Communiqué de presse

1 oct. 2020 Paris, FR

Les structures philanthropiques renforcent leur ancrage dans l’entreprise et donnent la priorité à l’action sociale

En cette Journée Européenne des Fondations, EY et Les entreprises pour la Cité dévoilent les résultats de la 4e édition du Panorama des fondations et fonds de dotation créés par des entreprises mécènes, étude réalisée auprès de 107 structures philanthropiques au 1er semestre 2020.

Contact presse

Amélie Fournier

Responsable service relations médias

Amélie est responsable du service de relations médias pour la France. Elle est notamment en charge des expertises Consulting, EY Société d’Avocats et d’autres secteurs

En cette Journée Européenne des Fondations, EY et Les entreprises pour la Cité dévoilent les résultats de la 4e édition du Panorama des fondations et fonds de dotation créés par des entreprises mécènes, étude réalisée auprès de 107 structures philanthropiques au 1er semestre 2020.

Ce Panorama démontre l’influence de la loi PACTE sur l’engagement des entreprises et le rôle des fondations, parties prenantes privilégiées dans la réflexion des structures qui se dotent d’une raison d’être ou qui deviennent « société à mission ».  

En forte progression (+ 45 % en 6 ans), les fondations et fonds de dotations confortent leur ancrage au sein des entreprises : ils mobilisent toujours les collaborateurs, interagissent avec les différentes directions, contribuent à la réputation de la marque, et leur objet est dorénavant majoritairement (55 %) en lien avec le cœur d’activité de leur entreprise fondatrice.

La loi PACTE, si elle fait bouger les lignes (cf. encadré), a renforcé leur dimension stratégique : rattachés à la présidence ou à la direction générale, les fondations et fonds de dotations participent pour près de la moitié (47 %) à la définition des objectifs sociaux et environnementaux et des raisons d’être.

En forte progression (+ 45 % en 6 ans), les fondations et fonds de dotations confortent leur ancrage au sein des entreprises : ils mobilisent toujours les collaborateurs, interagissent avec les différentes directions, contribuent à la réputation de la marque, et leur objet est dorénavant majoritairement (55 %) en lien avec le cœur d’activité de leur entreprise fondatrice.

La loi PACTE, si elle fait bouger les lignes (cf. encadré), a renforcé leur dimension stratégique : rattachés à la présidence ou à la direction générale, les fondations et fonds de dotations participent pour près de la moitié (47 %) à la définition des objectifs sociaux et environnementaux et des raisons d’être.

Les grands enseignements de l’étude :

  • L’action sociale et les enjeux humains sont au centre de toutes les attentions : 65 % des fonds et fondations d’entreprise agissent contre l’exclusion ou la précarité, devançant les initiatives en faveur de l’éducation (56 %, en recul de 5 points depuis 2018), détrônées, et celles pour l’insertion professionnelle (53 %, -4 pts). Dans l’ensemble, le champ d’action s’élargit de manière notable : 85 % des structures ciblent désormais plusieurs causes contre 67 % en 2018 (+18 points).
  • 87 % des entreprises impliquent leurs collaborateurs (+15 pts depuis 2016) dans les projets de leurs fondations et 9 % ont le projet de le faire. 85 % des structures interrogées estiment que cette implication contribue fortement à la fierté d’appartenance et 66 % qu’elle participe beaucoup à la cohésion interne.
  • Près de la moitié des structures (49 %) déclarent mener des démarches d’évaluation de leurs actions et 36 % ont le projet de le faire. Elles sont désormais deux fois plus nombreuses qu’en 2018 à faire appel à des évaluateurs externes (34 % en 2020 contre 17 %).
  • Dans les trois quarts des entreprises (77 %), 1 à 3 directions sont impliquées aux côtés des fondations dans la mise en place des actions de mécénat. La direction générale est désormais l’entité la plus impliquée dans les projets des fondations (37%, + 10 pts), devant la direction du développement durable/RSE (35%) et la direction de la communication (27 %).
  • Un ancrage territorial de plus en plus marqué : 70 % des entreprises mécènes intègrent désormais le critère de proximité avec leurs implantations géographiques dans le processus de sélection des projets (+7 points par rapport à 2018). 64 % ne mènent des actions que sur le territoire français (+9 pts par rapport à 2016).
  • La loi Pacte fait bouger les lignes

    • 74 % des grandes entreprises, 49 % des ETI, 33 % des PME ont initié une réflexion sur leur rôle suite à la promulgation de la loi
    • Près de la moitié (47 %) ont sollicité leur fondation dans le cadre de cette démarche
    • 55 % des structures estiment que leur rôle stratégique sera renforcé dans le cadre de l’engagement global de l’entreprise.
    • Mais 30 % estiment que leurs missions évolueront et 11 % estiment qu’elles s’effaceront progressivement au profit d’autres modes d’actions de l’entreprise.
    • 80 % des structures estiment qu’il est de leur rôle de contribuer à la définition des objectifs sociaux et environnementaux de l’entreprise ; 68 % à la définition de la raison d’être
    • Leur objet est désormais majoritairement (55 %) en lien avec le cœur d’activité de leur entreprise fondatrice

« Les entreprises ont déjà commencé à se saisir des possibilités offertes par la loi PACTE, en se fixant pour certaines une raison d’être, voire en décidant d’évoluer vers un statut de société à mission. Alors que le mécénat devient de plus en plus stratégique pour les organisations, le rôle des structures philanthropiques aux côtés de leurs entreprises fondatrices évolue, ouvrant la voie à de nouvelles synergies entre les acteurs historiques de l’intérêt général et ceux du secteur lucratif vers un objectif commun : démultiplier l’impact des actions menées dans le respect des contraintes juridiques et fiscales qui leur sont propres », déclare Kathleen Mc Leod Tremaux, avocat Directeur Associé EY Société d’Avocats.

« La crise sanitaire mondiale a démontré la vitalité et la proactivité des acteurs d’intérêt général. En s’organisant au service des plus fragiles, le mécénat a confirmé son utilité pour la société dans son ensemble et montré que les initiatives des entreprises produisaient un impact social très concret. Les résultats du Panorama 2020 des Fondations témoignent de façon tangible du fait que les fondations sont des acteurs fondamentaux de la Cité, au cœur des transformations positives de nos entreprises », ajoute Alicia Izard, Directrice mécénat & investissements citoyens pour Les Entreprises de la Cité.

  • A propos du Panorama 2020 des Fondations et fonds de dotation créés par des entreprises mécènes

    Publié tous les deux ans par Les Entreprises pour la Cité et EY, le Panorama des Fondations et fonds de dotation créés par des entreprises mécènes dresse un état des lieux de ces structures en mettant en lumière leur évolution, leurs modes de fonctionnement et périmètres d'action, leurs ressources humaines et financières, ou encore l’implication et la place croissante des collaborateurs dans leurs projets.

    Méthodologie

    Cette nouvelle édition s’appuie sur une enquête proposée à un panel de 230 fondations et fonds de dotation impulsées par des entreprises, structures philanthropiques via un questionnaire en ligne Survey Monkey de février à avril 2020. 107 structures ont répondu à l’enquête, dont : 59 fondations d’entreprise, 23 fonds de dotation, 21 fondations sous égide et 4 fondations reconnues d’utilité publique.

    La vision quantitative est complétée d’entretiens menés avec quatre acteurs du secteur qui ont décidé de faire des choix novateurs dans leur modèle philanthropique et de points de vue d’experts EY et Les entreprises pour la Cité.