Paperjam, April 2018

Les technologies digitales en pleine convergence

  • Share



Connaissant une évolution exponentielle, les technologies qui sous-tendent la transformation digitale de tous les secteurs d’activité ont tendance à converger. Les organisations et les travailleurs acceptent de plus en plus facilement la nécessité non pas de « faire du digital », mais bien d’ « être digital ».

 

Dans l’histoire humaine, l’évolution technologique a rarement connu un rythme aussi soutenu. La transformation digitale est source de nombreuses opportunités pour les organisations comme pour les citoyens. « Il y a quelques mois, des technologies dans la robotique étaient encore abordées de façon complètement conceptuelle. Aujourd’hui, de nombreuses sociétés engagées dans la transformation digitale n’hésitent plus à les mettre en oeuvre, indique Brice Lecoustey, Advisory Partner chez EY. Cette évolution fulgurante s’explique par le fait que la plus-value de ces technologies est désormais plus directement perceptible. Elles permettent au personnel d’abandonner les tâches répétitives pour se concentrer sur l’analyse. Elles sont 100% fiables, opérationnelles 365 jours par an, 7 jours sur 7. De plus, leur coût a considérablement chuté, ce qui rend le rapport coûts/bénéfices de plus en plus intéressant. »

 

Des preuves de l’efficacité de la transformation digitale

 

Si les barrières à la transformation digitale tombent rapidement, c’est donc parce que des preuves mesurables de l’intérêt des nouvelles technologies ont été apportées ces derniers mois. « La robotisation de certaines activités permet d’économiser de 25 à 50% sur les coûts d’opération, avance Brice Lecoustey. C’est aujourd’hui démontrable et de tels chiffres ont permis l’émergence d’une vraie lame de fond. »

 

La tendance s’exprime notamment par la constitution d’un véritable écosystème de start-up autour d’acteurs économiques de taille. « De grosses structures adoptent aujourd’hui une attitude proactive à l’égard des jeunes acteurs innovants, indique l’Advisory Partner d’EY. Fédérer des start-up autour de son activité est un moyen efficace de favoriser l’innovation au cœur même de son organisation et de la placer au service de son développement. Cette pratique croissante est un autre facteur expliquant l’accélération de la transformation digitale. »

 

Une tendance principale : la convergence

 

Cette évolution rapide tiendrait aussi à la convergence de technologies hautement disruptives. « Il y a quelques mois ou années, beaucoup d’entreprises travaillaient déjà sur une technologie ou l’autre : la blockchain pour certains, la robotique ou l’intelligence artificielle pour d’autres, énumère-t-il. Mais aujourd’hui, les choses sont beaucoup moins fragmentées, les technologies convergent et les projets intègrent souvent plusieurs technologies différentes. Ceci fait évidemment aussi évoluer le business model. Je travaille par exemple avec une PME qui développe un outil de climatisation pour data center. La solution proposée a recours à la robotique, pour se déplacer dans le data center. Elle collecte et analyse des données, pour évaluer les performances du climatiseur et anticiper les besoins en maintenance, etc. L’innovation découle de l’intégration de plusieurs technologies. Elles sont réunies à travers un outil simple, produisant un rapport coûts/bénéfices très favorable et influençant le business model des entreprises clientes. »

 

Être digital, plutôt que faire du digital

 

L’évolution digitale que nous connaissons va se poursuivre. Elle conduira à une adaptation du travail dans de nombreux secteurs. « A mon sens, les emplois seront déplacés plutôt que détruits, estime Brice Lecoustey. La plupart des travailleurs seront gagnants : ils pourront consacrer leur temps à des activités bien plus intéressantes, qui apportent une vraie plus-value à l’entreprise. »

 

Pour convaincre leur personnel de s’engager dans cette transformation, il faut que les organisations cessent de tenter de « faire du digital », en donnant des instructions depuis la direction générale vers la base. « Il faut plutôt « être digital », faire en sorte qu’on pense digital à chaque niveau de l’entreprise, poursuit Brice Lecoustey. Il s’agit d’une question de culture au sein même des équipes. Il faut que chaque employé comprenne, par la pratique, que l’innovation digitale est positive car elle lui permet de se consacrer à d’autres tâches. Les employés intègrent de plus en plus facilement cette donnée, et ils finissent donc par faire eux-mêmes des propositions de transformation. On passe d’un modèle top-down à un modèle bottom-up. C’est la clé du succès ! »