7 minutes de lecture 7 janv. 2021
mountaineer in red jacket

Baromètre des banques 2021 –Résilience

Auteurs
Patrick Schwaller

Managing Partner Audit Financial Services | Switzerland

Reliable and trusted business partner. Gets things done. Pragmatic. Enjoys mountaineering.

Olaf Toepfer

Banking & Capital Markets Leader | Switzerland

Transformation leader. Passionate about shaping the banking industry of tomorrow. Father of three kids.

Timo D’Ambrosio

Director Audit Financial Services | Switzerland

Reliable and passionate auditor. Specialized in Retail Banking. Gets things done. Loves to play tennis.

7 minutes de lecture 7 janv. 2021

Selon le sondage, les banques suisses sont résistantes aux conséquences de la pandémie de coronavirus et portent un regard optimiste sur l’avenir.

En résumé

  • Les banques ont jusqu’à présent bien résisté à la crise du coronavirus, grâce notamment à la substance accrue depuis 2008 et à la structure saine de leurs portefeuilles de crédits.
  • Cimenter le contexte du taux négatif intensifie les problèmes structurels de revenus. Par conséquent, les taux négatifs deviennent plus probables pour les clients privés.
  • La pandémie de coronavirus a entraîné une accélération inattendue de la numérisation, ce qui permet de jeter un nouveau regard sur les coûts et les innovations.

L’économie mondiale en état d’urgence – les banques font preuve de résilience

Depuis le début de la pandémie de coronavirus au début de 2020, l’économie mondiale est en état d’urgence. Seule une intervention courageuse des gouvernements et des banques centrales a permis d’éviter un effondrement. Dans les activités de crédits, la crise a entraîné une augmentation des risques de crédit dans les différents secteurs, mais d’importantes défaillances de crédit ont jusqu’à présent été évitées grâce aux mesures de sauvetage globales prises par les gouvernements. Dans le même temps, l’augmentation de la volatilité provoquée par la crise a entraîné un accroissement des activités commerciales des clients et des investisseurs, dont les banques ont pu tirer profit dans les opérations de négoce et de commissions. Les banques suisses sont entrées dans la crise du coronavirus en position de force.

Évolution de la marche opérationnelle des affaires

53%

des banques interrogées jugent positive l’évolution de leurs affaires au cours de l’année écoulée.

Les années de «remise en forme» déclenchées par la crise financière de 2008 ont porté leurs fruits et les banques ont fait preuve d’une grande résilience dans cette crise. Depuis lors, les banques ont réduit les risques et ont considérablement augmenté leurs réservers de fonds propres et de liquidités. Il n’est donc pas surprenant que les banques aient jusqu’ici bien résisté à l’épreuve d’endurance déclenchée par la pandémie de coronavirus: des résultats solides, aucune interruption du système, une transition en douceur vers le travail à domicile et aucun titre négatif. Les banques ont également fait face de manière professionnelle et fiable à la ruée des entreprises clientes dans le sillage des programmes de crédit subventionnés par l’État – que les banques ont contribué à façonner de manière proactive. En bref: les banques ont apporté une contribution importante pour surmonter la crise et – contrairement à la crise financière de 2008 – n’ont pas fait partie du problème mais de la solution.

Les années de remise en forme déclenchées par la crise financière de 2008 ont porté leurs fruits et les banques ont fait preuve d’une grande résilience dans cette crise
Patrick Schwaller
Managing Partner Audit Financial Services | Switzerland

Pas de panique malgré les défaillances attendues de crédit

Malgré ce contexte favorable, les banques s’accordent sur le fait que les répercussions économiques de la pandémie de coronavirus ne manqueront pas de laisser des traces. Néanmoins, une majorité de 75% des banques interrogées craignent une forte augmentation des corrections de valeur à court terme, en particulier dans les activités de crédit avec les PME (année précédente): 12%). Le scepticisme a également augmenté quelque peu pour les financements de la construction de logements. Ainsi, 36% des banques s’attendent à ce que les défaillances de crédit augmentent dans les six à douze prochains mois (année précédente): 7%). Au vu de ces attentes, il n’est pas surprenant que seulement 59% des banques interrogées – 8 points de pourcentage de moins qu’il y a une année – s’attendent à ce que les affaires se développent positivement à court terme (année précédente: 67%).

Sur le long terme, les banques ne paniquent pas face aux risques de défaillances. 52% resp. 44% des institutions interrogées s’attendent à des correctifs de valeur inchangés à long terme pour le financement du logement et des PME, respectivement, et ne s’attendent apparemment qu’à une augmentation à court terme des défaillances de crédit. Cela est principalement dû à la structure saine des portefeuilles de crédits des banques, qui consistent principalement en des crédits garantis par des hypothèques. De plus, les banques sont convaincues de la résilience des PME suisses. En effet, 83% des banques s’attendent à ce que les PME se remettent de la crise dans les deux à trois prochaines années.

Des taux négatifs pour les clients privés sont-ils inévitables?

La normalisation de la politique monétaire est devenue une perspective lointaine avec l’expansion supplémentaire de la masse monétaire par les banques centrales à la suite de la crise du coronavirus. La grande majorité des banques (82%) pensent que les intérêts en Suisse seront encore très bas dans dix ans. La perspective que des intérêts bas/négatifs puissent persister pendant encore plusieurs années exacerbe les problèmes structurels de revenus des banques et l’érosion des marges dans les importantes opérations d’intérêts qui se poursuit depuis plusieurs années déjà. Les crédits et les immobilisations financières à taux plus élevé du passé expirent progressivement – sans pouvoir être remplacés de manière adéquate. Cela s’applique également aux investisseurs, qui laissent pour l’instant les remboursements des obligations arrivant à échéance sur leur compte bancaire faute d’alternatives, ce qui aggrave encore les problèmes de revenus des banques.

