6 minutes de lecture 12 déc. 2019
Gaming

Pourquoi la croissance n’est pas une loterie pour Gaming1 avec le programme Boost your Growth

Par

EY Belgique

Organisation de services professionnels et multidisciplinaires

Contributeurs
6 minutes de lecture 12 déc. 2019

Le programme Boost your Growth en pratique chez Gaming1.

Gaming1 est l’une des entreprises wallonnes sélectionnées pour participer au projet Boost your Growth. Le spécialiste des jeux de hasard s’est mesuré aux sept leviers clés de l’étude d’EY. Le résultat ? Une vision consolidée et la mise en place d’outils de gestion concrets.

  • Gaming1

    Gaming1 est une filiale d’Ardent Group. Le spécialiste des jeux de hasard basé à Liège rassemble quinze sites Internet de casino et de paris sportifs en ligne, répartis dans huit pays. En Belgique, Gaming1 gère aussi 30 salles Circus et les casinos de Spa et de Namur.

Le pôle technologique du jeu en ligne

Parmi les sept leviers de croissance prévus, c’est celui concernant « le numérique, la technologie et l’analyse des données » qui semble le plus développé chez Gaming1. Nicolas Léonard, CFO du groupe : « Même si je suis tombé dedans quand j’étais petit, tout n’a pas toujours été rose pour le secteur des jeux de hasard. Mais aujourd’hui, nous sommes clairement devenus un pôle technologique et leader en matière de plateforme et de développement de jeux en ligne. Cela va tellement loin qu’une partie significative de nos concurrents de salles de jeux sont les premiers utilisateurs de notre technologie. Une stratégie particulière, mais une décision qui nous a permis de nous propulser à l’international, grâce à une solution exportable à l’infini. »

Avant-gardiste de l’UX

Nicolas Léonard n’est pas de ceux qui reviennent sur le passé. L’exercice pratique réalisé en collaboration avec EY lui a fait prendre conscience des nombreuses étapes parcourues, sans même qu’il ait eu le temps de s’en rendre compte. « Notre développement a été fulgurant, et notre préoccupation du client est toujours restée notre priorité. Cela peut vous paraître assez banal, mais c’est ce qui fait qu’aujourd’hui nous sommes très à l’aise dans notre domaine. Et nous sommes même avant-gardistes dans l’UX : notre approche des données analytiques est très avancée et notre démarche omnicanale se veut pertinente. C’est d’ailleurs le modèle vers lequel toutes les entreprises devraient tendre. »

Développer le volet prédictif

À mi-chemin du programme Boost your Growth, l’analyse approfondie permet aux entreprises candidates d’identifier les leviers de croissance les plus développés chez elles, et ceux pour lesquels il va falloir mettre les bouchées doubles. Catherine Ceulemans, Director chez EY : « Lorsque l’expérience client est déjà bien maîtrisée, le volet prédictif peut alors être développé, grâce à un processus d’analyse des données détenues par Gaming1 ». Et Nicolas Léonard de préciser : « Ainsi, nous connaîtrons mieux les attentes des clients et nous pourrons aussi les protéger contre eux-mêmes. Nous serons parfaitement en mesure de détecter s’il y a addiction et d’initier alors pour les joueurs concernés un système de conscientisation. »

Lorsque l’expérience client est déjà bien maîtrisée, le volet prédictif peut alors être développé
Catherine Ceulemans
Director EY

Faire suivre les processus

En pointant la croissance remarquable du groupe, son chiffre d’affaires multiplié par cinq sur les huit dernières années, et des effectifs qui sont passés de 300 à près de 1.000 collaborateurs, Catherine Ceulemans soulève un phénomène très courant dans ces entreprises en pleine expansion : « Les processus internes sont rapidement dépassés. Dans le cas de Gaming1, il y a encore beaucoup d’éléments à mettre en place, notamment en ce qui concerne le levier “Financement et fonction financière”. Même si ce levier est rarement perçu comme un levier prioritaire par les entreprises, il faut pourtant bien y faire face un jour ! ». La Vision IT EY « Business Led, Technology Enabled », porte non seulement sur les technologies qui sous-tendent l’activité commerciale, mais également sur les processus critiques qui l’a supportent. L’une sans l’autre peut être préjudiciable à la croissance, à l’intégrité des données, à l’efficience des processus et de leurs KPI, selon Anne Moreau, Director Advisory EY.

