5 minutes de lecture 9 juin 2021
Un superviseur d'entrepôt qui marche et parle avec un cadre supérieur.

Comment les perturbations affectant actuellement la chaîne d’approvisionnement peuvent-elles conduire à la réduction des coûts et à l’amélioration des contrôles ?

Sur fond d’agitation et d’incertitude continues causées par la pandémie de COVID-19, les fonctions de la chaîne d’approvisionnement sont sous pression pour réduire les coûts.

En bref
  • La chaîne d’approvisionnement devient plus stratégique que jamais, la réduction des coûts étant une priorité dans un contexte de pression financière et de volatilité croissantes
  • Les équipes affectées à la chaîne d’approvisionnement doivent examiner leurs chaînes de valeur de bout en bout et identifier les leviers pour améliorer les coûts et les contrôles – maintenant, ensuite et au-delà
  • Un facteur clé de réussite est de passer de réductions de coûts ponctuelles à des économies récurrentes et durables
  • Les facilitateurs de la technologie numérique peuvent nécessiter des débours précoces, mais offrent des gains significatifs en termes de coût, d’efficacité et de contrôle

En 2021, dans un contexte compliqué, les équipes affectées à la chaîne d’approvisionnement doivent préserver les approvisionnements, faire face à la volatilité financière et maîtriser les coûts. La pandémie est sans doute l’élément déclencheur le plus récent de ce nouveau coup de projecteur sur les dépenses, mais ce ne sera pas le dernier. 50 à 75 % des coûts dépendant directement de la chaîne d’approvisionnement, cette période actuelle de troubles est l’occasion d’examiner de plus près la chaîne logistique et de l’aligner sur l’évolution des besoins et des conditions. Une analyse ciblée révèle des inefficacités qui s’insinuent inévitablement à mesure que les chaînes d’approvisionnement mondiales se complexifient. Les programmes d’optimisation peuvent considérablement améliorer les revenus bruts, ainsi que les COGS (coûts des biens vendus) et les SG&A (frais généraux et administratifs) qui ont une incidence sur le bénéfice net. Ils allègent également la pression sur la liquidité – ce facteur de survie déterminant dans l’environnement de précarité économique actuel.

Dans ce contexte, le rôle de la chaîne d’approvisionnement est plus stratégique que jamais et les responsables des chaînes d’approvisionnement ont une occasion unique de briller.

Lancement

Pour permettre une compréhension globale de l’évolution des coûts – et également du potentiel de réduction de ces derniers – la fonction de chaîne d’approvisionnement doit se concentrer sur toutes les dimensions SCOR (référentiel mondial des processus de logistique), la planification, le sourçage et l’approvisionnement, la fabrication, la logistique et la distribution. La segmentation de la chaîne d’approvisionnement permet en outre d’identifier et de hiérarchiser les leviers d’optimisation pour des bénéfices immédiats et des économies substantielles à plus long terme. Les leviers varieront en fonction du business model de l’entreprise, mais l’application de la méthodologie d’EY, qui se fonde sur des hypothèses, offre une approche structurée pour une réduction rapide et durable des coûts.

Une fois identifiés, les leviers clés peuvent être répartis en trois étapes : Maitenant, ensuite et au-delà. Cette approche permet l’obtention immédiate de gains rapides et de résultats à portée de main tout en déterminant un feuille de route de réduction des coûts pour une amélioration continue et durable des coûts et des contrôles.

Cinq façons de réduire les coûts au sein de la chaîne d’approvisionnement

1. Comprendre les exigences de niveau de service client

Comprendre véritablement les besoins des clients est la première étape pour identifier des leviers potentiels d’amélioration. Lorsque vous envisagez des mesures basées sur vos connaissances, gardez à l’esprit le bon équilibre entre le niveau de service et les coûts. Une évaluation rapide de la chaîne d’approvisionnement couvrant les aspects qualitatifs et quantitatifs peut être utile dans ce contexte, tout comme un exercice de segmentation vous permettant d’adapter vos chaînes d’approvisionnement comme indiqué ci-dessous.

2. Améliorez la planification et la synchronisation de votre chaîne d’approvisionnement 

Une chaîne d’approvisionnement rentable est stable et optimisée – de la production au flux de bout en bout. Cela implique de commencer par la planification. Se préparer à la transformation en analysant s’il faut centraliser la planification et/ou automatiser, voire même externaliser certaines activités de planification à des fins d’amélioration de la cohérence, de la capacité et de la qualité de la planification. Un autre aspect important est l’amélioration de l’efficacité et de l’efficience ds S&OP et IBP (planification des ventes et des opérations et planification intégrée d’entreprise). Procédez correctement et vous serez en mesure d’aligner les exigences de la chaîne d’approvisionnement – et les coûts – sur la demande future et de gérer les priorités stratégiques. L’intégration de la visibilité de la chaîne logistique complète permet aux professionnels de la chaîne d’approvisionnement de gérer de manière proactive les problématiques et les exceptions, alimentant à la fois les processus d’exécution et l’IBP. La mise en œuvre de jumeaux numériques permet de mieux simuler votre activité, de révéler des éléments et des scénarios critiques, ce qui se traduit par une amélioration de vos bénéfices nets. La segmentation et la synchronisation du rythme, de la fréquence et du volume, y compris l’optimisation des paramètres de planification (production, approvisionnement, distribution), permettent à vos équipes de gérer des chaînes d’approvisionnement fluides et rentables, ce qui favorise un meilleur environnement de contrôle.

