Communiqué de presse

2 mars 2021

EY ambitionne la réduction de 40% de ses émissions en 2025 par rapport à 2019 et d’avoir un bilan carbone « négatif » dès 2021

Après avoir annoncé en janvier 2020 son intention d’être neutre en carbone sur l’ensemble de ses activités et implantations, objectif atteint fin 2020, EY au niveau mondial dévoile de nouvelles ambitions « climat » : avoir, d’une part, dès 2021 et chaque année un bilan carbone dit « négatif » en compensant davantage que les émissions engendrées par son activité, et d’autre part, atteindre en 2025 une réduction de l’ensemble de ses émissions de 40% par rapport à 2019 (scopes 1 à 3). Ce plan repose sur sept piliers engageants qui contribueront à atteindre ces objectifs.

Contact presse
Amélie Fournier

Responsable service relations médias

Amélie est responsable du service de relations médias pour la France. Elle est notamment en charge des expertises Consulting, EY Société d’Avocats et d’autres secteurs

Après avoir annoncé en janvier 2020 son intention d’être neutre en carbone sur l’ensemble de ses activités et implantations, objectif atteint fin 2020, EY au niveau mondial dévoile de nouvelles ambitions « climat » : avoir, d’une part, dès 2021 et chaque année un bilan carbone dit « négatif » en compensant davantage que les émissions engendrées par son activité, et d’autre part, atteindre en 2025 une réduction de l’ensemble de ses émissions de 40% par rapport à 2019 (scopes 1 à 3). Ce plan repose sur sept piliers engageants qui contribueront à atteindre ces objectifs.

L’engagement en faveur d’une croissance durable est au cœur de la stratégie NextWave d’EY et de son ambition de créer de la valeur à long terme pour toutes les parties prenantes. Lancée au cours de l’exercice fiscal 2020, la stratégie NextWave soutient la raison d’être du cabinet qui vise à participer à la construction d’un monde économique plus durable et plus équilibré. « La trajectoire que nous nous sommes fixée s’inscrit pleinement au cœur de notre stratégie et confirme notre volonté d’accompagner ce changement de paradigme. Conscients qu’il est urgent d’agir, nous renforçons notre engagement en faveur de la protection de l’environnement et de la croissance durable à long terme » détaille Eric Fourel, Président d’EY en France.

L’ambition mondiale d’EY et ses 7 engagements 

  1. Réduire les émissions liées aux déplacements professionnels en avion de 35% d’ici la fin de l’exercice fiscal 2025 (par rapport au niveau 2019).
  2. Réduire la consommation globale d’électricité des bureaux et ne consommer que de l’énergie renouvelable d’ici 2025 en devenant membre du RE100.
  3. Structurer les contrats d’approvisionnement en électricité par le biais d’accords d’achat d’électricité virtuels (VPPA), pour introduire dans les réseaux nationaux plus d’électricité renouvelable qu’EY n’en consomme.
  4. Donner accès et former les collaborateurs à des outils leur permettant de calculer, puis de réduire la quantité de carbone émise lors des missions réalisées.
  5. Utiliser des solutions fondées sur la nature et des technologies de réduction de l’empreinte carbone pour capter ou compenser plus d’émissions de carbone que celles produites chaque année par les activités d’EY
  6. Investir dans des services et solutions qui aident les clients à créer de la valeur à partir de la décarbonisation de leurs entreprises et apporter des réponses aux autres défis et opportunités en matière de durabilité.
  7. Exiger de 75% des fournisseurs d’EY (en valeur) qu’ils fixent des objectifs de réduction conformes au Sciences Based Targets au plus tard pour l’année fiscale 2025

« En tant qu’entreprise de services, notre empreinte environnementale est plus faible que d’autres secteurs, mais il nous semble essentiel d’être exemplaire. Notre levier principal pour servir cette cause mondiale réside en tout état de cause dans l’accompagnement que nous sommes en mesure d’apporter à nos clients. Nous avons la responsabilité d’agir ensemble, dès maintenant. » ajoute Eric Fourel.

