Comment votre stratégie numérique peut-elle contribuer à améliorer les résultats HSE ? Comment votre stratégie numérique peut-elle contribuer à améliorer les résultats HSE ?

Les avancées technologiques modifient la manière dont les professionnels de l’Hygiène, sécurité, environnement – (HSE) atténuent les risques, prennent des décisions et allouent les ressources.

Les nouvelles technologies modifient nos économies, nos sociétés et notre mode de vie. Elles risquent d’avoir une forte incidence sur la gestion de l’hygiène, de la sécurité et de l’environnement (HSE). Les avancées technologiques modifient la manière dont les professionnels HSE atténuent les risques, prennent des décisions et allouent les ressources. Il existe de nombreuses opportunités à saisir qui risquent de transformer de manière radicale les performances HSE des collaborateurs et des entreprises, que ce soit grâce à l’automatisation des processus, à la prolifération des capteurs sur le terrain ou encore à l’analyse prédictive.

Alors que le monde professionnel est entrée dans l’ère numérique, les grandes entreprises tirent profit des technologies existantes et émergentes pour améliorer leurs résultats HSE. En revanche, la majorité des entreprises étudient toujours la manière dont doivent être utilisées ces technologies pour gagner en performance et efficience.

Cet article explore les défis associés aux initiatives numériques dans le domaine HSE et comment les professionnels peuvent exploiter les technologies digitales pour mieux gérer les risques et améliorer leurs résultats.

État des lieux

Contrairement aux équipes marketing et financières, la profession HSE a mis du temps à adopter les technologies digitales. Les entreprises n’appréhendent pas toujours parfaitement les problématiques auxquelles elles sont confrontées, ce qui entraîne des lacunes systémiques, humaines ou technologiques dans les solutions mises en œuvre. Lorsque les nouvelles technologies sont déployées, elles sont souvent mal conçues, déconnectées et mises en œuvre pour résoudre des problèmes isolés.

Toutefois, d’autres obstacles pourraient également expliquer pourquoi le domaine HSE n’adopte pas ces technologies de manière plus systématique.

Focalisation sur les incidents

En général, la gestion HSE se focalise particulièrement sur la mesure des incidents. Dans un contexte organisationnel plus large, les données sur les incidents sont limitées et restrictives. Souvent, les traces numériques des facteurs de causalité des incidents ne sont pas identifiées. Dans les rares cas où elles le sont, la profession débat de l’intégrité et de la rigueur statistique des modèles de causalité des incidents.

Des données limitées

Malgré la digitalisation croissante des activités HSE traditionnelles (par exemple, les inspections et les rapports d’incidents), les ensembles de données HSE sont encore relativement réduits. Les activités de sécurité à elles seules sont peu susceptibles de fournir du big data au niveau organisationnel. Les systèmes et professionnels HSE augmentent le nombre d’utilisateurs finaux et de capteurs fournissant des données pour générer des éclairages de plus grande valeur. Grâce à des interfaces utilisateur soigneusement conçues, il est possible d’utiliser davantage de données de haute qualité pour réduire les risques HSE.

Manque d’expérience numérique

La profession HSE étant multidisciplinaire, ses professionnels viennent d’horizons divers et variés. Ils ont rarement occupé des fonctions financières ou informatiques exigeant des connaissances dans le numérique, les données ou les statistiques.

Aucune preuve de rentabilité

Il peut être difficile de quantifier les avantages des initiatives, décisions ou opérations numériques qui permettent d’aboutir à des lieux de travail sains et sûrs. Sans exemple concret de réussite dans le domaine, il est plus difficile d’obtenir un soutien continu pour les initiatives. En d’autres termes, une intégration complète peut rester illusoire.

Manque de confiance

L’analyse des Big Data et l’utilisation d’autres nouvelles technologies révèlent plusieurs problématiques clés, notamment en termes de confidentialité, de discrimination, de sécurité et de qualité. Ces risques peuvent faire obstacle aux nouvelles initiatives, en particulier sur les lieux de travail inspirant peu de confiance.

Des exemples d’initiatives HSE fructueuses basées sur de nouvelles technologies commencent à émerger, dont :

                               

Technologies

Initiative HSE

                                                                                                                                                                                          Technologie d’atténuation des risques liés à la manutention                                                                                                                                                     

Cette technologie permet de réduire l’incidence des blessures musculosquelettiques. Grâce à la mesure des mouvements risqués, les utilisateurs peuvent recevoir des alertes en temps réel sur des applications mobiles via des flux de données continus. Des tutoriels sont ensuite fournis pour aider les collaborateurs à améliorer leurs techniques de manutention.

