7 minutes de lecture 11 janv. 2022
Musicien de jazz jouant du saxophone

Baromètre des banques 2022 – Optimisme

Auteurs
Patrick Schwaller

Managing Partner Audit Financial Services | Switzerland

Reliable and trusted business partner. Gets things done. Pragmatic. Enjoys mountaineering.

Olaf Toepfer

Banking & Capital Markets Leader | Switzerland

Transformation leader. Passionate about shaping the banking industry of tomorrow. Father of three kids.

Timo D’Ambrosio

Director Audit Financial Services | Switzerland

Reliable and passionate auditor. Specialized in Retail Banking. Gets things done. Loves to play tennis.

Corina Gruenenfelder

Financial Services Consulting | Risk & Actuarial | Switzerland

Enthusiastic quant and analytics leader. Passionate about sustainable finance and climate risk modelling. Diversity and inclusiveness advocate. Mountaineer and backcountry skier. Avid traveler.

7 minutes de lecture 11 janv. 2022

Selon le sondage, les banques suisses portent un regard optimiste sur l’avenir. Elles souhaitent exploiter l’élan favorable et se concentrer sur la croissance. Il serait toutefois inapproprié de parler d’euphorie alors même que des défis structurels doivent encore être relevés.

En bref 
  • Neuf banques sur dix s’attendent à un résultat opérationnel plus élevé pour l’exercice en cours que celui de l’année antérieure.
  • Deux tiers prévoient que l’inflation ne dépassera pas les 2 % en Suisse à moyen ou long terme, et que les taux d’intérêt resteront bas.
  • S’agissant de la durabilité, deux camps s’opposent : 45 % des banques considèrent que les investissements durables sont le meilleur moyen pour protéger efficacement le climat, tandis que 43 % estiment que ce sont les opérations de crédit. 
  • Après certaines réticences jusque-là, plus de la moitié d’entre elles prévoient de proposer des possibilités de placement en cryptomonnaies au cours des trois prochaines années. 

Un regard optimiste sur l’avenir malgré la pandémie de coronavirus

Depuis la pandémie de coronavirus qui sévit depuis près de deux ans, les banques suisses ont fait preuve d’une résilience remarquable et réalisé des résultats solides. Notamment en raison des mesures de stimulation sans précédent de l’État en faveur de l’économie nationale, les affaires de crédit suisses n’ont jusqu’à présent pas montré de défaillances importantes et les banques ont pu profiter, autant dans les activités de commissions que dans le négoce, de l’ambiance positive observée ces derniers mois sur les marchés financiers. 

Les banques portent un regard optimiste sur l’avenir. Il serait toutefois inapproprié de parler d’euphorie car les défis structurels – en particulier l’érosion des marges dans les opérations de placement et d’intérêts – ne se sont pas évaporés.
Patrick Schwaller
Managing Partner Audit Financial Services | Switzerland

Confiance pour les résultats opérationnels

Au vu de ces évolutions, il n’est pas surprenant que les banques jugent nettement plus positive la marche actuelle de leurs affaires par rapport à l’année antérieure.

Exercice 2021

87%

des établissements interrogés prévoient une hausse des résultats opérationnels pour l’exercice 2021.

Une part confortable de 87 % des établissements interrogés prévoient une hausse des résultats opérationnels pour l’exercice 2021, ce qui correspond à une augmentation significative de 34 points de pourcentage par rapport à l’année précédente. Les banques se disent également optimistes pour l’avenir : 87 % des établissements interrogés tablent sur une évolution positive de l’activité opérationnelle, tant à court qu’à long terme. 