3. Réévaluez l’empreinte de votre chaîne d’approvisionnement et votre stratégie de réseau

À mesure que votre business model et votre environnement évoluent, il est probable que l’inefficacité s’installe, que ce soit en termes d’espace, de méthodes de travail, de points de contact ou de routage. En portant un regard nouveau sur des exigences de niveau de service mieux différenciées, vous pouvez dimensionner correctement le réseau global, c’est-à-dire à l’échelle de la fabrication, de la distribution et du commerce mondial. En approfondissant votre stratégie réseau, prenez en compte la manière de concevoir et de mettre en œuvre un modèle d’exploitation logistique (interne, 3PL, 4PL, partagé, etc.) et un modèle d’exploitation de fabrication (fabrication en sous-traitance vs fabrication interne, main-d’œuvre fixe vs main-d’œuvre variable) qui fonctionne pour votre entreprise. Cela offre également l’occasion de piloter la mise en œuvre d’éléments montés en usine dans le cadre de vos efforts d’excellence opérationnelle. Passez en revue les méthodes de travail standard, les coachs digitaux et les systèmes de gestion quotidienne pour trouver la bonne solution. Enfin, examinez vos échanges à l’international et identifiez les domaines dans lesquels vous pouvez réduire les droits de douane, tirer parti des accords de libre-échange existants et améliorer vos coûts logistiques dans leur ensemble.

4. Adaptez les éléments du modèle opérationnel de votre chaîne d’approvisionnement

Lorsque votre business model change, il est important de s’assurer que les opérations suivent le rythme. Vous devez vous assurer de traduire activement les éléments pertinents dans la configuration opérationnelle. Revoyez votre stratégie d’étayage et analysez l’internalisation par rapport à l’externalisation pour garantir que vos vecteurs de valeur sur site, en zone proche et cible offrent la meilleure rentabilité. Réévaluez la configuration du modèle de fonctionnement de votre chaîne d’approvisionnement et recherchez le potentiel d’économies dans des domaines tels que la conception organisationnelle, le dimensionnement et l’emplacement, les rôles et responsabilités, les processus et le modèle de gouvernance. Compte tenu des changements importants que nous avons récemment constatés dans le monde du travail, vous pourriez également déceler un potentiel important d’économies sur votre lieu de travail et au niveau des coûts immobiliers.

Assurer la liaison avec les parties prenantes internes concernées pour s’assurer que les aspects fiscaux et de conformité ne sont pas négligés. Les réductions de coûts ne doivent jamais risquer de compromettre le respect des cadres fiscaux, juridiques et réglementaires ou des décisions favorables. 

5. Tenir compte des facteurs numériques

La chaîne d’approvisionnement subit une transformation numérique depuis un certain temps, les principales entreprises qui ont adopté ce modèle investissant dans des initiatives de transformation numérique dans les domaines de l’automatisation, de la robotique, de l’analyse avancée et prédictive avec l’apprentissage automatique, la blockchain, l’IdO, l’impression 3D et les systèmes de chaîne d’approvisionnement autonome. Après l’investissement initial, la technologie est une source clé d’efficacité supplémentaire et de réduction des coûts. Les bons outils offrent une visibilité quasiment en temps réel et fournissent des données qui génèrent des solutions plus rentables et des contrôles tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Le déploiement de la technologie numérique (notamment l’IA dans les prévisions, l’évolution de la demande, la segmentation, la planification de l’offre, etc.) améliore également les résultats de la planification, tandis que la technologie à monocanal de bout en bout (y compris les systèmes ERP et encourageant les outils numériques) a parcouru un long chemin dans l’optimisation des processus, des coûts et des contrôles. EY a soutenu ses clients à l’aide de facilitateurs numériques tels que notre plate-forme dédiée à la veille de la chaîne d’approvisionnement, EY Catalyst, EY Wavespace et des plates-formes de conceptualisation ouvertes.

Résumé

De par sa nature même, le processus d’identification et de mise en œuvre des stratégies visant à réduire les coûts révèle également des améliorations potentielles du modèle opérationnel. Plutôt que d’adopter une approche purement fonctionnelle, les responsables de la chaîne d’approvisionnement devraient adopter une approche transversale, tenant compte de tous les composants d’une chaîne logistique complète (de bout en bout) et tirant parti des principes d’une approche à base zéro. Un facteur clé de réussite est de passer de réductions de coûts ponctuelles à des économies récurrentes. Dans le même temps, il est également important de veiller à ce que tout changement significatif du modèle opérationnel n’ait pas de conséquences inattendues sur d’autres fonctions de l’entreprise telles que la fiscalité, le service juridique, la réglementation et les finances.