Communiqué de presse

7 juil. 2021

L’industrie française du Sport est-elle en danger ? 5 leviers pour une transformation

Si l’industrie du Sport en France pèse près de 78 milliards d’euros, regroupe 30 millions de pratiquants réguliers et représente 3,3 % du PIB national, elle fait face à des défis qui mettent son modèle économique sous pression. EY-Parthenon et The Nemo Point ont ainsi identifié 5 leviers pour accompagner les entités sportives dans leur réflexion stratégique pour les années à venir. Les travaux ont été enrichis par plus de 25 entretiens de dirigeants de l’industrie du Sport en France

Contact presse
Amélie Fournier

Responsable service relations médias

Amélie est responsable du service de relations médias pour la France. Elle est notamment en charge des expertises Consulting, EY Société d’Avocats et d’autres secteurs

Si l’industrie du Sport en France pèse près de 78 milliards d’euros1, regroupe 30 millions de pratiquants réguliers2 et représente 3,3 % du PIB national, elle fait face à des défis qui mettent son modèle économique sous pression. Le sport amateur et le sport professionnel sont impactés par de nombreuses mutations de la société (émergence de la Gen Z, sédentarité, multiplication des offres de divertissement, omniprésence des écrans, etc.). Par effet de bord, celles-ci touchent aussi l’écosystème qui les entoure : diffuseurs, agences de communication, sponsors, organisateurs d’événements, équipementiers et distributeurs d’articles de sport. Cette situation a été aggravée par la pandémie qui a exacerbé ces faiblesses en fragilisant les modèles économiques de nombreuses entités sportives. Si les niveaux de maturité́ varient entre les acteurs du secteur, l’enjeu pour l’industrie du Sport est d’adapter son offre et de collaborer pour être plus puissante et transformer son modèle économique pour le rendre plus pérenne. EY-Parthenon et The Nemo Point ont ainsi identifié 5 leviers pour accompagner les entités sportives dans leur réflexion stratégique pour les années à venir. Les travaux ont été enrichis par plus de 25 entretiens de dirigeants de l’industrie du Sport en France. 

« Pour réussir une transformation durable post-2024, le sport français doit initier des projets d’ampleur dès maintenant. Les grandes victoires de demain se préparent aujourd’hui pour recueillir les fruits d’une telle transformation, ce qui demande du temps. » affirment les auteurs de l’étude.

Face aux défis qui la fragilisent, aux évolutions de la société́ française et à une concurrence de plus en plus omniprésente de l’Entertainment, l’industrie du Sport en France doit opérer des transformations structurelles et faire évoluer son modèle pour rester compétitive. De nombreuses initiatives existent déjà̀, même si le niveau de maturité́ est inégal.

L’étude propose 5 leviers qui s’adressent au monde professionnel et amateur pour transformer durablement l’industrie du Sport. Les entités sportives peuvent atteindre leur plein potentiel en activant ces 5 leviers de manière simultanée.

1. SIMPLIFIER : Faciliter la pratique sportive pour tous en proposant un service adapté et améliorer l’accessibilité aux retransmissions sportives

Pour lever les freins à la pratique sportive et augmenter le nombre de pratiquants, le sport peut diversifier son offre pour toucher un public plus large, avec deux leviers majeurs de croissance que sont la féminisation et la séniorisation. Ces offres doivent être facilement accessibles : la promotion de la pratique du sport partout dans la société (comme à l’école et dans l’entreprise) ainsi que sa digitalisation sont deux pistes pour inspirer les entités sportives.

Si l’accès à la pratique sportive doit être facilité, il en est de même pour l’accès aux contenus. Face aux plateformes de l’audiovisuel, de l’audio et des jeux vidéo, le monde du sport professionnel ne peut plus se permettre de proposer une offre fragmentée. « Le ‘’clair’’ n’est pas l’ennemi du ‘’payant’’ et les détenteurs de droit doivent faciliter l’intégration de leurs contenus auprès d’agrégateurs et se préparer pour l’arrivée des nouveaux acteurs » précise Laurent Eichinger, fondateur de The Nemo Point.

2. MAÎTRISER : Collecter, mutualiser et valoriser les données et investir dans les infrastructures pour développer les recettes et l’ancrage territorial

Au printemps 2020, afin de revaloriser son contrat, le joueur de Manchester City Kevin de Bruyne a mandaté des analystes de données sportives pour évaluer son influence dans l’équipe. Cet exemple illustre le lien entre la maîtrise de ses actifs et sa valorisation. De fait, exploiter ses données et ses infrastructures représente un gisement de valeur au cœur du développement économique du sport. Ce sont en effet des éléments internes qu’il est possible de maîtriser, contrairement à d’autres ressources (subventions, trading de joueurs, droits TV).

« Quel que soit le modèle de financement initial (public ou privé), le développement des infrastructures apparaît comme un levier central. Il permet d’améliorer l’expérience des fans et des pratiquants sur site. Deux enjeux sont essentiels autour d’un événement sportif : l’amélioration du dispositif pendant l’événement pour offrir une expérience premium et la capacité à allonger l’expérience avant et après l’événement. En dehors des événements, ancrer l’infrastructure dans son territoire pour en faire un lieu de vie du quotidien est une autre piste à travailler. » détaille Benjamin Abitbol, Manager EY-Parthenon.

3. PRODUIRE : Améliorer la qualité du spectacle pour répondre aux attentes du public et produire plus de contenus diversifiés pour attirer et engager les fans

Avec la multiplication des sources de contenus, la consommation du sport est bouleversée. Cette industrie fait face au défi de produire mieux et plus tout en trouvant le juste équilibre entre modernité et tradition. L’enjeu pour les acteurs du sport est de construire un lien solide avec leurs fans et de l’entretenir, pendant et après la saison sportive. David Canaple, Senior Manager EY-Parthenon ajoute : « Le carré magique semble être le bon format pour la bonne cible sur le bon média au bon moment pour conquérir et engager les fans. »

4. S’ENGAGER : Placer les enjeux environnementaux et sociétaux au cœur de la stratégie

Les engagements environnementaux et sociétaux sont désormais devenus essentiels. Les entités sportives entament donc la transformation de leurs organisations pour que les enjeux financiers et sociétaux soient au même niveau. Cette prise de conscience et ces initiatives vertueuses pour la société auront d’autant plus d’impact si les entités sportives parviennent à mobiliser fans et pratiquants pour les faire contribuer ou en bénéficier.

5. CHOISIR : Faire des choix pour mettre en place un modèle économique pérenne et attirer les talents nécessaires

Le sport semble souffrir d’un ancrage profond dans des modèles économiques anciens qui ne sont pas adaptés aux enjeux des années à venir. Faire des choix difficiles pour retrouver un modèle économique pérenne, attirer les talents et nouer des partenariats pour consolider un écosystème trop fragile sont des éléments cruciaux dans les prochaines années.

Etude disponible sur demande

Méthodologie :

Entretiens menés entre mars à mai 2021 auprès de plus de 25 acteurs du sport : fédérations, ligues, clubs professionnels, clubs amateurs, diffuseurs, pouvoirs publics, collectivités, entreprises technologiques, fonds d’investissements, équipementiers, organisateurs d’événements.

1. BPCE – L’Observatoire – Économie du sport – Février 2020.
2. Union Sport & Cycle.