AGEFI, January 2017

Les fonds de dettes infrastructure : une classe d’actifs en plein essor…

  • Share

En un peu moins de dix ans, les dettes infrastructure ont pris une place prépondérante dans le paysage des fonds de Private Equity. L’évolution de la réglementation a eu un effet évident sur le niveau de capital que les bailleurs de fonds traditionnels peuvent se permettre d’allouer à ce type d’instrument, créant ainsi un marché de niche dans lequel les gestionnaires de fonds de Private Equity se sont engouffrés pour financer la dette des gros projets d’infrastructure.

Représentant à peine 6 % des fonds lancés en 2009, les fonds spécialisés dans le financement de la dette de grands projets d’infrastructure ont explosé de façon vertigineuse pour atteindre près de 24 % des fonds lancés en 2015 (19 % à fin septembre 2016). Depuis 2009, 89 fonds spécialisés ont réussi à clôturer des levées de fonds représentant un total cumulé de 43 milliards* de dollars. Même si cette progression a un peu marqué le pas en 2014 après le pic de 12 milliards de dollars atteints en 2013, l’année 2015 marque le retour en force des fonds de dettes infrastructure avec 11,6 milliards de dollars de capitaux levés  et l’année 2016, même si on observe un net retrait, va néanmoins encore afficher des performances solides*.  L’Amérique du Nord et l’Europe avec respectivement 13,7 milliards de dollars et 11,2 milliards de dollars en 2015 concentrent l’essentiel des capitaux. L’Asie monte également en puissance avec 10,6 milliards de dollars de capitaux en 2015*, ce qui traduit le dynamisme croissant de cette zone. 

De manière générale, on s’aperçoit également que les fonds spécialisés dans ce type d’actifs ont considérablement augmenté en taille ces dernières années, traduisant l’intérêt croissant des poids lourds du secteur qui se tournent massivement vers ce marché de niche. A titre d’exemple, la taille moyenne des fonds clos en 2015 a atteint un record de 826 millions de dollars (729 millions de dollars en 2016) notamment du fait du lancement sur cette période de cinq des dix plus gros fonds jamais clôturés avec des engagements de plus de 2 milliards de dollars à chaque fois*.

Le nombre de fonds de dettes infrastructure a augmenté de manière régulière depuis 2011. En 2016, on pouvait comptabiliser 43 nouveaux fonds lancés à fin septembre sur le marché à la recherche de 25 milliards d’euros de capitaux auprès d’investisseurs, soit 10 % de plus que l’année précédente, ce qui constitue un record en la matière*. Sur ces 43 fonds, 21 ont réalisé un closing intermédiaire sécurisant déjà 15,2 milliards d’euros de levées de capitaux*. Il y a un véritable appétit des investisseurs qui souhaitent rentrer sur ce marché de la dette et augmenter leur exposition aux dettes infrastructure. L’Amérique du Nord et l’Europe restent de loin les deux marchés principaux, concentrant 75 % des fonds établis et des investissements (10,3 milliards de dollars pour l’Europe contre 12,3 milliards de dollars pour l’Amérique du Nord)*.

Signe d’un marché encore neuf, parmi les sociétés de gestion ayant lancé un fond en 2016, 74 % n’avaient encore aucune expérience dans le domaine, tandis que 17 % n’avaient lancé que un ou deux fonds au préalable*. Du fait d’un bilan encore peu étoffé, les gestionnaires vont plutôt avoir tendance à lancer des fonds de taille modeste. Ainsi 67 % des fonds lancés ces 10 dernières années avaient une taille inférieure à 500 millions de dollars*. Toutefois, environ un cinquième de ces sociétés de gestion ont atteint une taille critique et ont désormais la capacité de lancer des fonds plus importants, d’une taille supérieure à 1 milliard de dollars.

Parmi le profil d’investisseurs, on retrouve en tête les banques, y compris les banques d’affaires, qui représentent la plus grosse proportion (19 %), suivies par les compagnies d’assurance (16 %) et les fonds de pension (14 %). Sans surprise, on retrouve en grosse majorité des institutions d’une certaine taille puisque 56 % ont plus de 10 milliards de dollars d’actifs sous gestion et 18 % plus de 100 milliards de dollars*. Seuls 13 % des investisseurs ont moins de 1 milliard de dollars d’actifs sous gestion.

La plus grande proportion des investisseurs privilégiant l’allocation de capitaux à des fonds de dettes infrastructure se trouvent en Asie (34 %) contre 24 % pour l’Europe et 24 %* pour l’Amérique du Nord.

Ces dernières années ont vu le marché des fonds de dettes infrastructure se consolider et devenir un secteur à part entière pour les investisseurs qui sont de plus en plus prompts à allouer une part croissante de leurs positions à cette classe d’actifs en plein essor. Cette tendance semble se confirmer en 2016 et laisse présager une année 2017 prometteuse.  En effet, lors d’une récente étude internationale sur les investisseurs dans le domaine des infrastructures, un cinquième des investisseurs voyaient dans le marché de la dette mezzanine les meilleures opportunités d’investissement dans le climat actuel.   

 

* preqin