3 minutes de lecture 16 nov. 2020
Comment l’élévation de la maturité des entreprises dans l’innovation peut devenir le moteur de la résilience et au-delà

Comment l’élévation de la maturité des entreprises dans l’innovation peut devenir le moteur de la résilience et au-delà

Par Charles Carlier

EY Belgique Partner

3 minutes de lecture 16 nov. 2020

Et si l’innovation était la clé pour surmonter les défis des PME?

Depuis plusieurs années, les études soulignent le relatif déficit de dynamique et de perspectives de croissance des entreprises wallonnes, notamment des PME. Le contexte économique actuel n’arrange rien.

Plus que jamais, nos entreprises doivent disposer de capacités de résilience accrues. Une résilience qui passera inévitablement par l’innovation au sens large, dans les piliers majeurs porteurs de croissance dans l’entreprise que sont principalement la capacité à proposer une « expérience » client, la numérisation, la création d’une culture d’entreprise agile, la gestion des risques et des partenariats et la stratégie de financement.

L’évolution de la maturité des entreprises sur ces axes majeurs est intimement liée à celle de la maîtrise des processus créateurs d’innovation et la valorisation de ce qui en résulte. L’expérience montre en effet que cette maîtrise est nécessaire à tous les stades du processus d’idéation, de création et de gestion des valeurs intellectuelles créées. Ainsi, l’entreprise devra définir une stratégie globale et se donner les moyens de la mettre en œuvre via la mobilisation des expertises ad hoc et l’attraction et la rétention des talents créateurs qui peuvent la porter.

I. Identifier, cultiver et protéger vos innovations

À la source, il sera crucial d’identifier l’innovation là où elle se trouve dans l’entreprise et d’évaluer très tôt la possibilité et l’utilité, voire la nécessité, de protéger juridiquement cette création en s’en réservant contractuellement la propriété dans les relations avec ses clients, ses fournisseurs, ses employés créatifs, et en assurant la protection intellectuelle de celle-ci, via la création de brevets ou de droits d’auteurs notamment. Ces propriété juridique et protection intellectuelle peuvent en effet être essentielles pour assurer un avantage compétitif, valoriser le patrimoine intellectuel de l’entreprise aux yeux des tiers et des partenaires stratégiques potentiels (financiers, commerciaux) et bénéficier de subsidiation ou de certains incitants fiscaux majeurs dont elles sont la condition.

II. Exploiter les incitants à l’innovation

Parallèlement, l’entreprise devra s’assurer d’avoir utilisé de façon cohérente et au bon moment les multiples moyens incitatifs et de financements directs et indirects des activités d’innovation disponibles et combinables dans l’arsenal législatif européen, fédéral et régional. Elle doit par exemple considérer l’usage des mécanismes de réduction de précompte professionnel pour chercheurs et de versements de droits d’auteur pour attirer et conserver les talents créateurs en diminuant leur coût employeur et leur charge d’impôt personnelle. Elle devra évaluer à temps, avant même de lancer les projets, les perspectives d’obtention de subsidiation et avances publiques, et elle devra prendre les mesures nécessaires dans le traitement comptable et fiscal des coûts de R&D pour bénéficier des crédits remboursables, même en l’absence de base imposable, ou des déductions d’impôts liés à la recherche.

III.  Valoriser et faire fructifier vos innovations

Enfin, ayant protégé sa propriété intellectuelle, il s’agira pour l’entrepreneur de s’assurer qu’elle est correctement évaluée et rémunérée en interne, si elle est par exemple utilisée par des entreprises liées ou à l’externe, afin de mettre en exergue le revenu spécifique qu’elle génère dans le marché. Il conviendra en outre de faire en sorte que les avantages fiscaux qui peuvent s’attacher à ces droits intellectuels sont postulés à l’impôt des sociétés sachant que des taux effectifs d’imposition significativement inférieurs aux taux « standards » peuvent être obtenus et juridiquement sécurisés sur les revenus qui s’attachent à ces droits.

On le voit, la définition, la mise en œuvre systématique et la gestion cohérente, efficiente et pérenne d’une stratégie globale d’innovation  demanderont souvent une élévation de la maturité de l’entreprise, à fortiori de la PME,  et nécessairement la mobilisation de compétences transversales en R&D, ressources humaines, finance et valorisation, fiscalité, de droit de la propriété intellectuelle interne ou externe, mais agissant de façon coordonnée et alignées à la stratégie. C’est probablement à ce prix que cette élévation de la maturité de nos entreprises wallonnes en la matière ouvrira et sécurisera la voie de la résilience, la croissance trouvée ou recouvrée et bien au-delà.

Résumé

Plus que jamais, nos entreprises doivent disposer de capacités de résilience accrues. Une résilience qui passera inévitablement par l’innovation au sens large, dans les piliers majeurs porteurs de croissance dans l’entreprise que sont principalement la capacité à proposer une « expérience » client, la numérisation, la création d’une culture d’entreprise agile, la gestion des risques et des partenariats et la stratégie de financement.

À propos de cet article

Par Charles Carlier

EY Belgique Partner