Taux négatifs

11%

des banques interrogées excluent catégoriquement la répercussion de taux négatifs.

Au vu de ces évolutions, il n’est guère étonnant que plus que 11% des banques interrogées excluent catégoriquement la répercussion des taux négatifs sur les clients privés. L’année dernière, ce chiffre était de 21% et il y a cinq ans, il atteignait 70%. Depuis longtemps, l’introduction de taux négatifs sur les avoirs des clients n’est plus un sujet tabou – en particulier chez les clients qui, en dehors de la tenue de compte proprement dite, n’utilisent pas de services générateurs de revenus pour la banque.

Pour l’instant, la fixation de la valeur seuil des taux négatifs a connu un certain calme cette année, 50% des banques – à peu près le même nombre que l’année dernière – déclarant qu’elles ont l’intention de la baisser. D’une part, le relèvement par la BNS du facteur d’exonération utilisé pour les taux négatifs y contribue, d’autre part, les banques ont été délibérément réticentes, à la suite de la pandémie de coronavirus, à répercuter davantage les taux négatifs, probablement aussi pour des raisons de réputation. Cependant, étant donné la pression croissante sur les revenus et les résultats des banques, cela ne semble être qu’un instantané.

La perspective que les taux bas puissent persister pendant encore plusieurs années exacerbe les problèmes structurels de revenus des banques et l’érosion des marges dans les importantes opérations d’intérêts qui se poursuit depuis plusieurs années maintenant
Patrick Schwaller
Managing Partner Audit Financial Services | Switzerland

La crise du coronavirus offre une nouvelle perspective sur les coûts et les innovations

Comme nous le savons tous, chaque crise est aussi une opportunité. Entre autres choses, la pandémie de coronavirus a entraîné une accélération inattendue de la numérisation des modèles et processus commerciaux. Les banques ont dû se convertir très rapidement au télétravail et, grâce aux investissements informatiques réalisés ces dernières années, elles ont relevé ce défi avec succès et sans problèmes majeurs. En outre, les clients des banques effectuent de plus en plus souvent leurs opérations bancaires par des canaux numériques, ce qui a finalement permis aux services bancaires en ligne et mobiles de bénéficier d’une acceptation beaucoup plus large aujourd’hui qu’avant la crise.

Ces expériences offrent de nouvelles perspectives sur les coûts et les innovations, ce qui peut être utile dans le contexte des défis à venir. Risques de défaillances, érosion progressive des marges dans les activités de crédit et de placement, exacerbation de la concurrence par des banques «challenger» et des FinTech, marché intérieur largement saturé – face à ces développements, il n’est guère étonnant que la moitié des banques (46%) souhaitent avant tout mettre l’accent sur la réduction des coûts au cours des six à douze prochains mois. Il est donc évident que les postes de travail sont de plus en plus déplacés des centres coûteux vers la périphérie moins chère ou vers le domicile des employés, et que dans le même temps, les immeubles de bureaux et les réseaux de filiales existants sont revus.

L’épargne seule ne suffira pas à maintenir la capacité de valeur ajoutée des banques à l’avenir
Olaf Toepfer
Banking & Capital Markets Leader | Switzerland

L’épargne seule ne suffira pas à maintenir la capacité de valeur ajoutée des banques à l’avenir. C’est pourquoi les banques ne veulent pas se concentrer uniquement sur les coûts. Le thème de «l’innovation et de la croissance» a été désigné par les banques comme le deuxième thème prioritaire avec 44%. Afin de faire progresser l’expansion des chaînes numériques et de tenir compte de l’évolution des besoins des clients, il est nécessaire d’investir davantage dans l’innovation, tout en prenant des mesures de réduction des coûts.

La durabilité gagne également en importance dans les activités de crédit

Ces dernières années, la durabilité a gagné en notoriété auprès des investisseurs et des clients. Cette «vague verte» continue de déferler sans relâche en 2020 et a maintenant atteint également les activités de crédit des banques. Alors que l’année précédente, 56% des banques déclaraient ne pas tenir compte de critères de durabilité/ESG (Environmental, Social and Governance) lors de l’octroi de crédits à des clients commerciaux, un véritable revirement d’opinion a eu lieu dans le dernier sondage d’EY. En effet, plus que 27% des banques souhaitent continuer de renoncer à tenir compte des critères ESG lors de l’octroi de crédits. Ce recul significatif en un an seulement souligne l’urgence d’une intégration adéquate des facteurs ESG dans les activités de crédit des banques.

Résumé

Jusqu’à présent, les banques ont remarquablement relevé les défis causés par la pandémie de coronavirus et font preuve de résilience. Même si les banques craignent une augmentation des défaillances de crédit à court terme, elles portent un regard plutôt positif sur l’avenir.

Le durcissement prévisible à long terme des taux négatifs par la crise du coronavirus augmente la pression que les banques subissent depuis un certain temps au niveau des revenus. La tendance vers une introduction renforcée de taux négatifs sur les avoirs des clients devrait donc se poursuivre.

À propos de cet article

Auteurs
Patrick Schwaller

Managing Partner Audit Financial Services | Switzerland

Reliable and trusted business partner. Gets things done. Pragmatic. Enjoys mountaineering.

Olaf Toepfer

Banking & Capital Markets Leader | Switzerland

Transformation leader. Passionate about shaping the banking industry of tomorrow. Father of three kids.

Timo D’Ambrosio

Director Audit Financial Services | Switzerland

Reliable and passionate auditor. Specialized in Retail Banking. Gets things done. Loves to play tennis.