Communiqué de presse

21 mars 2019 Paris, FR

IPOs : Un trimestre marqué par une forte baisse des opérations en attendant un rebond sur les prochains trimestres.

Contact presse

Quentin Hacquard

Chargé de relations médias

Quentin Hacquard est en charge des relations médias pour plusieurs secteurs et métiers d’EY. Passionné de communication, il a à cœur de mettre en avant les expertises du cabinet.

EY publie les résultats du premier volet de son rapport trimestriel sur les introductions en bourse dans le monde en 2019. Les données de cette étude regroupent les IPOs recensées pour la période du 1er janvier 2019 au 15 mars 2019, ainsi que les opérations dont la clôture a été annoncée pour la fin mars 2019.

Parmi les grands enseignements de cette nouvelle édition :

  • Au premier trimestre de 2019, 199 IPOs ont été enregistrées pour un montant de 13,1 milliards de dollars. Par rapport au premier trimestre 2018, cela représente une baisse de 41% en volume et de 74% en valeur.
  • Pour ce premier trimestre le secteur ayant concentré le plus grand nombre d’opérations est celui des technologies avec 45 IPOs réalisées pour un montant de 2,1 milliards de dollars, suivi du secteur de la santé avec 32 IPOs réalisées pour un montant de 2,1 milliards de dollars. Le secteur de l’industrie comptabilise quant à lui 24 IPOs pour un montant de 2,1 milliards de dollars.

« Ce premier trimestre anormalement calme est la résultante de différentes tensions géopolitiques (aux Etats-Unis, Chine, Europe), ajoutées aux conséquences du Brexit. Les incertitudes du marché pourraient s’effacer grâce à la réussite d’une mega-IPO ou d’une introduction d’une licorne provenant des candidats pressentis. » explique Franck Sebag, associé EY.

  • La zone Asie-Pacifique domine l’activité avec 63% du nombre total d’IPOs et 64% du montant total levé dans le monde au premier trimestre 2019. Singapour est le pays qui a réalisé le plus d’IPOs en dehors de ses frontières (4 IPOs), suivi de la Chine, la Malaisie et le Royaume-Uni (2 IPOs).
  • En France, 1 seule IPO a été réalisée au premier trimestre pour un montant de 9 millions de dollars.

« Au sein de ce vaste ensemble et à l’image de la tendance mondiale, l’Europe a connu une activité très réduite et a même sous-performé les chiffres au niveau mondial.  La France reste à un niveau très faible, le marché continuant à souffrir de la montée des tensions géopolitiques et des facteurs de risques liés, entre autres à la guerre commerciale et au Brexit. Le deuxième trimestre 2019 permettra-t-il à la Bourse de Paris de rebondir grâce à un pipeline composé à la fois des deals reportés, de sorties de fonds, de sociétés familiales cherchant à financer leur croissance, de spin offs mais aussi d’un certain nombre de sociétés technologiques qui pourraient rejoindre la bourse ? » analyse Marc Lefèvre, associé France EY.