Les banques souhaitent exploiter l’élan favorable et se concentrer sur la poursuite de croissance l’année prochaine. Il reste à voir si elles y parviendront.
Timo D’Ambrosio
Director Audit Financial Services | Switzerland
Black jazz performer plays the saxophone on stage

Téléchargez le EY Baromètre des banques 2022 ici : 

Télécharger

Les banques misent sur une inflation limitée et des taux d’intérêt bas

La soudaine poussée inflationniste, en particulier aux États-Unis et dans l’UE, occupe les marchés financiers depuis quelques mois déjà. La Suisse a jusqu’à présent été épargnée par cette évolution. Selon les banques suisses, rien ne changera dans ce domaine à l’avenir. Deux tiers (66 %) des banques interrogées pensent qu’il ne faut pas compter sur un renchérissement de plus de 2 % en Suisse à moyen ou long terme.

Inflation

66%

des banques pensent qu’il ne faut pas compter sur un renchérissement de plus de 2 % en Suisse à moyen ou long terme.

Compte tenu de cette prévision d’inflation à long terme, il n’est guère surprenant que les banques n’anticipent pas actuellement de tournant dans la politique monétaire ou la fin de la politique de taux bas en Suisse. Ainsi, la répercussion des taux négatifs sur les clients reste un thème d’actualité en 2022. En effet, pour près d’un quart des banques sondées (23 %), les clients devront compter sur des charges supplémentaires en raison des taux d’intérêt négatifs dès que leur fortune dépasse CHF 100 000. Par le passé, ce seuil était nettement plus élevé.

Contexte des taux d’intérêt bas

23%

des banques indiquent que les clients devront compter sur des taux d’intérêt négatifs dès que leur fortune dépasse CHF 100 000. Par le passé, ce seuil était nettement plus élevé.

Toutefois, lorsqu’elles regardent les marchés étrangers, les banques ont conscience que l’augmentation des taux d’intérêt n’est pas seulement un danger théorique, mais que pareille hausse pourrait effectivement se produire. L’importante montée des taux d’inflation dans de nombreux pays au cours des derniers mois a attiré l’attention des banques sur le danger potentiel d’une hausse forte et rapide des taux d’intérêt. Plus d’un quart des banques (26 %), soit nettement plus que l’année précédente (13 %), reconnaissent qu’un tel scénario représente le défi le plus important dans la gestion des risques de taux pour les banques.

Des placements et des crédits pour protéger le climat et une demande de réglementation

Pratiquement la moitié des établissements interrogés (45 %) indiquent que les placements durables constituent pour eux la plus grande chance pour une protection effective du climat. Juste après, en deuxième position, 43 % des banques estiment que les opérations de crédit sont le plus grand facteur de protection durable du climat.

Dans les activités de crédit, à peine la moitié des banques interrogées indiquent prendre en compte les facteurs de durabilité lors de l’octroi de crédits à des clients commerciaux. Alors qu’au cours des dernières années, on a pu observer une évolution rapide vers des activités de crédit plus durables, un statu quo semble désormais s’être installé, puisque, comme l’année précédente, une banque sur quatre exclut toujours catégoriquement la prise en compte de facteurs ESG dans l’octroi de crédits.

Réglementation

44%

des banques interrogées souhaitent concrétiser les obligations réglementaires déjà existantes en matière de durabilité.

Avec les positionnements clairs de différents pays et autorités de surveillance, une nette tendance se dessine en matière de réglementation. Le baromètre des banques montre que 44 % des banques interrogées cette année souhaitent concrétiser encore davantage les obligations réglementaires existantes, afin de répondre aux exigences croissantes, de pouvoir exploiter les potentiels et d’éviter l’écoblanchiment.

On attend de plus en plus des banques suisses qu’elles contribuent à la protection du climat. C’est pourquoi elles tiennent davantage compte de critères de durabilité lors de l’octroi de crédits, en tant que levier pour une économie plus durable .
Corina Gruenenfelder
Financial Services Consulting | Risk & Actuarial | Switzerland

La majorité des banques prévoient de proposer des produits de placement en cryptomonnaies

Si les banques suisses se sont, jusqu’à présent, montrées prudentes dans l’offre de possibilités de placement en cryptomonnaies, plus de la moitié des banques interrogées (55 %) prévoient désormais de lancer une offre d’investissement dans des cryptoactifs au cours des trois prochaines années.

