5 min de temps de lecture 10 mars 2022
La politique énergétique : un pivot crucial du prochain quinquennat

La politique énergétique : un pivot crucial du prochain quinquennat

Auteurs
Jérémie Haddad

Associé, Consulting, Customer, Power & Utilities Leader, France

Passionné par la transformation du monde, par la technologie et par le progrès humain. « #Entrepreneur #Energie #Digital ». Magicien à ses heures.

Bruno Bousquié

Associé, EY-Parthenon, Global Energy Leader, Stratégie et Transactions Leader, France

Définir une stratégie, c’est 80 % de faits et chiffres et 20 % d’humain. Réussir sa mise en œuvre, c’est 80 % d’humain, 20 % de faits et chiffres et une belle dose de technologie. Un défi passionnant.

5 min de temps de lecture 10 mars 2022

L'énergie au coeur de tous les débats

En résumé :

  • La fourniture d'une énergie décarbonée, fiable et souveraine est au coeur du développement économique et social de la France
  • Le nucléaire est-il une opportunité pour la France à court, moyen et long terme ?
  • Ces enjeux ont une dimension sociale, géopolitique et écologique, nous suggérons 3 angles d'analyse : la demande, l’offre et le prix

Lors du débat présidentiel télévisé de 2007, aucun des deux candidats du second tour n’était capable de dire quelle part occupait l’énergie nucléaire au sein de la production française globale d’électricité. Quinze ans plus tard, aucun candidat du premier tour des élections présidentielles 2022 n’ignore cette donnée.

Pourquoi ce changement ? Pour trois raisons essentielles.

La première, c’est que le prix de l’énergie revêt une dimension éminemment sociale. Fin 2021, les prix du gaz et de l’électricité se sont envolés (600€ du MWh en pic pour l’électricité en décembre 2021), avec un impact réel sur les ménages, donc les électeurs, et sur les industriels.

La deuxième c’est que la question énergétique est étroitement liée à des problématiques géopolitiques qui poussent les pays européens à se reposer la question de leur souveraineté énergétique, cinquante ans après le premier choc pétrolier.

La troisième raison est la plus importante : il n’y aura pas de transition écologique sans transition énergétique. La décarbonation de l’énergie est en effet au cœur des enjeux de la lutte contre le réchauffement climatique.

Protéger le pouvoir d’achat des citoyens, assurer la souveraineté énergétique de la France et être à la hauteur de l’enjeu climatique : autant d’enjeux présidentiels, dans lesquels les politiques énergétiques jouent un rôle central.

Comment doivent-elles évoluer pour répondre à ces enjeux ?  Par souci de clarté et de pédagogie, repartons des trois fondamentaux de l’économie : l’offre, la demande et le prix.

1.       Une diminution de la demande en énergie est nécessaire

Pour décarboner l’économie, des effort significatifs en matière de réduction de la consommation d’énergie fossile sont attendus.

Les principales initiatives porteront sur les dépenses énergétiques les plus importantes : le chauffage (un plan ambitieux de rénovation thermique est toujours attendu), la mobilité et l’évolution de certains processus industriels vers une électrification décarbonée.

Des solutions technologiques permettant de réduire la consommation pourraient devenir rentables et participer à la maîtrise de la demande énergétique.

2.       Conserver un mix électrique décarboné

Parallèlement, la part d’électricité dans la consommation devra augmenter. Le récent rapport de RTE (Réseau de Transport d’Electricité) est clair : de 25% en 2022, l’électricité doit passer à 55% de l’énergie consommée en 2050.

Tout l’enjeu de la France est donc d’accompagner cette hausse de demande en électricité et garantir la qualité de sa fourniture dans la durée.

Or l’Europe n’est plus en situation de surcapacité de production : de nombreuses centrales à charbon vont fermer, tout comme les centrales nucléaires allemandes et belges, qui contribuaient largement à l’équilibre du réseau au niveau européen.

Par ailleurs, les risques avérés qui pèsent désormais sur l’approvisionnement de l’Europe en gaz russe à la suite de l’invasion de l’Ukraine, rendent encore plus prégnante l’atteinte d’une souveraineté énergétique aux bornes de l’Europe.

Cette situation, peu anticipée, doit conduire à court, moyen et long terme à :

  • l’accélération du développement des énergies renouvelables, en privilégiant celles qui disposent du meilleur facteur de charge et d’une moindre intermittence (éolien off-shore),
  • la prolongation des centrales nucléaires existantes au-delà de 50 ans de fonctionnement,
  • le lancement de la construction de nouvelles centrales EPR, voire de SMR (petits réacteurs modulaires),
  • le maintien de l’effort de recherche sur le réacteur du futur.

3.       Le nouvel enjeu des politiques : réguler les prix de l’électricité

La hausse récente des prix de l’électricité nous a fait entrer dans un nouveau monde, probablement parti pour durer. En effet, le prix de l’électricité dépend du coût de la dernière centrale appelée sur le réseau, qui sera souvent une centrale à gaz. Le gaz : énergie de substitution préférée au niveau mondial pour remplacer le charbon et pallier l’intermittence des renouvelables car moins émettrice de CO2. La demande de gaz va donc s’intensifier, et maintenir les prix à un niveau élevé, sans compter les incertitudes liées à la guerre actuelle en Ukraine et les pressions géopolitiques imposées par la Russie.

Cette hausse a un impact direct sur les ménages, mais aussi sur les industries dont le modèle économique est extrêmement sensible aux soubresauts des prix de l’électricité.

Une politique énergétique de qualité devra donc anticiper les conséquences de cette hausse :

Comment réguler les prix de l’électricité pour qu’ils soient davantage dépendants des coûts réels de production et d’investissement ? Comment éviter une forte volatilité des prix aux industriels ? Et comment protéger les ménages les plus fragiles ?

Une réflexion politique de fond au niveau européen est donc indispensable : elle obligera à être créatif et à remettre en question des évidences autrefois admises, comme l’interdiction des aides d’État ou l’application rigoureuse des règles de concurrence au secteur de l’électricité. 

Ce qu'il faut retenir

 

La fourniture d'électricité est un enjeu économique 

Les enjeux énergétiques de la France sont économiques, sociaux, environemantaux et géopolitiques. Pour y répondre la France devra : 

  • diminuer sa demande en énergie (réduire la consommation),
  • assurer une offre énergétique décarbonée au rendez-vous de l'électrification massive de l'économie
  • mettre en place une régulation du prix de l'électricité en phase avec des aspirations économiques et sociales du pays.

A propos de cet article

Auteurs
Jérémie Haddad

Associé, Consulting, Customer, Power & Utilities Leader, France

Passionné par la transformation du monde, par la technologie et par le progrès humain. « #Entrepreneur #Energie #Digital ». Magicien à ses heures.

Bruno Bousquié

Associé, EY-Parthenon, Global Energy Leader, Stratégie et Transactions Leader, France

Définir une stratégie, c’est 80 % de faits et chiffres et 20 % d’humain. Réussir sa mise en œuvre, c’est 80 % d’humain, 20 % de faits et chiffres et une belle dose de technologie. Un défi passionnant.