Technologie de réalité virtuelle (RV)

Cette technologie permet d’améliorer considérablement l’efficacité des formations en offrant aux entreprises une méthode à fort impact, évolutive et efficace pour développer rapidement les capacités des collaborateurs les moins expérimentés dans les environnements à haut risque.

Drones et robotique

Ces technologies permettent d’effectuer les tâches dangereuses, sales et difficiles. Elles peuvent accéder à des zones difficiles à atteindre, notamment dans des scénarios d’intervention d’urgence. Elles permettent également un gain de temps considérable pour des tâches, telles que le balayage de grands sites dans les domaines agricoles et miniers.

Bots d’intelligence artificielle (IA)

Ces bots sont de plus en plus utilisés pour automatiser des tâches complexes et sont intégrés dans de nombreuses applications pour guider les utilisateurs. C’est par exemple le cas dans le domaine de la manutention, où un bot d’IA peut encadrer des collaborateurs grâce à une formation de manutention personnalisée.

Analyse du lieu de travail

Cette technologie permet d’installer des capteurs dans les postes de travail afin de mesurer les éléments de performance. Les flux de données générés peuvent être utilisés pour former les collaborateurs et améliorer la conception des postes de travail et des interfaces. Des analyses d’ergonomie sont effectuées dans les domaines du transport, de l’énergie et des réseaux publics, et de la fabrication.

Biométrie

La biométrie implique la mise en place de capteurs sur les collaborateurs afin de recueillir des informations sur leur santé physique et mentale et d’autres paramètres. Par exemple, les niveaux de fatigue et la température corporelle peuvent être mesurés en temps réel, avec des alertes conçues pour avertir les collaborateurs et leurs entreprises. Des capteurs de manutention ont été élaborés pour mesurer les mouvements corporels risqués et fournir aux collaborateurs des tutoriels de coaching ciblés.

Appareils portés à l’oreille

Les appareils portés à l’oreille (ou « hearables ») aident les utilisateurs dans leurs tâches auditives ou audio, en offrant par exemple des traductions en temps réel. Cette technologie permet d’améliorer les communications interculturelles et linguistiques. Une communication authentique et efficace est en effet un aspect essentiel permettant des performances sanitaires et sécuritaires positives, cette technologie émergente pourrait être utilisée pour améliorer sensiblement les relations.

 

Plus qu’une simple technologie

Il existe de nombreux exemples d’échecs d’initiatives technologiques numériques dans l’industrie HSE : des systèmes de gestion numérique mal conçus qui frustrent ou déçoivent les utilisateurs, une automatisation qui ne permet pas de gagner en efficacité et des gadgets brillants qui deviennent rapidement redondants.

Les initiatives digitales HSE ne se limitent pas à la technologie elle-même. Aujourd’hui, de nombreuses technologies ont progressé au point de ne plus constituer le maillon le plus faible de la chaîne. Les entreprises sont désormais souvent accablées par une « surcharge de solutions » ou submergées par une « paralysie numérique ». Il y a tant d’applications spécifiques déployées pour résoudre des difficultés particulières qu’il devient nécessaire de faire le tri dans cette multitude de solutions.

En outre, ce sont souvent d’autres facteurs non numériques qui déterminent la réussite d’une initiative, par exemple :

     
  • La compréhension du problème à résoudre, et donc des exigences et critères d’acceptation des nouvelles technologies ;
  • consultation, implication et information des parties prenantes par les entreprises ;
  • engagement des connaissances et expériences numériques et spécialisées requises ;
  • présence d’une stratégie numérique plus large qui tient compte des besoins et impacts HSE ;
  • Les décisions d’approvisionnement (par exemple, louer ou acheter) qui améliorent le retour sur investissement, pour gagner en longévité et en valeur grâce aux technologies.
 

La connaissance de ces facteurs supplémentaires sera de plus en plus indispensable à la bonne mise en œuvre des technologies HSE ou des solutions digitales, car les professionnels HSE s’efforcent d’accroître les avantages des nouvelles technologies et d’en limiter les effets négatifs. 

À quoi ressemble une mise en œuvre réussie de technologie HSE ?