Cryptomonnaies

55%

des banques interrogées prévoient de lancer des offres d’investissement dans des cryptoactifs au cours des trois prochaines années.

Dans ce cadre, les banques privées (68%) montrent un intérêt particulièrement marqué pour cette nouvelle classe d’actifs. Plus de la moitié (55 %) des banques interrogées pensent que les cryptomonnaies vont s’établir à long terme en tant que classe d’actifs, au même titre que les actions et les obligations. Les objectifs de durabilité ne semblent pas non plus empêcher les banques de développer une offre sur les cryptomonnaies. Plus de la moitié des banques (54 %) sont d’avis qu’offrir des possibilités de placement en cryptomonnaies ne va pas à l’encontre de leurs objectifs en matière de développement durable.

Mettre l’accent sur le client pour tirer parti de l’élan favorable

Après avoir bien surmonté les crises de ces dernières années, les banques suisses sont en position de force et se montrent optimistes malgré l’environnement difficile. Cependant, d’autres changements sont inéluctables pour suivre la dynamique de développement de la branche. 

Après une phase de résilience, une question décisive se pose pour les banques : comment surmonter la rigidité afin d’exploiter les opportunités de marché et de générer une croissance rentable ? La solution pourrait être d’évoluer vers des modèles d’affaires orientés sur le client .
Olaf Toepfer
Banking & Capital Markets Leader | Switzerland

Les établissements interrogés sont du même avis : pour pouvoir réaliser une croissance rentable plus forte, les banques mettent, cette année encore, l’accent sur la clientèle. Elles veulent systématiser l’acquisition, le développement et la fidélisation des clients (42 %), développer une meilleure compréhension des clients (38 %) et améliorer l’expérience client (37 %).
Il convient de tenir compte de ces évolutions et objectifs pour préserver durablement la capacité de valeur ajoutée.

Résumé

  • L’optimisme prévaut au sein des banques suisses.
  • Au cours de la deuxième année de la pandémie de coronavirus, les banques ont montré une grande résilience et ont su tirer parti de l’environnement de marché favorable.
  • Les perspectives générales d’avenir et la propre marche des affaires incitent davantage à l’optimisme qu’il y a un an.
  • Les banques interrogées misent sur une inflation limitée et sur la persistance de taux bas en Suisse.
  • La durabilité reste un enjeu majeur pour la majorité des banques ; parallèlement, plus de la moitié d’entre elles prévoient de lancer de nouveaux produits de placement en cryptomonnaies.
  • Les banques souhaitent tirer parti de l’élan favorable et se concentrer davantage encore sur leur clientèle en prodiguant un conseil personnalisé.
  • Malgré cet optimisme, il faut toutefois se garder de verser dans l’euphorie alors que des défis structurels – en particulier l’érosion des marges dans les opérations de placement et d’intérêts – doivent encore être relevés. 

À propos de cet article

Auteurs
Patrick Schwaller

Managing Partner Audit Financial Services | Switzerland

Reliable and trusted business partner. Gets things done. Pragmatic. Enjoys mountaineering.

Olaf Toepfer

Banking & Capital Markets Leader | Switzerland

Transformation leader. Passionate about shaping the banking industry of tomorrow. Father of three kids.

Timo D’Ambrosio

Director Audit Financial Services | Switzerland

Reliable and passionate auditor. Specialized in Retail Banking. Gets things done. Loves to play tennis.

Corina Gruenenfelder

Financial Services Consulting | Risk & Actuarial | Switzerland

Enthusiastic quant and analytics leader. Passionate about sustainable finance and climate risk modelling. Diversity and inclusiveness advocate. Mountaineer and backcountry skier. Avid traveler.