Entreprises Magazine, May 2017

Faut-il craindre l’innovation de ses concurrents ?

  • Share

Faut-il craindre l’innovation de ses concurrents ?

Que ce soit dans le domaine du B2C, dans lequel il faut sans cesse tenter d’atteindre les consommateurs avec imagination, créativité et via les nouveaux canaux digitaux, ou encore dans les secteurs de type B2B qu’il faut sans cesse réinventer pour plus de services, moins de coûts et avec une valeur ajoutée renouvelée, aucune entreprise ne peut passer outre l’innovation. Mais encore, dans le secteur public, les investissements en matière d’innovation n’ont jamais été aussi importants, investissements poussés par la digitalisation et les réductions de dépenses publiques.

Dans tous les domaines de l’entreprise - organisation marketing et commerciale, production de biens et de services, maintenance des infrastructures, services back-office, ressources humaines, etc. - il est essentiel, non seulement de rechercher continuellement les bonnes pratiques, mais aussi de surveiller les innovations, leur coût d’opportunité et surtout le coût du risque associé, et tout cela en continu.

En termes d’innovations technologiques, les cycles d’adoption des nouvelles technologies sont de plus en plus courts. Alors qu’il a fallu des années pour déployer l’électricité et le téléphone, le développement et l’adoption du téléphone portable ont déjà mis beaucoup moins de temps. Mais encore aujourd’hui les domaines d’application de l’impression 3D, ou de l’IoT, voire même de l’intelligence artificielle en métamorphose, ont et continuent de rencontrer un vif succès. L’innovation technologique créée même de nouveaux modèles d’entreprises et de nouvelles offres, comme par exemple avec Internet, via notamment la banque en ligne, le e-commerce, le travail collaboratif distant, la dématérialisation par exemple.

Il ne faut pas hésiter à investir régulièrement dans une veille technologique ou d’innovation, tout en expérimentant de nouveaux concepts à petite échelle. Démystifier l’innovation commence par l’expérimentation.

Pour cela, des approches de transformation agile permettent d’encadrer à moindre coût l’évaluation concrète d’idées, de nouvelles technologies, de nouveaux concepts et modèles. Ainsi, il est possible de s’orienter vers des innovations judicieuses, tout en se gardant les moyens de réagir rapidement.

Combien d’entreprises se laissent encore prendre au dépourvu en raison d’un manque d’innovation, qui aurait pu être destiné à mieux connaître leurs clients, leurs comportements, leurs satisfactions et leurs attentes ? Les innovations relatives à la gestion de la relation client sont pourtant bel et bien faciles à développer: outils CRM en mode Saas, base clients connectée aux réseaux sociaux, actions de marketing digital, chat, vente en ligne, et bien d’autres. Presque tous les secteurs marchands sont concernés. Pour le B2B, nombreux sont les environnements digitaux au sein desquels s’opèrent de nouvelles affaires (marketplaces, plateformes d’achats, réseaux professionnels, etc.).

Enfin, l’innovation passe aussi, le plus souvent, par la boîte à idée interne à l’entreprise. Les processus, les organisations et les systèmes d’information en place sont souvent les premiers facteurs déclenchants en matière d’innovation. Ne serait-ce qu’en partageant des frustrations, certains dysfonctionnements ou d’autres éléments de comparaison, on constate que chaque entreprise possède dans son ADN une véritable capacité à innover ; l’essentiel étant néanmoins d’y apporter méthode et animation, pour mieux libérer les idées. Combien d’entreprises célèbres ont fait de l’innovation une véritable culture d’entreprise, pour assurer succès et pérennité ?

Pour accompagner au mieux les projets de transformation, et ne pas perdre sa place sur l’échiquier, toute entreprise se doit d’initier les exercices nécessaires pour lui permettre d’être en phase avec ses besoins d’innovation. Bon nombre d’outils facilitent cette démarche : benchmarks, études de cas, études de ROI et Proof of Concept.  Alors qu’attendez-vous ?