Une initiative technologique HSE réussie :

     
  • répond aux attentes et objectifs des principales parties prenantes ;
  • améliore les performances HSE ;
  • aide efficacement à la gestion des risques HSE ;
  • intègre les technologies dans des activités commerciales plus larges ;
  • suscite un engagement réactif et une mise en œuvre généralisée dans toute l’entreprise.
 

Une initiative réussie peut également aboutir à :

     
  • une meilleure gestion des risques HSE, et donc à une baisse des taux de blessures et une amélioration des conditions de travail ;
  • un gain d’efficacité et une amélioration des processus HSE, libérant ainsi des ressources qui se concentreront sur des questions plus importantes ;
  • une prise de décision améliorée, basée sur des données rigoureuses et en temps réel pour une meilleure allocation des ressources ;
  • l’amélioration des capacités des collaborateurs au regard des technologies HSE, et donc à une transformation technologique et des compétences en matière de résolution de problèmes.
 

Par où commencer ?

Il est difficile pour les fonctions HSE d’exploiter efficacement les technologies numériques pour améliorer durablement leurs performances. Cependant, la profession devrait se pencher sur la question pour contribuer efficacement au succès à venir de l’entreprise.

Avec l’émergence d’autant de technologies numériques, il peut être difficile de savoir par où commencer. Il n’y a pas de solutions simples ou universelles et aucun nouveau gadget, aussi brillant soit-il, n’entraînera d’amélioration à long terme.

Alors, que faire pour exploiter les technologies numériques de manière à mieux comprendre et gérer les risques HSE et réduire les effets négatifs ?

Les entreprises devraient : 

Comprendre clairement le problème à résoudre et le résultat ciblé

Contrairement aux incidents, dangers ou risques les exigences ne peuvent pas être identifiées efficacement sans une compréhension claire du problème.

Évaluer leur maturité numérique HSE actuelle

La stratégie du « saute-mouton » fonctionne rarement dans le numérique. Sans état des lieux, il est difficile de dresser un plan de progression clair et réalisable. La cartographie comprend l’évaluation des systèmes numériques actuels, car de nombreuses entreprises hébergent des licences logicielles inutilisées et d’autres technologies héritées.

Avoir une vision stratégique des technologies numériques

L’idée est de concevoir des initiatives coordonnées et intégrées ainsi que des processus de gestion du changement efficaces afin d’atteindre les objectifs organisationnels fixés, et pas uniquement pour résoudre un problème spécifique donné.

Rechercher des systèmes et solutions numériques HSE intégrés et automatisés

Ces systèmes et solutions devraient prendre en charge des données en temps réel, personnalisables et précises pour une prise de décision éclairée. Les systèmes doivent être solides (pour pouvoir leur faire confiance) et conviviaux (pour que les utilisateurs veuillent les utiliser).

Investir dans des capacités numériques et faire appel à des services extérieurs

Personne ne connaît tous les systèmes et solutions existants, et ce n’est pas le rôle des professionnels HSE. Les personnes cherchant à tirer parti des technologies numériques  pour améliorer les aspects HSE devraient donc chercher à comprendre leurs besoins et à engager un soutien stratégique adapté. En d’autres termes, elles devraient rechercher des conseillers de confiance qui comprennent les éléments nécessaires à la réussite. Il est essentiel de bénéficier d’un soutien adapté pour mener à bien les initiatives et construire une architecture numérique intégrée.

Comme le démontre cet article, la mise en œuvre réussie de l’innovation numérique requiert plus qu’une simple technologie. Elle nécessite les trois éléments suivants : des connaissances et une expérience dans le domaine, des technologies qui fonctionnent et une approche axée sur l’humain.

Les équipes HSE d’EY aident les entreprises à adapter leur approche et à tirer parti de manière proactive des technologies numériques pour améliorer leurs résultats HSE.

Certains services et outils peuvent être limités pour que les clients d’audit d’EY et leurs sociétés affiliées se conforment aux normes d’indépendance applicables. Pour plus d’informations, veuillez demander à votre contact d’EY.

Ce qu'il faut retenir

Les grandes entreprises tirent profit des technologies existantes et émergentes pour améliorer leurs résultats HSE. En revanche, la majorité des entreprises étudient toujours comment utiliser ces évolutions technologiques pour améliorer leurs performances. Cet article explore les défis associés aux initiatives numériques dans le domaine HSE et comment les professionnels peuvent exploiter la technologie numérique pour mieux gérer les risques et améliorer les résultats.