ?

Il y a une quinzaine d’années, il n’était pas rare qu’une fondation ou un fonds de dotation soit créé à l’initiative d’un dirigeant soucieux de s’investir dans une cause d’intérêt général, cette création résultait ainsi d’un engagement avant tout personnel et volontairement éloigné du cœur d’activité de la société fondatrice.

Avec la pression sociétale qui s’exerce désormais sur les entreprises et la volonté de changement en interne, le mécénat est en train de devenir stratégique. Stratégique pour l’avenir de ces organisations et stratégique… pour la société ?

La création d’une direction de l’engagement dans de nombreuses entreprises en témoigne : les lignes ont déjà commencé à se déplacer ouvrant de nouvelles perspectives d’impact, mais aussi un questionnement sur le fil, pour distinguer ce qui relève de l’intérêt général et ce qui relève de l’intérêt de l’entreprise.

Nous pouvons penser que les prochaines années verront de plus en plus de structures philanthropiques s’aligner avec la raison d’être de leur entreprise dans l’objectif louable et dans le respect des contraintes propres à l’intérêt général, de démultiplier l’impact des actions menées.

Une évolution du secteur, passionnante, qui, encore une fois, ne va pas sans poser de nombreuses questions et qui nous mène au cœur de la réflexion sur ce que nous désirons construire, en tant que société.

Ce qu'il faut retenir

Avec la pression sociétale qui s’exerce désormais sur les entreprises et la volonté de changement en interne, le mécénat est en train de devenir stratégique. Les prochaines années verront de plus en plus de structures philanthropiques s’aligner avec la raison d’être de leur entreprise dans l’objectif louable et dans le respect des contraintes propres à l’intérêt général, de démultiplier l’impact des actions menées.

A propos de cet article

Par

Joël Fusil

Directeur Associé , Audit, Economie Sociale et Solidaire, Western Europe & Maghreb, France

Responsable national du Département Economie Sociale et Solidaire d’EY. Investi auprès des acteurs qui agissent au quotidien pour l’intérêt général.