Cette annonce fait suite à d’autres mesures prises par EY à l’échelle mondiale pour réduire son empreinte environnementale et favoriser une croissance durable : deux initiatives en collaboration avec Sustainable Market Initiatives dont l’une parrainée par SAR le Prince de Galles et le S30, un groupe rassemblant 30 organisations mondiales faisant figure de leaders en matière de développement durable dont l’ambition est d’encourager et d’accélérer l’action des entreprises en la matière et de les inviter à rejoindre la « Terra Carta », une charte qui vise à placer la nature au cœur des entreprises. EY joue également un rôle important au sein de l’International Business Council du Forum économique mondial. Ce dernier a notamment élaboré un référentiel de mesures et d’informations communes sur les indicateurs extra financiers à l’intention des investisseurs et autres parties prenantes. 

Des solutions pour aider les clients à atteindre leurs objectifs

Parallèlement aux actions entreprises pour soutenir une croissance durable, les équipes EY accentuent le développement de nouvelles solutions pour répondre aux enjeux de création de valeur à long terme de leurs clients.

Depuis plus de 25 ans, EY en France accompagne les entreprises, les pouvoirs publics et les institutions internationales sur ces questions grâce à une équipe Performance et Transformation durables, composée de plus de 100 experts en développement durable (1 200 au niveau mondial), qui intervient dans le débat public en France et à l’international sur les sujets RSE et accompagne la transformation des entreprises vers un modèle économique plus durable.

Cette équipe aborde les questions de reporting extrafinancier, de performance énergétique, de trajectoire carbone, d’économie circulaire, de durabilité des marques et des portefeuilles produits, de risques dans la supply chain (devoir de vigilance) ou encore de mesure des impacts socioéconomiques. 

Afin de répondre à toutes ces problématiques dans leur ensemble, EY France, comme au niveau mondial, se structure désormais autour d’une équipe pluridisciplinaire dédiée à la création de valeur à long terme.

Focus sur les initiatives françaises

Si depuis plus de 10 ans, EY calcule au niveau mondial ses émissions de gaz à effet de serre, EY France publie son bilan carbone depuis 8 ans au sein d’un rapport de responsabilité. Depuis 2 ans, des ateliers sont mis en place avec le top management : le plan d’actions qui en découle, présenté au sein du Comité Exécutif, a conduit par exemple à modifier la politique de déplacements professionnels nationaux pour recourir à l’usage du train pour les trajets susceptibles d’être effectués en moins de 4 heures par ce biais.

Par ailleurs, afin d’embarquer plus systématiquement le prisme « climat » dans les missions, EY France a pour objectif d’avoir formé ou sensibilisé 1000 collaborateurs sur les enjeux de la RSE d’ici juin 2021. 

Définition des termes

  • Objectif basé sur la science (Science-based target ou SBT en anglais) : Un objectif de réduction des gaz à effet de serre pour réduire les émissions d'une organisation conformément à la science du climat et à l'objectif de l'Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels.
  • Neutre en carbone : Équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre produites par une organisation qui cherche à éliminer et compenser ces gaz. La différence entre les gaz émis et leur élimination ou compensation est égale à 0.  
  • Bilan carbone négatif : Le résultat d'une organisation qui a à la fois réduit ses émissions conformément à son SBT de 1.5°C et investi dans des solutions basées sur la nature et les technologies du carbone pour éliminer et compenser plus de carbone qu'elle n'en émet chaque année.
  • Net zéro : Le point auquel une organisation a atteint son SBT de 1.5°C et a compensé / séquestré ses émissions résiduelles de l'atmosphère.

Portée des émissions

Les émissions sont réparties en trois catégories par le protocole sur les gaz à effet de serre :

  • Scope 1 : toutes les émissions directes provenant des activités d'une organisation ou de celles qui sont sous son contrôle
  • Scope 2 : émissions indirectes provenant de l'électricité achetée et utilisée par une organisation
  • Scope 3 : toutes les autres émissions indirectes provenant des activités d'une organisation donnée, à l'exclusion de l'électricité
  • Pour EY au niveau mondial, les scopes 1 et 2 sont largement liés à l'énergie des bureaux, tandis que le scope 3 concerne principalement les déplacements professionnels.