Communiqué de presse

15 oct. 2020 , 14:00 Paris, FR

IPOs : Des signes positifs dans une année 2020 turbulente

EY publie les résultats du troisième volet de son rapport trimestriel sur les introductions en bourse dans le monde en 2020.

Contacts presse
Quentin Hacquard

Chargé de relations médias

Quentin Hacquard est en charge des relations médias pour plusieurs secteurs et métiers d’EY. Passionné de communication, il a à cœur de mettre en avant les expertises du cabinet.

Franck Sebag

Associé, Assurance, Middle Market, Fast Growing Companies leader, Western Europe

Vaste expérience dans les domaines de l’audit et du conseil auprès de sociétés privées publiques, et une connaissance approfondie des marchés financiers mondiaux.

Thématiques associées Introduction en bourse

EY publie les résultats du troisième volet de son rapport trimestriel sur les introductions en bourse dans le monde en 2020.

Les données de cette étude regroupent les IPOs recensées pour la période du 1er janvier au 30 septembre 2020. Malgré les préoccupations liées au COVID-19, les IPOs ont augmenté par rapport à la même période de 2019, tant en volume qu’en valeur, à l’exception de la région EMEIA (Europe, Middle East, Inde, Afrique).

Parmi les enseignements de cette nouvelle édition :

Au troisième trimestre 2020, 445 IPOs ont été enregistrées pour un montant de 95 milliards de dollars. Par rapport au troisième trimestre 2019, cela représente une hausse de 77 % en volume et 138 % en valeur.

Depuis début 2020, 872 IPOs ont été enregistrées pour un montant de 165,3 milliards de dollars, soit une augmentation de 14 % en volume et 43 % en valeur par rapport à la même période en 2019.

Pour ces trois premiers trimestres le secteur ayant concentré le plus grand nombre d’opérations est celui des technologies avec 210 IPOs réalisées pour un montant de 53,9 milliards de dollars, suivi du secteur des industries avec 168 IPOs pour un montant de 23,3 milliards de dollars. Vient ensuite celui de la santé avec 159 IPOs pour un montant de 33,3 milliards de dollars.

La zone Asie-Pacifique domine l’activité avec 64 % du nombre total d’IPOs et 52 % du montant total levé dans le monde depuis début 2020, à savoir 554 IPOs pour un montant de 85,3 milliards de dollars (soit une hausse de 29 % en volume et de 88 % en valeur par rapport à la même période l’année dernière). Les secteurs les plus actifs sont les technologies, les biens de consommation et l’industrie.

La zone Amériques quant à elle, même si elle ne pèse que 22% en nombre total d’IPO, atteint 38% du montant total levé (55,5 milliards de dollars) dans le monde depuis début 2020. Le phénomène des SPAC (Special acquisition Companies) a battu tous les records aux Etats-Unis, elles ont été au nombre de 36 et ont levé 27,8 milliards de dollars sur les 3 premiers trimestres.

  • Focus EMEIA (Europe, Middle East, Inde, Afrique)

    • Sur les trois premiers trimestres 2020, 130 IPOs ont été enregistrées pour un montant de 17,6 milliards de dollars, ce qui représente une baisse de 27 % en volume et de 24 % en valeur par rapport à la même période en 2019.
    • Le secteur le plus dynamique dans cette région est celui des technologies avec 31 IPOs pour un montant de 3,3 milliards de dollars. Viennent ensuite les secteurs des industries (21 IPOs – 1 milliard de dollars) et de la santé (19 IPOs – 1,6 milliards dollars).
    • En France, 2 IPOs ont été réalisées au troisième trimestre pour un montant total de 117 millions de dollars. Depuis le début de l’année, 5 IPOs ont été réalisées pour un montant de 264 millions de dollars, contre 3 IPOs pour 171 millions de dollars.

« Malgré un environnement pour le moins complexe, le 3eme trimestre a été d’une forte intensité sur les Zones Asie Pacifique et Americas. Toutefois en Europe, même si nous percevons un rebond sur le 3eme trimestre, les chiffres sur l’année 2020 sont en baisse de 28% par rapport à l’an passé à la meme période. Les conditions de marché se stabilisant nous pouvons espérer un retour progressif et continue des IPO sur le dernier trimestre. » commente Franck Sebag, associé EY.