Nicolas Léonard signale aussitôt l’existence d’un chantier en cours : « Pour être franc, les aspects de gouvernance d’entreprise étaient pour nous de l’ordre de la découverte. On se sent alors peu outillé par rapport aux challenges d’une grande entreprise. Depuis le démarrage du programme, nous mettons au point une charte de Corporate Governance et des audits internes, ainsi qu’une certification ISO 270001 pour les données sécurisées. »

On se sent parfois peu outillé par rapport aux challenges d’une grande entreprise.
Nicolas Léonard
CFO Ardent Group

Confronter les points de vue

Gaming1 est elle aussi concernée par la « guerre des talents ». « Sur ce point précis de stratégie RH, qui est un pilier crucial du programme de croissance imaginé par EY, j’ai pu constater que la direction était plus réservée que le comité exécutif. Quel bonheur lorsqu’on se fait reprendre par ses propres équipiers, preuve de leur conscience des démarches à venir. Un vrai boost pour la constructivité », lance le CFO.

Un vivier d’experts

Vu sa croissance hors norme, Gaming1 a compris que le groupe est à la croisée des chemins au niveau des décisions. « Nous ne sommes plus une PME familiale. En tout cas, nous ne pouvons plus agir de la même façon qu’avant. Nous devons renforcer notre professionnalisme. Au-delà de la définition d’une mission, d’une vision, de valeurs… il faut structurer notre croissance et nos défis. Les experts EY représentent un réel puits de science et une opportunité de partage d’expertise incontestable », affirme Nicolas Léonard.

The best is yet to come

Les premiers chantiers relatifs au programme portent déjà leurs fruits : un nouvel outil ERP est partiellement en place, et l’on réfléchit à un outil dédié aux RH. L’heure est désormais à l’élaboration d’une roadmap de croissance, afin de décrire et prioriser les actions à suivre pour chacun des sept leviers de croissance. « On est en phase d’éclairage avant le changement. Dans ce cadre, nos réunions trimestrielles permettent d’objectiver et de viser des points spécifiques où nous avons besoin d’un guide », précise Nicolas Léonard.

L’heure est aux roadmaps, afin de préciser les actions à suivre en fonction des sept leviers de croissance.
Catherine Ceulemans
Director EY

Trier ses combats

Une des clés du programme repose sur les sessions « inspirationnelles » : des rencontres pertinentes qui rassemblent toutes les entreprises wallonnes élues par le programme. Nicolas Léonard est donc l’un de leurs représentants : « J’avoue que j’avais un peu d’appréhension par rapport à cette mise en contact. Mais on se rend très vite compte d’une chose : nous sommes tous placés sur la même carte, mais à des endroits différents. C’est ainsi que j’ai compris que la croissance passe également par la faculté de pouvoir trier ses combats ». Après le déroulement des premières sessions, Catherine Ceulemans souligne la différence qui existe entre l’image externe d’une entreprise et l’image que l’on découvre à l’intérieur. « C’est un peu le constat d’une humilité générale, du visage humain qui se cache derrière toutes ces entreprises florissantes. Finalement, on voit tous la même chose sans pour autant en avoir la même interprétation. »

On se rend très vite compte d’une chose : nous sommes tous placés sur la même carte, mais à des endroits différents.
Nicolas Léonard
CFO Ardent Group

Newsletter Impulse 

Restez au courant des dernières nouveautés d’EY Belgium et découvrez des histoires entrepreneuriales inspirantes.

Inscrivez-vous

Résumé

Gaming1, le spécialiste des jeux de hasard, s’est mesuré aux sept leviers clés de l’étude d’EY. Le résultat ? Une vision consolidée et la mise en place d’outils de gestion concrets.

À propos de cet article

Par

EY Belgique

Organisation de services professionnels et multidisciplinaires

Contributeurs