Communiqué de presse

11 déc. 2019

4ème panorama de l’immobilier et de la ville

Contact presse

Quentin Hacquard

Chargé de relations médias

Quentin Hacquard est en charge des relations médias pour plusieurs secteurs et métiers d’EY. Passionné de communication, il a à cœur de mettre en avant les expertises du cabinet.

EY, la Fondation Palladio et Business Immo publient les résultats économiques de la 4ème édition du Panorama de l’Immobilier et de la Ville (Real Estate and Urban Employment Monitor – France – 2020).

Cette étude annuelle est la seule à couvrir l'ensemble de la filière de l’immobilier et de la ville en France, plus de 100 métiers réunis au sein de 8 secteurs d'activité interconnectés : architecture-aménagement-urbanisme, construction des bâtiments, commercialisation, expertise et conseil, gestion de l’immobilier, investissement et financement, ingénierie et prestations techniques, promotion immobilière.

Conduite avec la participation de 32 organisations et fédérations professionnelles de l’immobilier et de la ville, le Panorama a mobilisé plus de 1000 dirigeants de juillet à octobre 2019 qui ont partagé leurs analyses, dressé des perspectives et rappelé les enjeux de leurs organisations.

Les principaux chiffres de ce 4ème panorama

  • L’industrie de l’immobilier et de la ville représente 2,1 millions d’emplois dont 43 000 emplois créés en 2018.
  • Elle s’affirme comme la première filière de l’économie française, devant l’automobile (990 000 emplois) et la mode et le luxe (615 600 emplois).
  • Elle représente 11% du PIB national en 2018 et a connu une croissance de 2,9% entre 2017 et 2018 (contre 1,7% de croissance pour l’économie française dans son ensemble).
  • 78% de ses dirigeants, tous secteurs confondus, ont de forts besoins de recrutement à 3 ans
  • Les grands employeurs de la filière sont la construction (1 130 000 emplois), la gestion de l’immobilier (782 000 emplois) et l’architecture-aménagement-urbanisme (66 300 emplois).
  • Les différents projets et activités de la filière connaissent des dynamiques contrastées. L’immobilier résidentiel et les équipements publics sont en baisse (-4,1% et -2%), devant la rareté du foncier et les contraintes de l’investissement public. L’immobilier de bureaux, en revanche, a connu une hausse de 3,6% en 2018, et la logistique tire profit de l’explosion du e-commerce.

Les dirigeants de la filière identifient leurs défis en 4 dimensions :

  1. Les clients sont aussi des citoyens, de plus en plus exigeants vis-à-vis de l’empreinte et de l’insertion des projets immobiliers et urbains (63% des Français tiennent compte de la RSE lors de leurs décisions de placement immobilier).
  2. Le développement des interconnexions entre secteurs et acteurs, car la complexité des projets immobiliers et urbains impose le décloisonnement des activités. 65% des dirigeants estiment que les coopérations entre les 8 secteurs de la filière se sont renforcées ces dernières années.
  3. La nécessité d’innover ensemble, afin d’être plus compétitif. Or en 2016, les dépenses de R&D de la construction et de la promotion ne représentaient que 0,1% de la valeur ajoutée des entreprises, contre 2,4% pour le reste de l’économie.
  4. L’année 2019 est celle du passage à l’acte sur le climat, mais 29% seulement des dirigeants interrogés considèrent que la filière s’est réellement adaptée à ce dernier enjeu.

« L’immobilier et la ville est devenu le 1er secteur économique en France et non plus une imbrication de métiers. Ses vecteurs de croissance sont les phénomènes majeurs de notre temps : la métropolisation, le numérique, le changement climatique, le lien social. Au fond, la grande industrie du XXIe siècle est celle qui émerge sous nos yeux : celle de la ville. » explique Marc Lhermitte, Associé EY et auteur de l’étude.

« La population urbaine est passée de 76% en 2000 à 80% en 2018 et le rôle des acteurs de la filière est majeur pour concevoir, financer, construire, commercialiser ou encore gérer les lieux de vie qui font la ville. Du succès de cette « économie en 4 dimensions » dépendra en grande partie la réussite de nos villes à être plus accueillantes aux hommes, plus durables, plus riches en développement économique et en emplois et plus à même de contribuer à l’équilibre du tissu social. La fabrique de la Ville est l’un des grands enjeux du XXIe siècle..» commente Bertrand de Feydeau, président de la Fondation Palladio.