Communiqué de presse

1 sept. 2021 , 00:01

Baromètre du capital risque en France – 1er semestre : Des montants inédits

EY publie les résultats de son analyse dédiée au capital risque en France pour le 1er semestre 2021. L’étude recense les opérations de financement en fonds propres des entreprises en phase de création ou durant les premières années d’existence, en date d’opération du 1er janvier au 30 juin 2021 et publiées avant le 5 juillet 2021.

Contact presse
Amélie Fournier

Responsable service relations médias

Amélie est responsable du service de relations médias pour la France. Elle est notamment en charge des expertises Consulting, EY Société d’Avocats et d’autres secteurs

EY publie les résultats de son analyse dédiée au capital risque en France pour le 1er semestre 2021. L’étude recense les opérations de financement en fonds propres des entreprises en phase de création ou durant les premières années d’existence, en date d’opération du 1er janvier au 30 juin 2021 et publiées avant le 5 juillet 2021.

Ce qu’il faut retenir du 1er semestre 2021 :

  • Depuis le début d’année, les entreprises innovantes françaises ont réalisé 416 opérations de levées de fonds pour un montant de 5,14 milliards d'euros (en progression de 90 % en valeur et 16 % en volume).
  • Le secteur ayant concentré le plus d’investissements en valeur est celui des sociétés de services internet avec 2,4 Md€ levés pour 191 opérations. Viennent ensuite le secteur de la Fintech (1,1Md€ et 44 opérations) puis celui des Life Sciences (564 millions d’€ et 67 opérations).
  • La région Île-de-France représente 81% des investissements en valeur au premier semestre 2021 (4, 18 Md€). La région Auvergne-Rhône-Alpes conserve la 2ème place avec 5% des investissements en valeur (266 millions d’€), suivie de près par la région Occitanie avec 2 % des investissements (124 millions d’€).
  • Concernant la comparaison européenne, le Royaume-Uni conserve son rang de leader avec 16,44 Md€ de fonds levés pour 861 opérations soit une progression de plus de 243 % en valeur par rapport au premier semestre 2020. L’Allemagne accélère elle aussi et devance la France avec 7,83 Md€ de fonds levés pour 313 opérations.
  • « Dans un monde toujours plus concurrentiel, au sein duquel les batailles se livrent désormais entre grands blocs, la French tech et ses concurrentes européennes sont à la croisée des chemins. Pour continuer à attirer les capitaux et les talents, l’heure est probablement venue de passer à une étape de consolidation Européenne afin de conserver notre destin entre nos mains et donc de peser sur la scène mondiale » complète Franck Sebag, associé EY.

Franck Sebag, associé EY en charge du secteur Fast Growing Companies Europe, Middle East, India & Africa (EMEIA), est disponible pour commenter ces résultats.
  • Méthodologie

    Les données françaises présentées dans ce baromètre sont basées sur les données, CFNEWS, Capital Finance, Dealroom.co. Les données pour l’Allemagne et le Royaume-Uni sont basées sur Dealroom.co. Le traitement de ces données et leur analyse sont issus de la méthodologie EY et réalisés par EY & Associés. Toutes les opérations supérieures à 100 M€ ont été retraitées en Growth Equity. Le Venture Capital recense toutes les opérations inférieures à 100 M€. Nous prenons en compte dans cette étude uniquement les opérations dont le montant est communiqué publiquement. Le secteur des services Internet regroupe des activités telles que l’e-commerce, le marketing à la performance (lead, référencement), le géomarketing ou les applications mobiles. Le secteur des Life Sciences regroupe les secteurs biotech et medtech. Le secteur des Fintech regroupe les start-up qui utilisent la technologie pour repenser les services financiers et bancaires (banques en ligne, crowdfunding, nouveaux moyens de paiement, etc.). Le secteur Logiciels et services informatiques regroupe les activités telles que le hardware, les semi-conducteurs, etc.